Le po­lar sur La Bourboule à la té­lé­vi­sion

Le té­lé­film tour­né au prin­temps der­nier, avec no­tam­ment Marthe Kel­ler, sur France 3 le 14 mars

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy-de-dôme - Vé­ro­nique La­coste-met­tey ve­ro­nique.met­tey@cen­tre­france.com

Le titre, « Sources as­sas­sines », est sans équi­voque : il est bien ques­tion de meurtres et d’une sta­tion ther­male. La Bourboule a ser­vi de dé­cor à ce té­lé­film que l’on pour­ra voir sur France 3 mar­di, à 20 h 55.

Les drones sont pas­sés par là, au­des­sus de La Bourboule et c’est ain­si que com­mence Sources as­sas­sines. « Il fal­lait une ville ther­male », ex­plique Oli­vier Ga­ra­be­dian, di­rec­teur de pro­duc­tion (voir La Mon­tagne du ven­dre­di 9 sep­tembre). « La ré­gion a aus­si été re­te­nue pour la qua­li­té de ses dé­cors ex­té­rieurs ».

Toute l’his­toire de ce té­lé­film po­li­cier pro­duit par Scar­lett Pro­duc­tion et France té­lé­vi­sions, que l’on ver­ra mar­di sur France 3, se passe dans le San­cy. La Bourboule est le coeur des prin­ci­pales scènes, avec ses thermes, ses sources, ses rues, son parc Fe­nestre. Des scènes sont tour­nées au Mont­dore ; un per­son­nage ha­bite à La Tour d’au­vergne…

Pas de carte pos­tale tou­ris­tique, dans cette fic­tion réa­li­sée par Bru­no Bont­zo­la­kis, et dont le titre ini­tial était « Sources vives ».

Le film com­mence dans la joie, à l’oc­ca­sion de la « fête des fées », où un conteur narre l’his­toire de la ci­té ther­male. Des di­zaines d’en­fants, jeunes cu­ristes comme en re­çoit La Bourboule ba­ti­folent dans ce lieu qui leur est dé­dié, dans le film comme dans la vraie vie. Pour cette pre­mière scène, quelque 90 fi­gu­rants avaient été re­cru­tés. La bonne hu­meur ne se­ra que de courte du­rée. Très vite, les en­fants sont pris de vo­mis­se­ments ; un mé­de­cin est dé­cou­vert mort dans un ja­cuz­zi ; on parle d’em­poi­ son­ne­ment à l’ar­se­nic… Irène, in­ter­pré­tée par Marthe Kel­ler, mé­de­cin­chef aux thermes, est aus­si­tôt soup­çon­née d’avoir as­sas­si­né ce­lui qui fut son amant. Sorte de Ma­rie Bes­nard au pas­sé trou­ ble… Ce se­rait trop simple. Sa fille Fan­ny (Ju­lie de Bo­na), qu’elle n’a pas vue de­puis long­temps, avo­cate de for­ma­tion et po­li­cière en congé ma­ter­ni­té, ar­rive là avec son bé­bé de 6 mois pour in­no­cen­ter sa mère.

Du parc Fe­nestre aux thermes de la sta­tion

Sur fond de meurtre, de ri­va­li­tés entre fa­milles bour­geoises et de re­la­tion conflic­tuelle entre une mère et sa fille, Sources as­sas­sines ra­conte la vie d’une pe­tite ville où tout bas­cule, où le pas­sé re­sur­git… Il est aus­si ques­tion de l’éven­tuelle vente des thermes, de ces mai­sons d’en­fants qui ferment les uns après les autres… Les re­bon­dis­se­ments ne manquent pas (un peu trop) dans ce film bien ser­vi par ses in­ter­prètes : Marthe Kel­ler, Jacques Bon­naf­fé, Agathe Bo­nit­zer, Ju­lie de Bo­na, Joa­kim Latz­ko, Alexandre Car­rière…

À la té­lé­vi­sion. Mar­di 14 mars sur France 3, à 20 h 55.

MÈRE/FILLE. Marthe Kel­ler et Ju­lie de Bo­na, le mé­de­cin-chef et la jeune po­li­cière. PHO­TO JU­LIEN CAUVIN SCAR­LETT PRO­DUC­TION

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.