Les Hautes Terres du Can­tal, au­tour de Mu­rat, offrent un en­vi­ron­ne­ment pro­pice aux jeunes pousses de l’entrepreneuriat so­cial

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche -

Le pays de Mu­rat a été l’un des premiers ter­ri­toires en France à dé­ve­lop­per le té­lé­tra­vail puis le co­wor­king. La clef de voûte de ce dis­po­si­tif, la Co­cotte Nu­mé­rique, est un es­pace col­la­bo­ra­tif équi­pé d’un Fa­blab. Tout est réuni – haut dé­bit, mise en ré­seau, mobilier de­si­gn, coa­ching per­son­na­li­sé, mo­dé­li­sa­tion 3D… et pleine na­ture – pour en­tre­prendre en mi­lieu ru­ral et réus­sir son pro­jet « ici plus qu’ailleurs ». Que l’on vienne d’une autre ré­gion ou de l’au­vergne, que l’on soit co­wor­ker, tra­vailleur in­dé­pen­dant, star­tu­per ou sa­la­rié. De­puis 2009, la com­mu­nau­té de com­munes (hier du pays de Mu­rat, au­jourd’hui des Hautes Terres) a ac­com­pa­gné 43 en­tre­pre­neurs dont 23 en ré­si­dence. Ce pack ac­cueil en par­te­na­riat avec l’agence des ter­ri­toires (ex-ré­gion Au­vergne) est du sur-me­sure. Il peut com­prendre, se­lon le pro­jet éco­no­mique, la prise en charge du loyer pen­dant 3 ou 6 mois, le ver­se­ment d’un sa­laire (sur la base d’un Smic), l’ac­cès à des for­ma­tions qua­li­fiantes, la gra­tui­té de l’es­pace de co­wor­king, jus­qu’à l’ac­com­pa­gne­ment hu­main et lo­gis­tique pen­dant un an.

Re­tour sur in­ves­tis­se­ment

L’im­pact éco­no­mique, dès 2013, au bout de cinq ans fai­sait état de 52 nou­veaux ar­ri­vants (88 au­jourd’hui), re­pré­sen­tant 22 fa­milles et 16 en­fants sco­la­ri­sés. Et 31 em­plois di­rects pour le ter­ri­toire. Le taux de sa­tis­fac­tion, 88 %, était proche du plé­bis­cite quant au cadre de vie et de tra­vail (70 % ve­nant d’une autre ré­gion, 60 % étant des femmes). Quant à l’in­ves­tis­se­ment (660.000 €), il était am­ple­ment amor­ti par le re­ve­nu gé­né­ré par les ac­ti­vi­tés (1,9 M€) et in­jec­té dans le pays de Mu­rat (1,2 M€). En 2014, le pack ac­cueil a ajou­té une brique en di­rec­tion des jeunes por­teurs de pro­jets : « Start’up Chef » sur le prin­cipe de « Top Chef » avec la com­pli­ci­té des en­tre­pre­neurs lo­caux mués en coachs le temps d’un week-end. Deux couples sur les trois pro­jets re­te­nus en 2014 vivent au­jourd’hui à Mu­rat avec une ac­ti­vi­té sa­la­riée. Et le couple qui s’est im­po­sé en 2015 va bien­tôt concré­ti­ser, pour l’un un pro­jet dans la per­ma­cul­ture, pour l’autre une ac­ti­vi­té dans le e-tou­risme. À part un couple ve­nu de Cler­mont-fer­rand, tous les autres étaient ori­gi­naires de la ré­gion pa­ri­sienne.

« START‘ UP CHEF ». Sur le prin­cipe de « Top Chef ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.