Mis en exa­men par un juge an­ti­ter­ro­riste

Le tren­te­naire in­ter­pel­lé mar­di pour­sui­vi pour as­so­cia­tion de mal­fai­teurs ter­ro­riste

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région - Sté­phane Bar­noin et Émi­lie Zaugg

Quatre jours après son in­ter­pel­la­tion, un Cler­mon­tois de 37 ans a été mis en exa­men par un juge an­ti­ter­ro­riste, hier, et pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire.

Deux sur trois. Au terme de 96 heures de garde à vue dans le se­cret des lo­caux de la DG­SI, à Le­val­lois­per­ret, seuls deux des trois hommes in­ter­pel­lés si­mul­ta­né­ment en dé­but de se­maine ont été trans­fé­rés, tôt hier ma­tin, au tri­bu­nal de grande ins­tance de Pa­ris.

Un pro­jet d’at­ten­tat ?

Le Fran­ci­lien ar­rê­té dans le Val­de­marne a été lais­sé libre. Ses aco­lytes – un Mar­seillais de 18 ans et Yas­sine O., un Cler­mon­tois de 37 ans – ont en re­vanche été dé­fé­rés de­vant le par­quet puis pré­sen­tés à un juge d’ins­truc­tion. Le ma­gis­trat les a mis en exa­men pour « as­so­cia­tion de mal­fai­teurs en re­la­tion avec une en­tre­prise ter­ro­riste cri­mi­nelle » et « dé­ten­tion d’armes » (*). Le duo a été aus­si­tôt écroué.

Peu d’élé­ments ont fil­tré sur les pro­jets de ces sus­pects proches de la mou­ vance sa­la­fiste dji­ha­diste, qui s’étaient ren­con­trés sur In­ter­net et étaient sur­veillés de près de­puis fin 2016. Hier soir, le par­quet an­ti­ter­ro­riste s’est conten­té d’évo­quer « des vel­léi­tés de dé­part vers la Syrie ou de pas­sage à l’acte ».

Tous deux étaient­ils en lien avec la cel­lule dé­man­te­lée le 10 fé­vrier dans l’hé­rault, alors qu’elle pré­pa­rait un at­ten­tat « im­mi­nent » se­lon le gou­ver­ne­ment ? L’hy­po­thèse reste tou­jours d’ac­tua­li­té.

Autre ques­tion en sus­pens : quel rôle était dé­vo­lu à Yas­sine O. dans « l’as­so­cia­tion de mal­fai­teurs » qui se des­sine ? À La Fon­taine­du­bac, son quar­tier de tou­jours, per­sonne ne croit le Cler­mon­tois ca­pable d’être « un lea­der ». « C’est un gars gen­til, du genre à vous ai­der à por­ter les courses », avance un voi­sin. Mais de­puis plu­sieurs mois, le tren­te­naire s’était re­plié sur lui­même, au point de vivre qua­si re­clus dans l’ap­par­te­ment qu’il par­ta­geait avec son père. « Il a eu de gros pro­blèmes re­la­tion­nels avec sa fa­mille, sou­pire une connais­sance. J’ai l’im­pres­sion qu’il en avait honte vis­àvis du voi­si­nage et que ça le mi­nait. Pour­tant, on n’au­rait ja­mais pen­sé qu’il bas­cule à ce point… » ■

(*) Des gi­lets tac­tiques, deux armes Air­soft et une gre­nade d’exer­cice au­raient été sai­sis lors des per­qui­si­tions, ain­si que des do­cu­ments dji­ha­distes.

ÉCROUÉ. In­ter­pel­lé chez lui, dans son quar­tier de La Fon­taine-du-bac, ce mar­di, Yas­sine O. (ici en­tou­ré par le Raid) a été pla­cé hier soir en dé­ten­tion pro­vi­soire. PHO­TO D’AR­CHIVES RI­CHARD BRUNEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.