L’UE signe pour un ave­nir com­mun

Les di­ri­geants des 27, réunis hier à Rome, se re­mo­bi­lisent mal­gré le di­vorce avec le Royaume­uni

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités -

Les di­ri­geants eu­ro­péens ont af­fir­mé, hier, à Rome leur vo­lon­té de se re­mo­bi­li­ser, 60 ans après la si­gna­ture du trai­té fon­da­teur de l’union, au­jourd’hui me­na­cée, y com­pris par le Brexit.

«Prou­vez au­jourd’hui que vous êtes les di­ri­geants de l’eu­rope », a lan­cé le pré­sident du Conseil eu­ro­péen, Do­nald Tusk aux 27 chefs d’état et de gou­ver­ne­ment réunis au Ca­pi­tole, dans la même salle des Ho­races et des Cu­riaces où fut si­gné le trai­té fon­da­teur de l’union eu­ro­péenne le 25 mars 1957. La Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique The­re­sa May, qui a dé­ci­dé de lan­cer la com­plexe pro­cé­dure de sé­pa­ra­tion d’avec le bloc eu­ro­péen mer­cre­di pro­chain, n’était pas pré­sente.

« Il y au­ra un 100e an­ni­ver­saire de L’UE », a pré­dit à cette oc­ca­sion le pré­sident de la Com­mis­sion eu­ro­péenne, Jean­claude Jun­cker. Ac­cueillis sous un so­leil écla­tant par le chef du gou­ver­ne­ment ita­lien, Pao­lo Gen­ti­lo­ni, les chefs d’état et de gou­ver­ne­ment des 27 ont cha­cun à leur tour tra­ver­sé la grande place du Ca­pi­tole, des­si­née par Mi­chel-Ange, avant de si­gner un nou­vel en­ga­ge­ment so­len­nel en fa­veur de l’eu­rope.

« Il y a des si­gna­tures qui du­ rent », a af­fir­mé Jun­cker en pa­ra­phant ce do­cu­ment, la « Dé­cla­ra­tion de Rome », avec le même sty­lo uti­li­sé il y a 60 ans par son pré­dé­ces­seur luxem­bour­geois.

En 1957, l’al­le­magne, la France, l’ita­lie et les pays du Be­ne­lux (Bel­gique, Pays­bas, Luxem­bourg) s’en­ga­geaient à « éta­blir les fon­de­ments d’une union sans cesse plus étroite entre les peuples eu­ro­péens ». Mais « nous nous sommes ar­rê­tés et ce­la a pro­vo­qué dans l’opi­nion pu­blique une crise de re­jet, ce­la a fait re­fleu­rir les na­tio­na­lismes qu’on pen­sait re­lé­gués aux ou­bliettes », a dé­cla­ré avant la cé­ré­mo­nie de si­gna­ture Pao­lo Gen­ti­lo­ni. Mais, a­t­il as­su­ré, « nous avons ap­pris la le­çon, l’union choi­sit de re­par­tir ».

Dans leur dé­cla­ra­tion, les 27 ré­af­firment que leur « Union est une et in­di­vi­sible », en ré­ponse ex­pli­cite au Brexit. « Nous fe­rons en sorte » que le Brexit « ne soit pas au dé­tri­ment de l’eu­rope », a aver­ti à ce su­jet Fran­çois Hol­lande. C’est pour­tant une Eu­rope en pleine tem­pête qui cé­lèbre son 60e an­ni­ver­saire face aux vents de la dis­corde, du doute et de la dé­fiance po­pu­laire.

Quelque 30.000 ma­ni­fes­tants – pro et an­ti­ue – ont com­men­cé à dé­fi­ler dans les rues de la ville éter­nelle, dont le centre a été bou­clé par d’im­por­tantes forces de l’ordre.

Brexit, mais aus­si vagues mi­gra­toires, ma­rasme éco­no­mi­ que, at­ten­tats dji­ha­distes et re­pli iden­ti­taire : conçue à six pour re­cons­truire l’eu­rope après la Se­conde Guerre mon­diale, l’union à 27 tra­verse la pire crise de son his­toire.

« Rome doit mar­quer le dé­but d’un nou­veau cha­pitre » pour une « Eu­rope unie à 27 », se­lon Jun­cker.

Mais au­de­là des voeux pieux, la « Dé­cla­ra­tion de Rome » d’hier elle­même n’a pu échap­per aux di­vi­sions qui op­posent les Eu­ro­péens, no­tam­ment ceux de l’ouest et de l’est.

« Rythmes dif­fé­rents »

Ain­si, l’eu­rope à « plu­sieurs vi­tesses », le conten­tieux le plus dis­pu­té, est de­ve­nue dans la Dé­cla­ra­tion de Rome une Eu­rope à des « rythmes dif­fé­rents ».

Les 27 s’en­gagent à « agir de concert, si né­ces­saire à des rythmes dif­fé­rents et avec une in­ten­si­té dif­fé­rente, tout en avan­çant dans la même di­rec­tion, comme nous l’avons fait par le pas­sé, confor­mé­ment aux trai­tés et en lais­sant la porte ou­verte à ceux qui sou­haitent se joindre à nous plus tard ».

Un pa­ra­graphe mi­nu­tieu­se­ment ré­di­gé pour ten­ter de ras­su­rer la Po­logne et les autres pays ré­ti­cents, qui re­doutent d’être ex­clus du « club » en rai­son de leur op­po­si­tion ré­cur­rente aux pro­jets de Bruxelles, en ce qui concerne par exemple les po­li­tiques mi­gra­toires. « Une Eu­rope à plu­sieurs vi­tesses ne si­gni­fie nul­le­ment qu’il n’y a pas une Eu­rope com­mune à tous », s’est ef­for­cé de ras­su­rer la chan­ce­lière al­le­mande, An­ge­la Mer­kel.

« Nous avons ap­pris la le­çon, l’union choi­sit de re­par­tir »

DO­NALD TUSK. « Au­jourd’hui, à Rome, nous re­nou­ve­lons l’al­liance unique de na­tions libres qui a été lan­cée il y a soixante ans par nos pré­dé­ces­seurs », a dé­cla­ré le pré­sident du Conseil eu­ro­péen (ici, au mi­cro). PHOTO AFP

BERLIN. Marche pour l’eu­rope, or­ga­ni­sée hier. PHOTO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.