Un manque de lu­ci­di­té qui coûte un point

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports - A Castres, Va­lé­ry Le­fort

Si Clermont ne s’est en rien échap­pé du­rant cette par­tie, il a gâ­ché une toute fin de match qui au­rait pu lui per­mettre de ne pas re­par­tir bre­douille.

On se dou­tait bien que mettre les pieds à Castres avec la bise re­ve­nue et les in­ter­na­tio­naux re­te­nus n’au­rait rien d’une ba­lade bu­co­lique sur les rives su­bi­te­ment boueuses et char­gées de l’agout alors que les mon­tagnes alen­tours étaient our­lées de la neige tom­bée du­rant la nuit.

Mais on sait au­jourd’hui que Clermont ne gal­vaude plus rien. Que pour lui, re­par­tir à vide est dé­sor­mais une qua­si in­con­grui­té. Alors, passe en­core de com­mettre quelques er­reurs qui per­mirent au CO de s’of­frir un double et sal­va­teur bol d’air avec l’ap­port de son banc (2616) après avoir long­temps te­nu un in­té­res­sant ma­no a ma­no...

Mais de là à perdre la tête et à ac­cu­mu­ler les bou­lettes alors que vous avez plu­sieurs fe­nêtres de tir pour ren­trer au fi­nal dans les clous d’un bo­nus dé­fen­sif qui avait tout l’air d’une bonne pioche, c’est fich­tre­ment bal­lot ! Mais c’est pour­tant ce qui est ar­ri­vé à L’ASM.

On jouait la 77e mi­nute d’un match plié quant au nom de son vain­queur avec dix points de plus. Im­pos­sible, à cet ins­tant, d’in­vo­quer cô­té ASM un quel­conque manque de fraî­cheur col­lec­tive alors que plus de la moi­tié de l’équipe avait pré­ten­du­ment quit­té le sur­vet’ quelques mi­nutes plut tôt pour in­suf­fler sa grin­ta...

Une pre­mière chance de re­col­ler se pré­sen­ta avec une touche aux 40 mètres tar­nais. Si La­pan­dry sau­va la mise dans l’ali­gne­ment, Van der Merwe se fit cof­frer au sol. Pre­mier bal­lon per­du. Deux mi­nutes plus tard, L’ASM se voyait of­frir un bis re­pe­ti­ta, cette fois dans les 22 du CO. La belle oc­case que voi­là ! Ré­sul­tat des courses : touche pas droite. Il res­tait une poi­gnée de se­conde. C’était donc per­du.

Sauf que le Cas­trais Ma­fi ne trou­va rien de mieux que de re­par­tir au com­bat comme un pou­let sans tête au lieu de je­ter cette gonfle en touche après que la si­rène eut re­ten­ti. Et les Cler­mon­tois de quoi croire au mi­racle avec cette ul­time pos­se­sion dans les cinq mètres du CO trans­for­més en camp re­tran­ché. Bim ! Boum ! Et va z’y que je te pi­lonne ! Mais la ligne se re­fu­sa bel et bien alors que la troupe ra­geuse man­qua de ju­geote « en se je­tant à 15 dans un ruck » per­si­fla après coup Azé­ma, tout en re­gret­tant « ces deux touches mal né­go­ciées ».

Il y a des jours comme ça...

Trois oc­ca­sions pour mar­quer pour trois bal­lons ren­dus...

EN VAIN. Les Cler­mon­tois ont cru pou­voir ar­ra­cher le bo­nus dé­fen­sif avec une ul­time pos­ses­sion dans les cinq mètres du CO, trans­for­més en camp re­tran­ché. Mais la ligne se re­fu­sa à eux alors que la troupe ra­geuse avait man­qué de lu­ci­di­té.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.