L’ome­lette de la re­vanche

Le po­li­to­logue Ro­land Cay­rol sonde la co­lère des Fran­çais

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 Jours En Politique - Florence Chédotal florence.che­do­tal@cen­tre­france.com

C’est un ha­bi­tué des pla­teaux té­lé, des ondes et de la vie po­li­tique fran­çaise. Mais de là à se ris­quer à un éven­tuel pro­nos­tic sur cette pré­si­den­tielle… Ro­land Cay­rol pa­ra­phrase Stein­beck et pu­blie Les rai­sons de la co­lère (Gras­set).

On ar­rive au mo­ment de tous les pos­sibles. Aus­si, mal­gré des an­nées de com­men­taires po­li­tiques der­rière lui, Ro­land Cay­rol ne semble pas se las­ser de­vant ce scé­na­rio pré­si­den­tiel à mul­tiples re­bon­dis­se­ments. Dans son der­nier livre, Les rai­sons de la co­lère (Gras­set), fa­cile d’ac­cès, le po­li­to­logue prend le pouls des Fran­çais et livre ses conseils aux fu­turs gou­ver­nants.

Vous ob­ser­vez la vie po­li­tique de­puis des an­nées, mais vous n’êtes pas un peu per­du quand même dans ce scé­na­rio 2017 ? On est tous vic­times de ces évé­ne­ments à ré­pé­ti­tion, qui res­semblent à un vé­ri­table feuilleton. Mais je suis en même temps pas­sion­né par ce qui se passe car on as­siste peut­être, pour la pre­mière fois de­puis 1958, à une re­mise en cause du sys­tème de la Ve Ré­pu­blique. Si l’hy­po­thèse Le Pen/ Ma­cron se vé­ri­fie au pre­mier tour, alors ce­la vou­dra dire que et la gauche et la droite se­ront ab­sentes. En sep­tembre der­nier, 86 % des Fran­çais vou­laient évi­ter la re­vanche Sar­ko­zy­hol­lande, mais cette hy­po­thèse éli­mi­née, on au­rait pu quand même avoir ce duel en ad­di­tion­ nel. Un scé­na­rio que les Fran­çais ont aus­si contré en sor­tant de la course Valls et Jup­pé. Émerge cette en­vie de ren­ver­ser la table du sys­tème des par­tis. Les Fran­çais ont tou­jours eu deux types de pul­sions po­li­tiques, un peu contra­dic­toires d’ailleurs : re­joindre le com­bat gauche­droite – sur une échelle gra­duée, ils savent par­fai­te­ment se si­tuer – et re­je­ter cette même gué­guerre qui dure, chaque fois, jus­qu’à la pro­chaine al­ter­nance, en dé­pas­sant ce cli­vage. Sous la IIIE Ré­pu­blique, on di­sait qu’il fal­lait « cou­per les deux bouts de l’ome­lette ».

Au fond, vous pen­sez que Ma­cron a tout com­pris ? En tout cas, il a com­pris le rasle­bol des Fran­çais et sai­si que ça ne pou­vait plus mar­cher ain­si.

Que pen­sez-vous de ce dis­cours sur le vote utile Ma­cron pour faire face au FN ? On ne peut pas rai­son­na­ble­ment pré­voir le ré­sul­tat du pre­mier tour. Les in­ten­ tions de vote bougent beau­coup. Fillon a per­du 10 points en peu de temps, Ma­cron en a ga­gné au­tant… Le Pen est haute. Il n’est pas impossible que d’autres mou­ve­ments im­por­tants in­ter­viennent d’ici 40 jours. À consi­dé­rer les marges d’er­reur, Le Pen, Ma­cron et Fillon sont dans un mou­choir de poche.

Les élec­teurs ont-ils plus de rai­sons au­jourd’hui d’être en co­lère ? Le sen­ti­ment des pro­messes ja­mais te­nues en est la pre­mière cause, no­tam­ment sur le su­jet de pré­oc­cu­pa­tion nu­mé­ro 1 des Fran­çais de­puis 1981 : le chô­mage. Ils ont l’im­pres­sion d’avoir été mal re­mer­ciés de leurs ef­forts pour s’adap­ter à l’offre po­li­tique. Ils ont vo­té, ont joué le jeu tan­dis que les po­li­tiques ont conti­nué leur pe­tite gué­guerre. Dé­sor­mais éga­le­ment, des juges moins com­plai­sants en­vers la classe po­li­tique et des jour­na­listes plus sour­cilleux per­mettent aux ci­toyens, mieux in­for­més, d’avoir un che­mi­ne­ment plus éclai­ré.

Vous conseillez de re­mettre le citoyen au centre. Mais le citoyen est-il tou­jours sen­sé ? Dans une dé­mo­cra­tie, le peuple a le droit de se trom­per. Il y a dé­jà eu, his­to­ri­que­ment, quelques em­bar­dées. Mais c’est lui qui doit dé­ci­der et non une élite po­li­tique à sa place. Au quo­ti­dien, en France, on ne fait pas fonc­tion­ner la dé­mo­cra­tie alors que les nou­veaux moyens tech­niques le per­met­traient. Il y a au­jourd’hui une vraie as­pi­ra­tion pour la par­ti­ci­pa­tion ci­toyenne.

R. CAY­ROL. « 80 % des Fran­çais s’in­té­ressent à cette élec­tion, donc je reste op­ti­miste sur la par­ti­ci­pa­tion. » © J.-F. PAGA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.