Mar­wa « a le droit de vivre », se­lon ses pa­rents

Alors que l’hô­pi­tal pré­co­nise l’ar­rêt des soins pour ce bé­bé de 16 mois lour­de­ment han­di­ca­pé

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités -

Mar­wa, un bé­bé lour­de­ment han­di­ca­pé dont les proches luttent contre la pré­co­ni­sa­tion de l’hô­pi­tal mar­seillais de La Ti­mone d’ar­rê­ter les soins, « a le droit de vivre », a dé­cla­ré, hier, le père de l’en­fant, deux jours après une au­dience au Conseil d’etat, as­su­rant « ac­cep­ter » son état.

« On sait qu’elle va avoir un han­di­cap lourd. Nous, on ac­cepte son han­di­cap, elle a le droit de vivre parce que quand je re­garde dans ses yeux, elle nous montre qu’elle est là, elle s’ac­croche », a dé­cla­ré Mo­ha­med Bou­che­na­fa au cours d’une confé­rence de presse, quelques heures avant une marche pré­vue à Marseille : « Elle me dit” pa­pa, ne me lâche pas”, et moi je ne lâche pas ma fille, je vais al­ler jus­qu’au bout ».

« Je lui ai ra­me­né sa soeur ré­cem­ment, il y a 3 jours, quand elle a vu sa soeur elle a com­men­cé à bou­ger, cli­gner des yeux et tout, elle est là, elle le montre », a pour­sui­vi Mo­ha­med Bou­che­na­fa, qui pu­blie ré­gu­liè­ re­ment sur Fa­ce­book des vi­déos de sa fille de 15 mois.

« Ca s’est bien pas­sé au Conseil d’état, en es­pé­rant qu’ils prennent la bonne dé­ci­sion pour Mar­wa parce que là on est fa­ti­gués. Au lieu de res­ter avec notre fille, on court aux tri­bu­naux à Marseille, à Pa­ris, c’est trop pour nous. J’es­père que c’est la der­nière… J’es­père… », a­t­il ajou­té.

« On a re­çu des mails de mé­de­cins à l’étran­ger »

« On a re­çu beau­coup de mails de mé­de­cins à l’étran­ger, des neu­ro­logues par exemple aux États­unis, à Wa­shing­ton, à Ber­lin, en Ita­lie, en Bel­gique… Ils s’in­té­ressent au cas de Mar­wa et même ils ont le dos­sier de Mar­wa et dans les mois à ve­nir, on va avoir des ren­dez­vous pour la pe­tite Mar­wa », a­t­il aus­si as­su­ré.

« Quand (les mé­de­cins) parlent d’achar­ne­ment, je leur dis” pour­quoi s’achar­ner à la dé­bran­cher ?” Au bout de trois se­maines, ils ont com­men­cé à nous mettre cette idée dans no­ tre cer­veau alors que sui­vant L’IRM son cer­veau il est in­tacte, com­plè­te­ment in­tacte, très très bien, au­cune sé­quelle, c’est une pe­tite par­tie du cer­ve­let (qui est tou­chée) ».

Jeu­di, une au­dience à huis clos a eu lieu de­vant le juge des ré­fé­rés du Conseil d’état sur le cas de Mar­wa, ad­mise à l’hô­pi­tal de la Ti­mone le 25 sep­tembre 2016 pour un vi­rus fou­droyant.

Le 4 no­vembre, l’équipe mé­di­cale avait dé­ci­dé d’ar­rê­ter le trai­te­ment thé­ra­peu­tique et de dé­bran­cher l’ap­pa­reil res­pi­ra­toire main­te­nant l’en­fant en vie. Les pa­rents s’y étaient op­po­sés et avaient sai­si la jus­tice. L’AS­sis­tance pu­blique­hô­pi­taux de Marseille (AP­HM) conteste la dé­ci­sion du tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif de Marseille qui a or­don­né le 8 fé­vrier, comme le de­man­daient ses pa­rents, la pour­suite des soins de Mar­wa.

PHO­TO AFP

DÉTRESSE. Les pa­rents de Mar­wa avec sa soeur ju­melle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.