Une « en­vie d’eu­rope » à par­ta­ger

L’an­cien dé­pu­té eu­ro­péen à la ren­contre du Par­le­ment eu­ro­péen des jeunes, hier ma­tin

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy - De - Dôme Actualité - Phi­lippe Cros

Da­niel Cohn-ben­dit a ren­con­tré, hier ma­tin, les ly­céens pré­sents à Cler­montfer­rand, pour par­ti­ci­per au Par­le­ment eu­ro­péen des jeunes. D’après vous, de quoi ont-ils par­lé ?

Mai 68 ? Da­ny le rouge ? Non, rien de ce­la. C’est Da­niel Cohn­ben­dit l’eu­ro­péen que les ly­céens du Par­le­ment eu­ro­péen des jeunes ont ques­tion­né, hier ma­tin, au ly­cée Jeanne­d’arc, à Cler­mont­fer­rand, pen­dant une heure riche en échanges.

« Je n’ai ja­mais été le grand­père ba­ba cool qui donne des le­çons aux jeunes. Je sais qu’il y a des jeunes qui sont mo­bi­li­sés, un peu moins dans les par­tis po­li­tiques, mais beau­coup dans les ONG, dans l’hu­ma­ni­taire. Je n’at­tends rien, les jeunes font ce qu’ils veulent ! Ce que j’ob­serve, c’est qu’il y a une grande vo­lon­té à se mo­bi­li­ser. »

Réunis pour plu­sieurs jours de réflexions, les jeunes du PEJ ont pro­fi­té de l’ex­pé­rience de Cohn­ben­dit, élu dé­pu­té eu­ro­péen en 1994 pour la pre­mière fois, pour le ques­tion­ner sur le Brexit, la crise mi­ gra­toire, le bud­get eu­ro­péen, la crise du pro­jet eu­ro­péen. « L’eu­rope est un es­pace fas­ci­nant pour les jeunes, a­t­il ré­pon­du. Je sou­tiens l’idée d’un Eras­mus pour tous, ou­vert non seule­ment aux étu­diants mais aus­si aux ou­vriers, aux ap­pren­tis. Ce­la pour­rait concer­ner près de 2 mil­lions de jeunes, tous les ans. »

L’eu­rope du fu­tur ? Pour Cohn­ben­dit, ce n’est pas le pro­blème mais la so­lu­tion. « Pour ré­gler la crise mi­gra­toire, on doit créer une agence eu­ro­péenne des ré­fu­giés, qui pour­rait faire ap­pel aux ré­gions, aux dé­par­te­ments, aux com­munes sans pas­ser par les États. »

L’eu­rope ga­rante des sou­ve­rai­ne­tés

À L’ONU, il ai­me­rait que le siège de la France au conseil de sé­cu­ri­té de­vienne un siège eu­ro­péen. Idem pour la dé­fense, avec l’idée d’une armée eu­ro­péenne. Et, ul­time pied de nez à ceux qui prônent le re­tour des fron­tières et le re­pli iden­ti­taire, Da­niel Cohn­ben­dit es­time même que l’eu­rope est la seule op­tion pour as­su­rer la sou­ve­rai­ne­té des pays. « Parce que face à la mon­dia­li­sa­tion, l’es­pace na­tio­nal n’exis­te­ra plus. Bien­tôt, la France au­ra une in­fluence mon­diale com­pa­rable à celle d’an­dorre en Eu­rope. La sou­ve­rai­ne­té de la France au­ra be­soin de la sou­ve­rai­ne­té eu­ro­péenne pour exis­ter. C’est le pa­ra­pluie qui nous pro­tège. »

JEUNES ET MOINS JEUNES. Photo de fa­mille après une heure de dis­cus­sions. PHOTO THIER­RY LINDAUER

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.