La ré­sur­rec­tion du tom­beau du Ch­rist

Les trois prin­ci­pales confes­sions chré­tiennes du Saint­sé­pulcre (Grecs­or­tho­doxes, Fran­cis­cains, Ar­mé­niens) ont fi­nan­cé la ré­no­va­tion du lieu le plus saint du chris­tia­nisme : le tom­beau du Ch­rist à Jé­ru­sa­lem.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche -

Après neuf mois de res­tau­ra­tion, le tom­beau où, se­lon la tra­di­tion, le Ch­rist a été en­ter­ré, a été dé­voi­lé mer­cre­di lors d’une cé­ré­mo­nie dans l’église du Saint­sé­pulcre à Jé­ru­sa­lem.

Dé­bu­té en mai 2016, le chan­tier de ré­no­va­tion a per­mis de conso­li­der l’édi­cule de marbre qui sur­plombe le tom­beau et de re­don­ner ses cou­leurs d’ori­gine au lieu le plus saint du chris­tia­nisme. Le tom­beau a été en­tiè­re­ment dé­mon­té par des spé­cia­listes grecs puis re­cons­truit à l’iden­tique.

Lors de la cé­ré­mo­nie à la­quelle par­ti­ci­paient de nom­breux di­gni­taires de dif­fé­rentes obé­diences chré­tiennes, pour la pre­mière fois de­puis des dé­cen­nies, l’édi­fice a été dé­voi­lé sans la struc­ture mé­tal­lique qui en bar­rait la vue au­pa­ra­vant.

« Ce n’est pas seule­ment un don fait à la Terre Sainte, c’est un don adres­sé au monde en­tier », a lan­cé le pa­triarche grec or­tho­doxe Theo­phi­los III de Jé­ru­sa­lem au par­terre d’in­vi­tés, dont le Pre­mier mi­nistre grec Alexis Tsi­pras.

Cou­leur de l’es­poir

« Avant, le mo­nu­ment était tout noir, les murs de l’édi­cule ayant été as­som­bris par la fu­mée des cierges des pè­le­rins, ex­plique la res­tau­ra­trice en chef An­to­nia Mo­ro­pou­lou. Il a re­pris sa vé­ri­table cou­leur, la cou­leur de l’es­poir ».

Le chan­tier a vé­cu en oc­tobre un mo­ment « his­to­rique « : la plaque de marbre re­cou­vrant la tombe a été dé­pla­cée du­rant trois jours. La der­nière fois que des hommes avaient pu y ac­cé­der re­mon­tait à 1810, lorsque des tra­vaux de res­tau­ra­tion avaient été en­tre­pris à la suite d’un in­cen­die.

Dans les an­nées 1960 et 1990, d’autres ré­no­va­tions avaient été ef­fec­tuées dans dif­fé­rentes par­ties de l’église, si­tuée dans la Vieille Ville de Jé­ru­sa­lem, aux abords des lieux saints du ju­daïsme et de l’is­lam que sont le Mur des La­men­ta­tions et l’es­pla­nade des Mos­quées. L’édi­cule en re­vanche avait été né­gli­gé.

En neuf mois et pour un mon­tant de 3,4 mil­lions d’eu­ros, pra­ti­que­ment tout y a été dé­man­te­lé, net­toyé et res­tau­ré, y com­pris les co­lonnes et les dômes si­tués au des­sus et à l’in­té­rieur de l’édi­fice. Une fe­nêtre a été per­cée pour per­mettre aux pè­le­rins de voir la pierre nue de l’an­cien ca­veau pour la pre­mière fois.

Les tra­vaux ont été fi­nan­cés par les trois prin­ci­ pales confes­sions chré­tiennes du Saint­sé­pulcre (Grecs­or­tho­doxes, Fran­cis­cains, Ar­mé­niens) ain­si que par des contri­bu­teurs pu­blics et pri­vés.

Se­lon la tra­di­tion chré­ tienne, le corps de Jé­sus a été po­sé dans un lit fu­né­raire taillé dans le roc à la suite de sa cru­ci­fixion par les Ro­mains en l’an 30 ou 33. Les chré­tiens croient que le Ch­rist a res­sus­ci­té

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.