Mo­bi­li­sés pour la dé­fense des com­mis­sa­riats

Elus et po­pu­la­tion ras­sem­blés, hier, pour dé­fendre les struc­tures de Cour­non et Gerzat

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - La une - Sté­phane Bar­noin ste­phane.bar­noin@cen­tre­france.com

Les com­mis­sa­riats de Cour­non et Gerzat sont de­ve­nus des en­ti­tés sub­di­vi­sion­naires, rat­ta­chées à Cler­montfer­rand, de­puis le 1er mars. La ré­forme fait tou­jours grin­cer des dents dans les sec­teurs concer­nés.

Une ving­taine d’élus de droite et de gauche, écharpes tri­co­lores en ban­dou­lière, ali­gnés sur les marches de la pré­fec­ture. À leurs cô­tés, des res­pon­sables de syn­di­cats de gar­diens de la paix. Et de­vant eux, une cen­taine d’ha­bi­tants des com­munes concer­nées par la ré­or­ga­ni­sa­tion des com­mis­sa­riats de Cour­non et Gerzat, ve­nus dire leur at­ta­che­ment à « leurs » po­li­ciers.

« En­tre­prise de dé­mo­li­tion »

Ce front uni avait sur­tout va­leur de sym­bole, hier après­mi­di, dans le centre­ville cler­mon­tois. « On n’est peut­être pas très nom­breux, mais c’était im­por­tant d’être là, glissent Joël et Joëlle, deux re­trai­tés cour­non­nais. Dans une ville de 20.000 ha­bi­tants, comme la nôtre, il y a de la dé­lin­quance comme par­tout. On a be­soin de nos po­li­ciers ».

À Gerzat, Oli­vier constate, di­til, « une hausse constante de l’in­sé­cu­ri­té ». « Pas for­cé­ment des choses énormes, pour­suit ce com­mer­çant, mais plein de pe­tits dé­lits qui pour­rissent le quo­ti­dien : pou­belles brû­lées, voi­tures in­cen­diées, at­trou­pe­ments en ville, vols à l’éta­lage, etc. Pour y faire face, il faut pré­ser­ver nos pa­trouilles de proxi­mi­té jour et nuit, mais aus­si nos en­quê­teurs lo­caux ».

De­vant les grilles fer­mées de la pré­fec­ture, sous une ban­de­role mar­te­lant « Pas de com­mis­sa­riat au ra­bais ! », Ber­trand Pas­ciu­to et Jean Al­bi­set­ti parlent en­core d’une même voix. Les édiles de Cour­non et Gerzat ne cachent pas leur colère, une fois de plus.

« Il y a plu­sieurs mois, le mi­nistre de l’in­té­rieur de­ve­nu pre­mier mi­nistre (Ber­nard Ca­ze­neuve, NDLR) nous avait pro­mis par cour­rier qu’on ne tou­che­rait pas à nos com­mis­sa­riats. La pré­fète a fait le contraire. Où va la Ré­pu­blique si ce ne sont plus les élus, mais les fonc­tion­naires, qui dé­cident ? » Ber­trand Pas­ciu­to en­fonce le clou, chiffres à l’ap­pui : « En huit ans, on est pas­sé de 77 à moins de 40 po­li­ciers à Cour­non. Ce n’est pas ac­cep­table ». Mal­gré le dis­cours ras­su­rant des au­to­ri­tés (voir ci­ des­sous), le pes­si­misme des élus est par­ta­gé par les re­pré­sen­tants des syn­di­cats Uni­té SGP­FO et Al­liance.

« Nous sommes face à une vé­ri­table en­tre­prise de dé­mo­li­tion du ser­vice pu­blic de sé­cu­ri­té, s’ac­cordent­ils à dire. Dans le Puy­de­dôme, les dé­parts de col­lègues, pour des mu­ta­tions ou des re­traites, vont se mul­ti­plier dans les pro­chains mois. Les ef­fec­tifs vont di­mi­nuer de fa­çon inexo­rable. La ré­forme qui touche ces com­mis­sa­riats n’est donc qu’une étape. La pro­chaine, c’est la fer­me­ture pure et simple ».

UNIS. Les maires de Cour­non et Gerzat ont pu comp­ter sur le sou­tien de plu­sieurs ho­mo­logues. Par­mi eux, les édiles de Lempdes, Pé­ri­gnat-les-sar­liève, Cé­ba­zat et Le Cendre, qui dé­pendent aus­si des com­mis­sa­riats ré­for­més. PH FRAN­CIS CAMPAGNONI

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.