L’ecole nor­male en quête d’un site idéal

His­toire des éta­blis­se­ments cler­mon­tois, dont ce­lui des­ti­né à la for­ma­tion des ins­ti­tu­trices

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Clermont vivre sa ville - Pierre Ga­briel Gon­za­lez pgg@wa­na­doo.fr Di­manche pro­chain. L’inau­gu­ra­tion, le 30 août 1888, d’une vé­ri­table « École nor­male » dé­diée à la for­ma­tion des ins­ti­tu­trices du Puy-de-dôme.

De­vant le be­soin crois­sant d’en­sei­gnantes du pri­maire vers 1880, les lo­caux de la rue Beauregard se montrent net­te­ment in­suf­fi­sants. Une autre so­lu­tion s’im­pose alors.

En 1882, la ques­tion de la construc­tion de nou­veaux bâ­ti­ments est po­sée de­vant l’as­sem­blée dé­par­te­men­tale. Le doc­teur Bla­tin, par­ti­cu­liè­re­ment ac­tif sur ce dos­sier, ap­pelle de ses voeux « une École nor­male d’ins­ti­tu­trices digne du dé­par­te­ment du Puy­de­dôme, ca­pable de four­nir aux né­ces­si­tés de l’en­sei­gne­ment pri­maire pu­blic ».

Sou­li­gnant que l’ef­fec­tif des ins­ti­tu­trices est ap­pe­lé à dou­bler très ra­pi­de­ment dans le dé­par­te­ment puisque la moi­tié des com­munes du Puy­de­dôme n’ont pas en­core d’école de filles, il pro­pose la construc­tion d’un éta­blis­se­ment en me­sure de for­mer qua­rante ins­ti­tu­trices chaque an­née. Le choix de son fu­tur em­pla­ce­ment re­tient l’at­ten­tion du Conseil gé­né­ral trois an­nées du­rant. Il s’agit de trou­ver un ter­rain vaste, si­tué en un lieu par­fai­te­ment sain et à belle vue… Le choix se porte d’abord sur la pro­prié­té Du­faud­La­van­dier, si­tuée fau­bourg du Pont­de­naud, en bor­dure de la ligne Clermont­tulle et de la route d’au­bière. En 1883, la pro­prié­té est ac­quise. Il reste à fixer les mo­da­li­tés fi­nan­cières de la construc­tion. Tout semble al­ler pour le mieux, mais c’est à ce mo­ment que l’on ap­prend l’exis­tence du pro­jet mu­ni­ci­pal d’une gare à Ra­ba­nesse, cou­plée avec les réa­li­sa­tions d’un dé­pôt de ma­chines (La Ro­tonde) et d’un ate­lier de construc­tion qui voi­si­ne­ront avec la fu­ture école.

De­vant ces in­for­ma­tions, le Conseil gé­né­ral es­time « qu’un éta­blis­se­ment d’en­sei­gne­ment de cette im­por­tance pou­vait être mieux pla­cé qu’entre un es­car­pe­ment ro­cheux et un im­mense ate­lier de ma­chines à va­peur » et dé­cide d’aban­don­ner le ter­rain Du­faud et de pro­cé­der à de nou­velles re­cherches…

Des pro­po­si­tions af­fluent sans sé­duire les pro­mo­teurs du pro­jet : un ter­rain trop exi­gu à Vallières, un autre trop bas et ma­ré­ca­geux le long de la Ti­re­taine, un troi­sième « entre les deux villes » éli­mi­né en rai­son de la proxi­mi­té de l’usine à gaz et des abat­toirs (au­jourd’hui Ca­serne des pom­piers place du 1er­mai), et en­fin le châ­teau de Mont­jo­ly à Chamalières, éga­le­ment écar­té en rai­son de son prix trop éle­vé.

Le Conseil gé­né­ral fixe alors dé­fi­ni­ti­ve­ment son choix sur la pro­prié­té Jou­zet, au lieu­dit « les Gra­vouses », route de la Ba­raque (au­jourd’hui ave­nue Ray­mond­ber­gou­gnan). Le ter­rain, d’une su­per­fi­cie de 1 hec­tare 70 ares, s’étend par­mi les jar­dins et les vignes en une po­si­tion saine et aé­rée. Le dé­par­te­ment en fait l’ac­qui­si­tion au prix de 57.000 francs.

Deux ans de tra­vaux

Un concours à pro­jets est lan­cé en 1884 à la suite du­quel le « Co­mi­té des bâ­ti­ments sco­laires » donne sa pré­fé­rence à Mm.ca­mut et Bres­son, ar­chi­tectes à Pa­ris. Les de­vis s’élèvent à 654.000 F. Un ar­rê­té du 17 juillet 1885 fixe à 200.000 francs la sub­ven­tion de l’état et au­to­rise le Dé­par­te­ment à contrac­ter un em­prunt de 460.000 francs pour com­plé­ter le fi­nan­ce­ment. Les tra­vaux com­men­cés en 1886 durent deux an­nées.

L’ob­jec­tif : for­mer qua­rante ins­ti­tu­trices

PA­NO­RA­MA. Vue de Clermont-ferrand, à par­tir de l’en­clos Jou­zet, fu­ture Ecole nor­male d’ins­ti­tu­trices, route de la Ba­raque, en 1898. A droite, on aper­çoit les che­mi­nées de l’usine Ber­gou­gnan (ac­tuel Ga­laxie).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.