Les contri­bu­tions de la po­pu­la­tion

Les as­so­cia­tions mi­li­tantes, ne pou­vant rai­son­na­ble­ment at­tendre une hy­po­thé­tique gé­né­ra­tion éle­vée à l’en­vi­ron­ne­ment, ac­com­pagnent le chan­ge­ment ci­toyen pour qui la pra­tique vaut mieux qu’un long dis­cours.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Na­tha­lie Van Praagh na­tha­lie.van­praagh@cen­tre­france.com

Il n’y a pas si long­temps, une sor­tie dans les tour­bières avec un ani­ma­teur na­ture re­le­vait de l’édu­ca­tion à l’en­vi­ron­ne­ment. Au­jourd’hui, la po­pu­la­tion ne se contente plus de suivre le guide, elle veut mettre son grain de sel. Le ci­toyen se place même vo­lon­tiers au centre de l’échi­quier de fa­çon à ju­ger par lui­même et choisir de ma­nière éclai­rée. Bref, l’ad­hé­sion et la contri­bu­tion ont pris le pas sur une in­jonc­tion éco­lo­gique par­fois culpa­bi­li­sante et fi­na­le­ment contre­pro­duc­tive.

Deux tiers de gas­pillage en moins dans les pla­cards et les ré­fri­gé­ra­teurs

« Le bou­gnat ne gas­pille pas » illustre cette évo­lu­tion de la so­cié­té. Au lieu de go­ber des re­cettes toutes faites, huit foyers du Puy­de­dôme ont tes­té de leur propre chef des as­tuces « an­ti­gas­pi ». Du­rant quatre mois, ces jeunes couples, ces fa­milles et ces re­trai­tés, ac­com­pa­gnés par un ani­ma­teur, ont aus­cul­té leurs pla­cards et leurs ré­fri­gé­ra­teurs, me­su­ré leur gas­pillage, étu­dié les éti­quettes sur les pro­duits pour mieux conser­ver les ali­ments, ex­pé­ri­men­té comment ac­com­mo­der les restes avec un chef étoi­lé…

Le Col­lec­tif ré­gio­nal d’édu­ca­tion à l’en­vi­ron­ne­ment (CREEA) a pi­lo­té ces ate­liers (*), qui ont abou­ti à deux tiers de gas­pillage en moins et à une vi­déo (sur You­tube) pour dif­fu­ser l’ex­pé­rience. « Nous ne sommes pas dans le “fais pas ci, fais pas ça” ; nous of­frons au ci­toyen des clefs de com­pré­hen­sion sur des su­jets com­plexes, pour qu’il puisse agir en conscience », si­tue Gé­ral­dine Cou­teau, co­or­di­na­trice du ré­seau au­ver­gnat qui compte une qua­ran­taine d’ac­teurs de l’édu­ca­ tion à l’en­vi­ron­ne­ment. Le Parc na­tu­rel ré­gio­nal Li­vra­dois­fo­rez est l’un d’eux. De­puis deux ans, il dresse un in­ven­taire des oi­seaux fré­quen­tant son ter­ri­toire l’hi­ver à par­tir de l’ob­ser­va­tion des ha­bi­tants qui leur donnent à man­ger.

In­ven­taire par­ti­ci­pa­tif

Sur la pla­te­forme in­ter­ac­tive, le par­ti­ci­pant peut en un clic re­con­naître, par le chant et la des­crip­tion, l’oi­seau qui niche chez lui. En s’im­pro­vi­sant na­tu­ra­liste, il s’ins­truit : « Énor­ mé­ment de gens achètent des boules de graisse, des graines, cer­tains savent dis­tin­guer une mé­sange mais la ma­jo­ri­té ignore par exemple que sept es­pèces vivent chez nous », in­dique Serge Cha­leil, char­gé de mis­sion en mé­dia­tion des pa­tri­moines.

290 per­sonnes ins­crites, dont une cen­taine est ac­tive, nour­rissent ain­si l’ob­ser­va­toire de la bio­di­ver­si­té, en consa­crant un peu de leur temps à l’iden­ti­fi­ca­tion. « La pré­sence ou non de telle ou telle es­pèce – on en re­cense une tren­taine en jan­vier et fé­vrier – ap­porte des in­di­ca­tions sur les tem­pé­ra­tures, le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique mais aus­si sur les per­tur­ba­tions que su­bissent les zones de re­pro­duc­tion », pour­suit Serge Cha­leil. En cause prin­ci­pa­le­ment : une ba­na­li­sa­tion des cultures (maïs, blé) et le re­cours aux her­bi­cides.

Le Parc Li­vra­dois­fo­rez ai­me­rait main­te­nant trans­for­mer ce ré­seau d’ob­ser­va­teurs en am­bas­sa­deurs de la na­ture. Tou­jours sur la base du volontariat, des for­ma­tions ont

été pro­po­sées au­tour des oi­seaux com­muns (mé­sanges, merles, moi­neaux, pin­sons, rouges­gorges…) et une ses­sion sur les ra­paces est à ve­nir en juin.

« Quand on met le doigt dans l’en­gre­nage…, c’est sans fin », confirme Serge Cha­leil, sa­tis­fait.

(*) Avec l’ap­pui de l’agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maîtrise d’éner­gie et de la Di­rec­tion ré­gio­nale de l’ali­men­ta­tion, de l’agri­cul­ture et de la fo­rêt.

AC­TEURS. Sous l’aile du Col­lec­tif ré­gio­nal d’édu­ca­tion à l’en­vi­ron­ne­ment, huit foyers du Puy-de-dôme, du­rant quatre mois, ont tes­té de leur propre chef des as­tuces « an­ti-gas­pi ». PHOTO AN­TOINE FAURE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.