Au­teur, en­to­mo­lo­giste

Pré­cieux cof­fret, La Cap­ture réunit un ré­cit, un film et un en­tre­tien qui font pé­né­trer les ar­canes ter­riens et sou­ter­rains de Pierre Ber­gou­nioux.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Mu­riel Min­gau Twit­ter : @mmin­gau

Pierre Ber­gou­nioux, l’écri­vain que l’on sait, est aus­si en­to­mo­lo­giste. Il a col­lec­té de ma­nière ex­haus­tive toute la faune des in­sectes cor­ré­ziens.

La Cap­ture. « Le tra­vail n’avait pas été fait », confie­t­il à Geof­frey La­chas­sagne, réa­li­sa­teur du film qui donne son nom au cof­fret sor­ti chez Ver­dier. « Pour la pre­mière fois se trou­vaient réunies les condi­tions fa­vo­rables qui avaient man­qué à nos as­cen­dants, nos de­van­ciers, en rai­son de l’ar­rié­ra­tion de notre pe­tite pa­trie », ex­plique­t­il. Le film nous en­traîne dans ses pas alors qu’il sillonne la cam­pagne en quête d’in­sectes fas­ci­nants. On le dé­couvre aus­si dans sa mai­son, oc­cu­pé à écrire son fa­meux jour­nal. L’au­teur s’ana­lyse et se cor­rige avant même d’avoir po­sé les mots sur le pa­pier. Tout son être semble écri­ture. Est­ce ce­la être écri­vain ? De­ve­nir écri­ture… Par­fois, sa mai­son bour­donne fol­le­ment. Il évoque alors la dé­ser­ti­fi­ca­tion, les in­sectes re­ve­nus, la nature qui re­prend ses droits. Ce film, aux maintes sé­quences tou­chantes, dresse de l’au­teur un por­trait sen­sible et dé­li­cat.

Le grand syl­vain. Ce ré­cit, du nom d’un pa­pillon rare, fut pu­blié par Pierre Ber­gou­nioux en 1993. Cette sym­pho­nie scrip­tu­rale ex­plore sa pas­sion pour l’en­to­mo­lo­gie, jus­qu’à sa source. Cet éter­nel « in­adap­té au monde », comme tout homme se­lon lui, en­vie l’in­secte pour sa plé­ni­tude « dans la lu­mière et l’ou­bli de tout ».

Géo­logue des strates

Dans les trois mé­diums, film, ré­cit, en­tre­tien, se re­trouvent les thèmes qui le hantent et tra­versent son oeuvre. Ce sont l’im­per­ma­nence, la ty­ran­nie de l’en­fant que l’on fut, im­pos­sible à re­trou­ver, la perte, l’in­achè­ve­ment. C’est aus­si sa re­con­nais­sance des condi­tions dont sa gé­né­ra­tion bé­né­fi­cia. Elles lui per­mirent de de­ve­nir géo­logue des strates de vie de ses « de­van­ciers » et de sa propre exis­tence.

L’en­fance, les fon­da­tions. Cet en­tre­tien plus in­tel­lec­tua­liste, conduit par Ma­rie Ri­cheux de France Culture, croise aus­si ces ques­tions, à par­tir d’un autre beau texte pa­ru chez Ga­li­lée en 2013, Géo­lo­gies.

PIERRE BER­GOU­NIOUX. Cul­tive l’art de « faire te­nir dans une vie la te­neur de plu­sieurs ». PHOTO F. LHERPINIÈRE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.