Les Sa­no­fi à la re­cherche de ré­ponses

Une as­so­cia­tion de sou­tien aux sa­la­riés de Ver­to­laye créée face au pro­jet de ré­or­ga­ni­sa­tion

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Région actualité - Fran­çois Jaul­hac francois.jaul­hac@cen­tre­france.com Dé­pu­té. Suite à la réunion du 21 mars, An­dré Chas­saigne a mis sur pied plu­sieurs ac­tions : droit de suite au nom de la com­mis­sion des af­faires éco­no­miques de l’as­sem­blée na­tio­nale ; ren­contre dé­but avril

Le de­ve­nir de Sa­no­fi à Ver­to­laye et ses 860 sa­la­riés a mo­bi­li­sé, hier ma­tin. Face à l’ab­sence de ré­ponses, les syn­di­cats ont pris les de­vants avec la créa­tion d’une as­so­cia­tion de sou­tien.

«Au­jourd’hui, on es­saie de com­prendre ce qui va nous ar­ri­ver et on n’y ar­rive pas parce qu’on a zéro in­for­ma­tion ». Ce constat, c’est ce­lui de Paul Mei­ra Do Re­go, se­cré­taire du co­mi­té d’en­tre­prise de l’en­tre­prise Sa­no­fi, à Ver­to­laye. Et hier ma­tin, à la salle des fêtes de Ma­rat, il était par­ta­gé dans la nom­breuse as­sis­tance pré­sente à une réunion d’in­for­ma­tion or­ga­ni­sée par l’intersyndicale CFDT­CGC­CGT.

Nou­velle en­ti­té

Source des in­ter­ro­ga­tions, la créa­tion de « Ce­pia », une en­ti­té au­to­nome au 1er jan­vier 2017 ras­sem­blant les activités com­mer­ciales, de dé­ve­lop­pe­ment et de pro­duc­tion de prin­cipes ac­tifs des sites de Ver­to­laye, El­beuf et Uj­pest (Hon­grie), dé­diée aux clients tiers. Une en­ti­ té dans le groupe Sa­no­fi. Pour l’ins­tant. « Les re­struc­tu­ra­tions entre 2009 et 2017 ont vu dis­pa­raître 6.200 sa­la­riés et quinze sites », rap­pe­laient les syn­di­cats, avant d’évo­quer trois scé­na­rios pos­sibles pour Ver­to­laye : « Soit on reste dans le gi­ron de Sa­no­fi, soit c’est la créa­tion d’une joint­ven­ture, soit c’est la vente à un autre la­bo ou à un fonds d’in­ves­tis­se­ment. On ai­me­rait juste sa­voir quels sont les ar­gu­ments pour res­ter chez Sa­no­fi ».

Du­rant toute cette réunion, cha­cun y est al­lé de ses craintes et hy­po­thèses : « Au­jourd’hui, on nous vend parce qu’on ne rap­porte pas as­sez », ar­guait un re­trai­té de Sa­no­fi. Pour un deuxième, « l’eu­ rope est la seule res­pon­sable. Sor­tons de l’eu­rope ! » De son cô­té, le dé­pu­té An­dré Chas­saigne, ve­nu avec de nom­breux élus, rap­pe­lait l’ac­tion me­née ces der­nières se­maines à l’as­sem­blée na­tio­nale, mais il pré­ve­nait aus­si la di­rec­tion, pré­sente dans la salle : « Vous ne convain­crez per­sonne que la vente de cette nou­velle en­ti­té va sa­ tis­faire tout le monde ». Frédéric Briand, di­rec­teur du site, rap­pe­lait que « notre pro­jet a pour but de dé­ve­lop­per cette usine ».

Un dis­cours qui ne pas­sait pas, no­tam­ment chez le dé­pu­té pour qui, avec 3,7 mil­liards de di­vi­dendes ver­sés, « n’al­lez pas nous dire que le groupe Sa­no­fi n’a pas les moyens d’as­su­ rer son dé­ve­lop­pe­ment ! » Un sen­ti­ment par­ta­gé par l’intersyndicale : « On sait qu’on tra­vaille sur un mar­ché ou­vert et qu’il y a des op­por­tu­ni­tés et ces op­por­tu­ni­tés, c’est fa­cile pour Sa­no­fi de les sai­sir », es­ti­mait Paul Mei­ra Do Re­go.

Une chose était ce­pen­dant sûre, hier ma­tin : la créa­tion d’une as­so­cia­tion de sou­tien aux sa­la­riés qui vi­se­ra à as­su­rer « le sou­tien mo­ral et ma­té­riel des sa­la­riés de Ver­to­laye ». Sept membres du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion étaient pro­po­sés, avant le lan­ce­ment d’un fonds de so­li­da­ri­té « gé­ré en toute trans­pa­rence ».

Dé­sor­mais, syn­di­cats comme sa­la­riés at­tendent le rap­port d’ex­per­tise dé­cou­lant de la pro­cé­dure d’alerte lan­cée par le co­mi­té d’en­tre­prise de Sa­no­fi. « On est obli­gé d’al­ler jusque­là pour avoir des in­fos… »

AS­SIS­TANCE. Une ré­ponse sur le de­ve­nir du site de Ver­to­laye est at­ten­due, se­lon les syn­di­cats, « pour l’au­tomne 2017 ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.