OM - PSG : un clas­sique re­vi­si­té ?

Choc entre Mar­seillais et Pa­ri­siens, ce soir au Vé­lo­drome (21 heures)

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports -

Le Pa­ris SG a chan­gé de di­men­sion de­puis son ra­chat par le Qa­tar en 2011, tan­dis que Mar­seille a dé­cli­né. Mais L’OM s’est ré­in­ven­té à l’amé­ri­caine et les Ru­di Gar­cia, Pa­trice Evra, Di­mi­tri Payet ra­vivent les cou­leurs de cette af­fiche entre ri­vaux his­to­riques, ce soir au Vé­lo­drome (21 heures) pour la 27e jour­née de L1.

Le PSG écrase le duel. L’en­traî­neur pa­ri­sien Unai Eme­ry a eu l’élé­gance de rap­pe­ler hier que « dans l’his­toire, Mar­seille a ga­gné 9 cham­pion­nats de France alors que le PSG, 6 ». Mais les chiffres ré­cents sont cruels pour les Mar­seillais. Sur les dix der­nières confron­ta­tions, le bi­lan face au PSG est sans ap­pel, avec 8 dé­faites et 2 nuls, dont le der­nier « clas­sique » en date, le 23 oc­tobre au Parc des Princes (0­0), pour la

ÉQUIPES PRO­BABLES

Mar­seille. grande pre­mière sur le banc de Ru­di Gar­cia.

De même, lors des six sai­sons ayant sui­vi le ra­chat par le Qa­tar du Pa­ris SG en 2011, coup d’en­voi d’un chan­ge­ment de di­men­sion to­tal du club de la ca­pi­tale, ce der­nier a pra­ti­que­ment tou­jours re­gar­dé de haut le seul club fran­çais à avoir rem­por­té la Ligue des cham­pions, en 1993.

L’OM n’a plus été mieux clas­sé que le PSG de­puis la sai­son 2010­2011, quand Di­dier Des­champs pré­si­dait à sa des­ti­née et que les hommes forts du club pa­ri­sien s’ap­pe­laient Lu­do­vic Giu­ly, Mev­lut Er­ding ou Claude Ma­ke­lé­lé. De­puis, L’OM s’est clas­sé 10e , 2e, 6e, 4e, et en­fin 13e la sai­son der­nière, pen­dant que le PSG rem­por­tait quatre cou­ronnes na­tio­nales pour une 2e place, en 2012. Dans le même temps, l’ar­moire à tro­phée pa­ri­sienne s’est aus­si rem­plie de trois Coupes de la Ligue et de deux Coupes de France, dont la der­nière en bat­tant en fi­nale… L’OM, 4­2.

Du coup, la ri­va­li­té entre les deux clubs, sym­bo­li­sant l’op­po­si­tion entre Pa­ris et « la pro­vince » et qui avait connu son apo­gée lors des an­nées Ta­pie à L’OM, Ca­nal + au PSG, s’est un peu es­souf­flée.

Cette sai­son, c’est Mo­na­co, meilleure at­taque d’eu­rope, qui se pré­sente comme le plus sé­rieux ri­val du PSG.

Alors, gal­vau­dé, L’OMPSG de ce soir ? Trop dés­équi­li­brée, cette op­po­si­tion entre, d’un cô­té, le qua­druple cham­pion en titre, 3e au coup d’en­voi et qui pour­ra comp­ter, à l’ex­cep­tion de sa sen­ti­nelle Thia­go Mot­ta, sur l’in­té­gra­li­té de son ef­fec­tif plé­ tho­rique et en pleine forme, et de l’autre une for­ma­tion qui, pri­vée de son meilleur bu­teur Ba­fé­tim­bi Go­mis, ac­cuse un re­tard de 17 points sur son hôte ? Non.

L’af­fiche, co­chée dans l’agen­da des joueurs, l’est aus­si dans ce­lui des sup­por­ters. En té­moignent la pré­sence d’un pu­blic four­ni à la Com­man­de­rie pour en­cou­ra­ger L’OM à l’en­traî­ne­ment ven­dre­di, et d’une poi­gnée de membres du Col­lec­tif ul­tras Pa­ris (CUP) au Camp des Loges pour sou­te­nir, le même jour, les joueurs du PSG.

« Nos sup­por­ters, qui ne peuvent faire le voyage (en rai­son d’un ar­rê­té pré­fec­to­ral, ndlr), sont ve­nus à l’en­traî­ne­ment pour nous ai­der, pour sou­li­gner l’im­por­tance de ce match, où il faut bien jouer et ga­gner », a ex­pli­qué Unai Eme­ry hier.

Le match reste aus­si l’un des plus sui­vis en France et ailleurs, et se­ra ain­si re­pris par 46 dif­fu­seurs dans le monde, se­lon la Ligue de football pro­fes­sion­nelle.

D’autres ri­va­li­tés ont fait leur ap­pa­ri­tion

BU­TEUR. Edin­son Ca­va­ni fois ce soir ? (à gauche) frap­pe­ra-t-il une nou­velle

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.