Hol­lande est ve­nu en « sou­tien »

Une 54e édi­tion mar­quée par le dé­cou­ra­ge­ment du monde pay­san…

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & Monde -

Fran­çois Hol­lande a re­trou­vé, hier, lors de l’inau­gu­ra­tion du Sa­lon de l’agri­cul­ture, un monde pay­san en proie au dé­cou­ra­ge­ment et éprou­vé par deux an­nées de crise pro­fonde.

«Au­jourd’hui s’ouvre un Sa­lon qui n’est pas comme les autres, mar­qué par une pro­fonde tris­tesse et par la gra­vi­té des crises que nous tra­ver­sons », a dit Fran­çois Hol­lande en ré­fé­rence à la mort ré­cente du pré­sident de la FNSEA, Xa­vier Beu­lin. Cette vi­site est « un mes­sage d’en­cou­ra­ge­ment, de sou­tien et de so­li­da­ri­té en­vers les agri­cul­teurs », a­t­il ajou­té.

Ac­cueilli l’an der­nier par des agri­cul­teurs en co­lère, le pré­sident fait face cette an­née à l’in­dif­fé­rence de ses in­ter­lo­cu­teurs dans une am­biance calme pour le der­nier Sa­lon de son man­dat. Le dé­cou­ra­ge­ment pointe même chez les agri­cul­teurs ex­po­sants du sa­lon, qui sont pour­tant par­mi les plus com­pé­ti­tifs et or­ga­ni­sés du pays. « Ce gou­ver­ne­ment a me­né une PAC pas à la hau­teur. Ils ne se ren­ dent pas compte du ma­laise », dit Pierre Be­san­ce­not, 58 ans, ex­ploi­tant de Mont­bé­liardes en Haute­saône. « Tant qu’on ne gagne rien avec ce qu’on pro­duit, on ne pour­ra pas avan­cer », ajoute t­il.

Avec des mil­lions de ca­nards abat­tus dans le Sud­ouest de­puis jan­vier pour cause de grip­ pe aviaire, les éle­veurs de pal­mi­pèdes sont par­mi les plus tou­chés. Dia­lo­guant avec des éle­veurs en co­lère, Fran­çois Hol­lande a ré­pon­du : « On était obli­gé d’abattre les ca­nards on au­rait même dû le faire plus tôt. »

L’ou­ver­ture du Sa­lon in­ter­vient au len­de­main des ob­sèques de Xa­vier Beu­lin, qui a es­sayé toute sa vie de faire évo­luer l’agri­cul­ture fran­çaise face à la concur­rence in­ter­na­tio­nale.

La co­lère en 2016, l’in­dif­fé­rence cette an­née…

Re­pen­ser la PAC

La FNSEA, comme les Chambres d’agri­cul­ture ont dé­jà lis­té leurs re­ven­di­ca­tions pour les can­di­dats à la pré­si­den­tielle. Ils leur de­mandent sur­tout plus de consi­dé­ra­tion pour les agri­cul­teurs. Le pro­chain gou­ver­ne­ment de­vra en ef­fet né­go­cier l’orien­ta­tion de la politique agri­cole com­mune (PAC) pour 2020­2025, avec des par­te­naires eu­ro­péens qui sont au­jourd’hui des concur­rents sur les mar­chés agri­coles.

Fran­çois Hol­lande a mis en garde les can­di­dats qui pré­co­ni­se­raient une sor­tie de l’union eu­ro­péenne et donc de la PAC. « Il y a une politique agri­cole com­mune qu’il va fal­loir re­pen­ser mais qu’il va fal­loir sur­tout pré­ser­ver parce que si la PAC est mise en cause vous al­lez voir la si­tua­tion que vont avoir beau­coup d’agri­cul­teurs. »

Les né­go­cia­tions de la PAC por­te­ront sur le bud­get agri­cole et la ma­nière de le dé­pen­ser, en par­ti­cu­lier pour pré­ve­nir les crises éco­no­miques, cli­ma­tiques ou sa­ni­taires.

Fillon. Hier, le can­di­dat de la droite à la pré­si­den­tielle a pro­mis des « me­sures im­mé­diates » s’il est élu pour ré­pondre à la « dé­tresse » des agri­cul­teurs.

INAU­GU­RA­TION. Fran­çois Hol­lande a dé­voi­lé une plaque en hom­mage à Xa­vier Beu­lin et ar­pen­té les tra­vées de la Porte de Ver­sailles. THIER­RY LINDAUER

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.