Le loup iden­ti­fié au­rait tué dix bre­bis

Un éle­vage ovin d’une soixan­taine de têtes à nou­veau at­ta­qué

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région faits divers - Lu­do­vic Pille­vesse lu­do­vic.pille­vesse@cen­tre­france.com

Une at­taque mor­telle d’ovins, en dé­but de se­maine, à Lur­cy-le-bourg, pour­rait être l’oeuvre du loup iden­ti­fié dans la Nièvre de­puis la fin de l’an­née 2016. Les ser­vices de l’état sont qua­si­ment sûrs de sa res­pon­sa­bi­li­té.

Une at­taque, à Lur­cy­leBourg, pour­rait être l’oeuvre du loup iden­ti­fié dans la Nièvre de­puis la fin de l’an­née 2016. Les ser­vices de l’état sont qua­si­ment sûrs de sa res­pon­sa­bi­li­té.

Ni­co­las Re­gny, sous­pré­fet de Cosne­sur­loire et Cla­me­cy (*), et Fran­çois Po­hu, di­rec­teur dé­par­te­men­tal de l’of­fice na­tio­nal de la chasse et de la faune sau­vage (ONCFS), sont sûrs à presque 100 % que les dix bre­bis tuées dans un éle­vage de Lur­cy­leBourg, dans la nuit de lun­di à mar­di, l’ont été par un grand ca­ni­dé.

Le même ani­mal que ce­lui qui avait dé­jà ôté la vie de quatre ovins et en avait bles­sé trois autres, lors de deux at­taques de Chou­gny, entre les 30 dé­cembre 2016 et 2 jan­vier der­nier (notre édi­tion du 16 jan­vier). « Il y a un pe­tit doute. Il est faible mais il existe », ex­pliquent les deux hommes. La seule ré­ti­cence des au­to­ri­tés à l’in­cri­mi­ner of­fi­ciel­le­ment dans cette at­taque san­glante de Lur­cy­le­bourg tient à la faible quan­ti­té de viande dé­vo­rée. « 5 ki­los », dé­taille Fran­çois Po­hu. « Elle est in­fé­rieure à la norme qui avoi­sine les 10 ki­los dans le cas d’un loup. »

Cette in­tru­sion dans une prai­rie d’une ving­taine d’hec­tares de Lur­cy­leBourg, où pais­saient une soixan­taine de bre­bis, a été ré­vé­lée, mar­di après­mi­di, aux ser­vices de L’ONCFS.

À l’ar­ri­vée des agents, sept ovins ne res­pi­raient plus, trois autres étaient si mar­qués qu’ils ont dû être eu­tha­na­siés. Les sept der­niers ont eu la vie sauve mal­gré les bles­sures. Toutes les bre­bis at­ta­quées ont été mor­dues au cou.

« Les hé­ma­tomes et le dia­mètre des per­fo­ra­tions, très pro­fondes et im­por­tantes, cor­res­pondent au loup », note Fran­çois Po­hu. Après le constat de l’at­taque, les fonc­tion­naires ont po­sé des pièges pho­to­gra­phiques aux abords des lieux ci­blés par le pré­da­teur. Si l’ani­mal re­vient dans les pa­rages, il se­ra vite iden­ti­fié. À Chou­gny, il avait sé­vi deux fois en deux jours dans deux ex­ploi­ta­tions proches l’une de l’autre.

Pour contrer ce re­tour du loup, dis­pa­ru de la Nièvre de­puis la fin du XIXE siècle, les ser­vices de l’état ont ob­te­nu « 3.000 € de cré­dits d’ur­gence du mi­nis­tère de l’agri­cul­ture pour la pro­tec­tion des trou­peaux », an­nonce Odile Ber­the­lot, ad­jointe au chef de ser­vice des Eaux, Fo­rêts et de la Bio­di­ver­si­té à la Di­rec­tion dé­par­te­men­tale des ter­ri­toires.

(*) Il se sub­sti­tuait au pré­fet, pré­sident de la com­mis­sion de sui­vi du loup.

CER­TI­TUDE. Les ser­vices de l’état sont per­sua­dés que les bre­bis de Lur­cy-le-bourg ont été at­ta­quées par un loup. PHO­TO D’AR­CHIVES BRU­NO BARLIER

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.