TGV

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 jours en pforlaitniqcu e& e monde - Claude Lesme

De­puis des mois, jour après jour, tout le monde at­ten­dait qu’il im­plose en plein vol. Mais voi­là, après avoir vé­cu avec scep­ti­cisme son dé­col­lage, nous as­sis­tons à la mise sur or­bite d’em­ma­nuel Macron vers le deuxième tour de l’élec­tion présidentielle et, en cas de duel avec Ma­rine Le Pen, vers son ar­ri­vée pro­bable à l’ély­sée. Ce qui consti­tue­rait une sa­crée per­for­mance pour un TGV de la po­li­tique âgé de 39 ans.

Il faut re­con­naître que l’an­cien ban­quier a bé­né­fi­cié d’un ali­gne­ment par­fait des pla­nètes, d’au­tant que cer­taines se sont éteintes comme Sar­ko­zy, Hol­lande, Jup­pé et Valls ou que d’autres ont per­du de leur lu­mi­no­si­té comme Fillon ou Hamon. Avec En Marche !, il avait in­té­gré avant tout le monde la soif de re­nou­ veau des Fran­çais, plus forte que le be­soin d’ex­pé­rience, et avait pro­ba­ble­ment su­bo­do­ré le co­rol­laire de cette colère ren­trée : le « dé­ga­gisme » et le dis­cré­dit des par­tis.

Sym­bole de la mo­der­ni­té, connec­té, at­trape­tout pro­gram­ma­tique, Em­ma­nuel Macron sé­duit de ma­nière trans­ver­sale, des jeunes aux re­trai­tés. Il a éga­le­ment fait son miel des af­faires des autres et il pro­fite à plein du vote utile des élec­teurs de Hol­lande de 2012, dé­si­reux de faire bar­rage à l’ex­trême droite en dé­pit d’une adhé­sion in­cer­taine et cri­tique à son pro­jet.

Fa­vo­ri de par sa dy­na­mique de cam­pagne, il reste quatre se­maines à Em­ma­nuel Macron pour ne pas com­mettre d’er­reurs et trier ses (nom­breux) nou­veaux amis. Il se­ra temps en­suite pour lui de dé­mon­trer sa ca­pa­ci­té à gou­ver­ner et sur­tout de dire avec qui.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.