Scène ter­ro­riste en plein aé­ro­port

Un homme de 39 ans a agres­sé une pa­trouille de l’opé­ra­tion Sen­ti­nelle avant d’être abat­tu

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Septième Jour -

Un Fran­çais de 39 ans, Ziyed Ben Bel­ga­cem, a été abat­tu hier ma­tin par les forces de sé­cu­ri­té à l’aé­ro­port d’or­ly-sud (Val-de-marne) après avoir at­ta­qué, en in­vo­quant Al­lah, une pa­trouille mi­li­taire de l’opé­ra­tion Sen­ti­nelle, au terme d’une fuite en avant mou­ve­men­tée à tra­vers la ban­lieue pa­ri­sienne.

Le par­quet an­ti­ter­ro­riste s’est sai­si de l’en­quête. Les en­quê­teurs ont ra­pi­de­ment re­tra­cé le par­cours de l’homme qui a agres­sé les mi­li­taires, un an­cien bra­queur mul­ti­ré­ci­di­viste. Ziyed Ben Bel­ga­cem était « connu des ser­vices de po­lice et de ren­sei­gne­ment », se­lon le mi­nistre de l’in­té­rieur Bru­no Le Roux. Il avait dé­jà été condam­né pour plu­sieurs vols avec vio­lence et pour tra­fic de stu­pé­fiants. De­puis son der­nier pas­sage en pri­son, en 2016, il se trou­vait sous contrôle ju­di­ciaire.

Les faits ont dé­bu­té peu avant 7 heures, à Garges­lès­go­nesse (Val­d’oise), une com­mune de la ban­lieue nord de Pa­ris d’où l’homme est ori­gi­naire : lors d’un contrôle rou­tier, il a ti­ré au pis­to­let à gre­nailles sur des po­li­ciers, en bles­sant lé­gè­re­ment un à la tête. Sa trace est ré­ap­pa­rue à une tren­taine de ki­lo­mètres de là, à Vi­try­sur­seine (Val­deMarne), en ban­lieue sud, où il a no­tam­ment vo­lé une voi­ture avant de ga­gner l’aé­ro­port d’or­ly­sud si­tué non loin.

« Fuite en avant »

Dès lors, se­lon les termes du pro­cu­reur Fran­çois Mo­lins, est en­clen­chée pour Ziyed Ben Bel­ga­cem « une sorte de fuite en avant avec un pro­ces­sus de plus en plus des­truc­teur qui va vi­si­ble­ment cres­cen­do (...), avec des in­ten­tions qui sont cri­mi­nelles ».

À 8 h 22, au pre­mier étage du hall A du ter­mi­nal Sud, Ziyed Ben Bel­ga­cem me­nace une pa­trouille de trois mi­li­taires avec son pis­to­let à gre­nailles pour s’em­pa­rer du fu­sil d’as­saut Fa­mas que porte en ban­dou­lière l’un des membres de la pa­trouille, une femme. À ce mo­ment­là, il lance : « Po­sez vos armes ! Mains sur la tête ! Je suis là pour mou­rir par Al­lah. De toute fa­çon, il va y avoir des morts », a rap­por­té le pro­cu­reur Mo­lins. Ziyed Ben Bel­ga­cem, se­lon des sources proches de l’en­quête, est bien par­ve­nu à se sai­sir de l’arme après un corps­àcorps, avant d’être abat­tu par un autre sol­dat de la pa­trouille. Se­lon le pro­cu­reur Mo­lins, la lutte « a du­ré plus de 2 mi­nu­ tes », ce qui « dé­montre de fa­çon as­sez évi­dente la très forte vo­lon­té de l’agres­seur d’al­ler au bout de ce pro­ces­sus ».

Avant l’attaque, tou­jours se­lon le pro­cu­reur Mo­lins, l’homme a « je­té au sol un sac à dos conte­nant un bi­don d’hy­dro­car­bures ». Il avait éga­le­ment en sa pos­ses­sion un bri­quet et un co­ran. « Le choix de la cible, des mi­li­taires de l’opé­ra­tion Sen­ti­nelle, cor­res­pond aux mots d’ordre dif­fu­sés par les or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes dji­ha­distes », a re­le­vé le pro­cu­reur.

Fran­çois Hol­lande a « sa­lué » le « cou­rage et l’ef­fi­ca­ci­té » des po­li­ciers et mi­li­taires qui sont in­ter­ve­nus. Le chef de l’état a ajou­té que « ceux qui s’in­ter­ro­geaient en­core sur le rôle de l’opé­ra­tion Sen­ti­nelle doivent com­prendre que ce ren­fort des mi­li­taires aux forces de sé­cu­ri­té est es­sen­tiel ».

Se­lon des sources proches de l’en­quête, l’as­saillant était fi­ché « J » au Fi­chier des per­sonnes re­cher­chées (FPR), en rai­son de son pla­ce­ment sous contrôle ju­di­ciaire pour des faits de vol à main armée, mais il n’était pas re­cher­ché. Son ca­sier com­porte « neuf men­tions » pour des faits de droit com­mun.

« J’ai fait des bê­tises »

« Dé­tec­té comme ra­di­ca­li­sé » lors d’un pas­sage en dé­ten­tion en 2011­2012, il avait éga­le­ment fait l’ob­jet en 2015 d’une per­qui­si­tion ad­mi­nis­tra­tive qui « n’avait rien don­né », a pré­ci­sé une source po­li­cière.

Son père, son frère et un cousin âgé de 35 ans se sont pré­sen­tés spon­ta­né­ment à la po­lice et ont été pla­cés en garde à vue. Se­lon une source proche de l’en­quête, ils ont dé­cla­ré aux en­quê­teurs avoir été contac­tés par l’as­saillant qui leur a dit : « J’ai fait des bê­tises, j’ai ti­ré sur des gens et on m’a ti­ré des­sus. » Une per­qui­si­tion a eu lieu au do­mi­cile de Ziyed Ben Bel­ga­cem, à Garges­lès­go­nesse.

Près de 3.000 per­sonnes ont été im­mé­dia­te­ment éva­cuées du ter­mi­nal Sud ou confi­nées dans le ter­mi­nal Ouest voi­sin, le temps qu’une opé­ra­tion de dé­mi­nage ex­clue la pré­sence d’ex­plo­sifs. Le tra­fic aé­rien a re­pris pro­gres­si­ve­ment dans l’après­mi­di.

PRÉ­CAU­TION. 3.000 per­sonnes ont été éva­cuées du ter­mi­nal Sud. Le tra­fic aé­rien a re­pris dans l’après-mi­di. PHOTO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.