Au­cune piste n’est en­core pri­vi­lé­giée

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région faits divers - Gaëlle Cha­zal gaelle.cha­zal@cen­tre­france.com

L’au­top­sie des corps des deux sep­tua­gé­naires re­trou­vés tués à leur do­mi­cile mont­lu­çon­nais, ven­dre­di, de­vrait avoir lieu ce lun­di. En at­ten­dant, l’en­quête du SRPJ se pour­suit.

La po­lice scien­ti­fique était tou­jours sur place, hier ma­tin. Vê­tus de leur com­bi­nai­son blanche, les en­quê­teurs ex­plo­raient en­core l’ap­par­te­ment de Mas­si­mo et Ge­ne­viève De­gl’in­no­cen­ti, re­trou­vés morts à leur do­mi­cile du 89, rue Ra­quin, à Montluçon, très tôt ven­dre­di ma­tin (notre édi­tion d’hier). Au rez­de­chaus­sée, le Ca­fé de la Place est aus­si res­té fer­mé, son ri­deau opaque ti­ré.

« Im­por­tantes traces de vio­lences »

Vers mi­di, le tri­bu­nal de grande ins­tance de Cus­set a fait sa­voir, via un com­mu­ni­qué de presse, que le pôle cri­mi­nel avait été sai­si dès ven­dre­di soir, à 23 h 30 par le tri­bu­nal de Montluçon, « à l’is­sue de la le­vée des corps opé­rée sur place par le mé­de­cin lé­giste, en pré­sence de la sub­sti­tut du pro­cu­reur de la Ré­pu­blique ».

Se­lon le com­mu­ni­qué, « les corps pré­sentent de très im­por­tantes traces de vio­lences ». Les au­top­sies des deux vic­times, âgées de 71 et 77 ans, de­vraient se dé­rou­ler de­main lun­di, en ma­ti­née et en dé­but d’après­mi­di. Elles de­vraient per­mettre de dé­crire plus pré­ci­sé­ment ces lé­sions et no­tam­ment celles à l’ori­gine des dé­cès.

« Les in­ves­ti­ga­tions se pour­suivent ac­ti­ve­ment, fait sa­voir le par­quet de Cus­set. Le Ser­vice ré­gio­nal de po­lice ju­di­ciaire (SRPJ) de Clermont­fer­rand a mo­bi­li­sé une dou­zaine d’en­quê­teurs sur cette af­faire. Sont pré­vues, en l’état, des opé­ra­tions de per­qui­si­tion sur les lieux, l’au­di­tion de té­moins et l’ex­ploi­ta­tion d’élé­ments de po­lice scien­ti­fique et tech­nique. Au­cune piste n’est à ce stade de l’en­quête pri­vi­lé­giée ».

S’agit­il d’un cam­brio­lage qui a mal tour­né ? Le jeune homme aper­çu sur les lieux par un té­moin était­il seul ? Au­tant de ques­tions en­core sans ré­ponse. Dès la dé­cou­verte des corps des deux re­trai­tés très tôt ce ven­dre­di, le par­quet de Montluçon avait ou­vert une en­quête pour as­sas­si­nats.

« Quar­tier calme »

« C’est un quar­tier vrai­ment calme. Il n’y a ja­mais eu de sou­cis de­puis dix­huit ans que je suis là », s’éton­nait en­core un voi­sin, hier. « On ha­bite ici de­puis cinq ans, dans cette mai­son où ma grand­mère a vé­cu qua­ran­te­huit ans. On n’a ja­mais en­ten­du par­ler de cam­brio­lages ni de vols ou de dé­gra­da­tions, même avec la ci­té Pierre­le­roux juste à cô­té », en­chaî­nait ce couple.

« Il y a de la mixi­té dans le quar­tier : des jeunes, des re­trai­tés… On ne peut pas dire qu’on a plus peur ou qu’il y a plus d’in­sé­cu­ri­té. Jeu­di, on n’a fran­che­ment rien en­ten­du. On croyait que cette voi­sine vi­vait toute seule, on voyait les filles de l’hô­pi­tal ve­nir tous les jours pour ses soins. Est­ce que ceux qui ont fait ça pen­saient qu’ils te­naient le bar... »

EN­QUÊTE. C’est dans leur lo­ge­ment si­tué au pre­mier étage de cet im­meuble du 89, rue Ra­quin, que les corps de Mas­si­mo et Ge­ne­viève De­gl’in­non­cen­ti ont été re­trou­vés tôt ce ven­dre­di ma­tin. PHO­TO BERNARD LORETTE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.