La France em­boite le pas à l’ita­lie

Des cou­loirs hu­ma­ni­taires pour des ré­fu­giés sy­riens : une ini­tia­tive chré­tienne sou­te­nue par l’etat

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde -

L’ini­tia­tive, pré­pa­rée de­puis de longs mois par cinq or­ga­ni­sa­tions chré­tiennes, se­ra ac­tée mar­di à l’ély­sée : la France, après l’ita­lie, va ou­vrir des « cou­loirs hu­ma­ni­taires » pour ac­cueillir 500 ré­fu­giés sy­riens « par­mi les plus vul­né­rables », en pro­ve­nance du Li­ban.

Un pro­to­cole d’ac­cord se­ra si­gné en pré­sence du pré­sident Fran­çois Hol­lande pour mettre en oeuvre une opé­ra­tion d’« ac­cueil so­li­daire » d’exi­lés ayant fui la guerre qui ra­vage la Sy­rie de­puis mars 2011. La si­gna­ture doit as­so­cier les mi­nistres Bru­no Le Roux (In­té­rieur) et Jean­marc Ay­rault (Af­faires étran­gères) à trois struc­tures ca­tho­liques (com­mu­nau­té de Sant’egi­dio, Confé­rence des évêques de France et Ca­ri­tas) et deux pro­tes­tantes (Fé­dé­ra­tion pro­tes­tante de France et Fé­dé­ra­tion de l’en­traide pro­tes­tante).

« Ac­cueil in­con­di­tion­nel »

Se­lon Sant’egi­dio, à l’ori­gine du pro­jet, la France est le pre­mier pays à se lan­cer dans ces cou­loirs hu­ma­ni­taires après l’ita­lie, qui a ac­cueilli 700 Sy­riens dans ce cadre oe­cu­mé­nique de­puis fé­vrier 2016.

Le cor­ri­dor fran­çais pour­rait être em­prun­té à par­tir de la fin avril. Le dis­po­si­tif pré­voit « l’in­clu­sion en France de 500 per­ sonnes dans les 18 mois après la si­gna­ture du pro­to­cole, avec une prio­ri­té ac­cor­dée aux plus vul­né­rables » : fa­milles avec en­fants, femmes seules, per­sonnes âgées, ma­lades, han­di­ca­pées…

Si l’ini­tia­tive est chré­tienne, « l’ac­cueil est in­con­di­tion­nel », sans cri­tère d’ap­par­te­nance re­li­gieuse, sou­ligne le pré­sident de la Fé­dé­ra­tion pro­tes­tante de France, Fran­çois Cla­vai­ro­ly.

« Il de­ve­nait in­sup­por­table de voir ar­ri­ver des em­bar­ca­tions en­tières avec des morts. Nous avons vou­lu prendre le pro­blème à la source », ex­plique pour sa part Va­lé­rie Ré­gnier, pré­si­dente de Sant’egi­dio France. Plus de 5.000 mi­grants ont pé­ri en 2016 en vou­lant tra­ver­ser la Mé­di­ter­ra­née pour re­joindre les côtes eu­ro­péennes, se­lon L’ONU.

Con­crè­te­ment, ce pro­to­cole doit per­mettre l’oc­troi au Li­ban d’un vi­sa d’asile à des dé­pla­cés dans des camps fron­ta­liers de la Sy­rie. Les bé­né­fi­ciaires se­ront re­pé­rés par les ac­teurs as­so­cia­tifs, avant va­li­da­tion par les au­to­ri­tés fran­çaises. Trans­fé­rés en France par avion, « voie sûre », ils y ob­tien­dront le sta­tut de ré­fu­gié.

Pas d’ar­gent de­man­dé

« Nous ne de­man­dons pas à l’état de l’ar­gent mais d’agir sur le fac­teur temps : deux mois pour ob­te­nir un vi­sa au consu­lat à Bey­routh, puis trois mois en France pour la re­con­nais­sance de leur sta­tut de ré­fu­gié par l’of­pra » (Of­fice fran­çais de pro­tec­tion des ré­fu­giés et apa­trides), fait va­loir la res­pon­sable de Sant’egi­dio.

Les en­fants de­vraient être sco­la­ri­sés dans les trois jours sui­vant leur ar­ri­vée en France, et leurs pa­rents se voir of­frir des cours de fran­çais, un ac­com­pa­gne­ment vers l’em­ploi… « Pour une bonne in­té­gra­tion des per­sonnes, il faut qu’elles soient ré­gu­la­ri­sées et au­to­nomes plus vite », sou­ligne Va­lé­rie Ré­gnier.

Les frais sont « en­tiè­re­ment au­to­fi­nan­cés » via des dons et la mo­bi­li­sa­tion des ré­seaux chré­tiens. Une en­ve­loppe éva­luée à 11.000 eu­ros en moyenne sur un an pour une fa­mille de quatre per­sonnes.

PHO­TO AFP

EN 2016. Plus de 5.000 mi­grants sont morts en tra­ver­sant la Mé­di­ter­ra­née pour re­joindre les côtes eu­ro­péennes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.