Les bornes d’ar­cade s’offrent une deuxième jeu­nesse à Is­soire

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Grand angle - Tho­mas Ga­the­rias

Play It a ou­vert en juillet der­nier à Is­soire. Au pro­gramme, du jeu, des cartes, et sur­tout un es­prit de dé­tente entre amis, dans une am­biance « ré­tro ».

La vi­trine plante le dé­cor, rue Ber­bi­ziale, avec les icônes des an­nées 70 et 80, au mi­lieu des af­fiches de jeux de carte et autres pos­ters. Pac­man, Street Figh­ter et Space In­va­ders cô­toient Ma­rio ou en­core Pi­ka­chu, star élec­trique de la fran­chise Po­ké­mon.

« À la base, je suis un col­lec­tion­neur de jeux ré­tro. J’avais toutes les con­soles quand j’étais plus jeune », ra­conte Ju­lien Gal­tier, 29 ans, pro­prié­taire et gé­rant de Play It.

Entre le coin ar­cade et les vi­si­teurs en pleine par­tie de carte, il re­vient sur son parcours : « J’ai une for­ma­tion de com­mer­cial au dé­part. Quand je suis des­cen­du de Pa­ris, j’ai fait des tas de pe­tits bou­lots. C’est le manque de tra­vail qui m’a pous­sé à ou­vrir Play It. » Ar­ri­vé à Is­soire quelques an­nées plus tôt, il a ra­pi­de­ment dé­cou­vert toute une com­mu­nau­té de joueurs. « Ce qui m’a conduit à me lan­cer, c’est l’es­pace cartes, si­non je n’au­rai pas pris le risque de le faire. Les salles de jeu sont dif­fi­ciles à ren­ta­bi­li­ser », avoue­t­il.

Ce jeune pa­pa, qui « aime jouer de­puis tout pe­tit », a réus­si à conci­lier les deux uni­vers. Quatre bornes d’ar­cades avec une tonne de titres pour les nos­tal­giques, des con­soles de jeux plus ré­centes, et des jeux de cartes comme Ma­gic. L’am­biance est bon en­fant, des tour­nois sont par­fois or­ga­ni­sés, des an­ni­ver­saires aus­si.

« Ici on vient sur­tout pour voir les co­pains, et pas­ser un mo­ment convi­vial », sou­ligne Lu­do­vic Le­grand. Cet in­vé­té­ré de bornes d’ar­cade était pré­sent lors de l’ou­ver­ture de la salle. Simple vi­si­teur au dé­part, ce­lui­ci a même été em­bau­ché comme ven­deur, après s’être lié d’ami­tié avec le pa­tron.

Et pour ceux qui pen­se­raient que seuls les ados ren­fer­més sont concer­nés par l’offre de di­ver­tis­se­ment pro­po­sée, Lu­do­vic ra­conte : « Il ar­rive qu’on ait toute une flo­pée de per­sonnes, une fa­mille en­tière qui rentre, et ils passent une heure de­vant les bornes. Par­fois les pa­rents laissent même leurs en­fants pour jouer un mo­ment. »

Le plai­sir n’est pas seule­ment lié à la nos­tal­gie, mais aus­si à la dé­cou­verte, et aux ren­contres. « Lorsque l’on voit des gens qu’on ne connaît pas jouer aux mêmes titres, on parle, il y a de l’en­traide, et des échanges », pour­suit­il.

Pour le créa­teur de Play It, l’aven­ture est en tout cas loin d’être ter­mi­née : « Au­jourd’hui j’ai­me­rais bien trans­for­mer Play It en fran­chise, j’ai dé­jà pour pro­jet d’agran­dir le ma­ga­sin », ré­vèle Ju­lien Gal­tier.

« Ici on vient sur­tout pour voir les co­pains »

PLAY IT. Le créa­teur de Play It pose avec sa fi­dèle pe­luche Yo­shi, ha­billée aux cou­leurs de la salle. De­vant lui l’une des bornes d’ar­cade de l’es­pace ga­ming, avec sur l’écran une image du cé­lèbre jeu Street Figh­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.