« Mon­sieur Pro­bi­té » n’existe plus

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 Jours En Politique - Pau­line Ma­reix

Si, pour la presse étran­gère, la mise en exa­men de Fran­çois Fillon, le 14 mars, n’a pas été une sur­prise, elle a tou­te­fois été lar­ge­ment com­men­tée. Le quo­ti­dien belge Le Soir sa­lue la stra­té­gie de l’in­dé­bou­lon­nable can­di­dat de la droite. En avan­çant sa convo­ca­tion de 24 heures, il s’est « épar­gné des images dé­sas­treuses ». Mieux en­core, « en an­non­çant lui-même cette is­sue pro­bable il y a quinze jours […], il est par­ve­nu à lui ôter sa théâ­tra­li­té ». « Il n’y a qu’une seule chose qui m’em­pê­che­rait d’être can­di­dat, c’est si mon hon­neur était at­teint, si j’étais mis en exa­men. » Qu’il semble loin, ce soir du 26 jan­vier où Fran­çois Fillon, sur le pla­teau du 20 Heures de TF1, cla­mait son in­no­cence… L’exem­pla­ri­té dont il s’était fait le hé­raut a vite été ba­layée. Pour le genevois Le Temps, dans la me­sure où Fillon a bâ­ti sa cam­pagne sur le thème de la pro­bi­té, ce re­nie­ment au­rait dé­jà dû le « dis­qua­li­fier ». Sur la ques­tion des cos­tumes of­ferts par un gé­né­reux do­na­teur, Fran­çois Fillon s’est conten­té d’un « Et alors ? ». « Le pro­blème, c’est qu’il ne voit pas le pro­blème », in­siste Le Temps. En ajou­tant que « Mon­sieur Pro­bi­té » n’exis­tant plus aux yeux de l’opi­nion pu­blique et qu’« il se­rait dans l’in­ca­pa­ci­té de faire pas­ser la moindre ré­forme », s’il était élu pré­sident de la Ré­pu­blique. Le quo­ti­dien suisse rap­pelle aus­si le slo­gan de Fillon lors de la pri­maire de la droite : « Le cou­rage de la vé­ri­té. » Ou l’art d’ap­puyer là où ça fait mal…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.