L’art de fa­ci­li­ter la créa­tion per­son­nelle

L’ESACM or­ga­ni­sait, hier, sa jour­née « Portes ou­vertes »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy - De - Dôme Actualité - Ren­sei­gne­ments. Té­lé­pho­ner au 04.73.17.36.10 ou consul­tez le site In­ter­net : www.esacm.fr/

L’école su­pé­rieure d’art de Cler­mont Mé­tro­pole ou­vrait, hier, ses portes au grand pu­blic. Toute une jour­née per­met­tant de vi­si­ter ce com­plexe dé­voué à la créa­tion.

« Ce que j’aime dans cette école tour­née vers l’art contem­po­rain, c’est l’ap­proche en­ca­drée grâce à ses pro­fes­seurs pro­fes­sion­nels », re­con­naît Pierre Frul­lo­ni, étu­diant cher­cheur di­plô­mé de L’ESACM.

Car voi­là l’une des grandes par­ti­cu­la­ri­tés de cette école : les pro­fes­seurs sont aus­si des pro­fes­sion­nels ! Ajou­té à ce­la, un faible nombre d’élèves qui dé­coule des sé­lec­tions, vous ob­te­nez un fort rap­port de proxi­mi­té ré­gnant dans l’éta­blis­se­ment entre en­sei­gnants et étu­diants.

Autre consé­quence : le lien entre le monde pro­fes­sion­nel et l’école s’avère om­ni­pré­sent, per­met­ tant aux étu­diants de se pro­je­ter vers l’ave­nir tout en conti­nuant d’ap­prendre au quo­ti­dien.

L’école pro­pose éga­le­ment de nom­breux cur­sus d’in­ser­tions pro­fes­sion­nels. En plus de la pos­si­bi­li­té d’étu­dier à l’étran­ger via le pro­gramme eu­ro­péen Eras­mus, l’école per­met de par­tir tra­vailler sur des pro­jets concrets dans une en­tre­prise étran­gère (dans des pays comme le Bé­nin, le Pé­rou et même dans de grande ville comme New York Ci­ty…).

Si l’école n’a pas à rou­gir ni­veau for­ma­tion, elle jouit éga­le­ment de bâ­ti­ments ré­cents très bien équi­pés. Chaque ar­tiste en de­ve­nir peut lais­ser al­ler son ima­gi­na­tion dans des stu­dios photos, de grands « ate­liers vo­lumes », et dans des salles à la pointe de la tech­no­lo­gie.

L’ESACM ac­cueille 170 élèves au to­tal, qui suivent des for­ma­tions des­ti­nées à ob­te­nir deux di­plômes d’état, le Di­plôme na­tio­nal d’art (en trois ans) et le Di­plôme na­tio­nal su­pé­rieur d’ex­pres­sion plas­tique (en cinq ans).

Une struc­ture vieille de 10 ans qui n’a pas pris une ride

PRO­JET. Cer­taines oeuvres d’élèves sont ex­po­sées dans l’école. PHOTO THIBAUD JOUR­DAN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.