Contre la fer­me­ture du gui­chet

Mo­bi­li­sa­tion, hier, de­vant la gare

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy-de-dôme - Oli­vier Cho­rusz­ko

Près de 200 per­sonnes, dont de nom­breux élus du Puy-de-dôme et de Hau­teloire, se sont ras­sem­blées, hier ma­tin, de­vant la gare de Brassac-sainte-flo­rine, à l’ap­pel de la CGT, pour ex­pri­mer leurs craintes au su­jet de cet équi­pe­ment.

Se­lon le syn­di­cat, la SNCF en­vi­sa­ge­rait de sup­pri­mer le gui­chet de vente, ou­vert de 5 h 50 à 13 h 30, pour le rem­pla­cer par un au­to­mate. Mi­li­tants CGT et élus dé­noncent une at­teinte au ser­vice pu­blic et une me­nace, à terme, pour la ligne. « La vente de billets de train ou l’in­for­ma­tion ho­raire ou ta­ri­faire ne sont pas les seuls ser­vices qu’offre un gui­chet, loin de là », as­sure Gilles Es­cure, de la CGT Che­mi­nots.

« La pré­sence hu­maine par­ti­cipe à la sû­re­té des usa­gers et la sé­cu­ri­té des cir­cu­la­tions. Le ven­deur par­ti­cipe aus­si à la prise en charge des per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite qui se­ront dans l’obli­ga­tion de se dé­pla­cer dans une autre gare adap­tée voire même de res­ter sur le quai. »

« Tôt ou tard, on va fer­mer la gare de Brassac et pour­quoi pas celle de Brioude et de Vic­le­Comte », s’in­quiète YvesSerge Croze, maire de Brassac­les­mines. La CGT af­firme que la ré­duc­tion des jours d’ou­ver­ture des gui­chets de Vic­le­comte et du Cendre est aus­si dans les tuyaux.

Contac­tée, la SNCF dé­ment toute dé­ci­sion concer­nant Brassac et évoque uni­que­ment une étude en cours « sur la dis­tri­bu­tion des modes d’achats. »

DÉ­FENSE. Usa­gers, cé­gé­tistes et élus de tous bords mo­bi­li­sés pour la gare et le train, sur un ter­ri­toire où la mo­bi­li­té est un en­jeu clef du dé­ve­lop­pe­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.