Le die­sel en perte de vi­tesse

Il s’est ven­du en France da­van­tage de voi­tures es­sence en mars et c’est un mi­ni­séisme !

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités -

Pe­tit séisme dans une in­dus­trie au­to­mo­bile qui a com­mer­cia­li­sé jus­qu’aux trois quarts de ses vé­hi­cules au die­sel : il s’est ven­du en mars plus de voi­tures es­sence que die­sel en France.

La part de mar­ché des mo­to­ri­sa­tions die­sel est tom­bée à 47 % en mars, alors qu’elle était de 73 % en 2012, se­lon les don­nées pu­bliées hier par le Co­mi­té des construc­teurs fran­çais d’au­to­mo­biles (CCFA). Et les vé­hi­cules à es­sence, qui ta­lon­naient les die­sel de­puis plu­sieurs mois, ont fi­na­le­ment réus­si à les dé­pas­ser.

Entre le res­ser­re­ment des normes et des taxes après des an­nées de fa­vo­ri­tisme fis­cal, les études sur la no­ci­vi­té des émis­sions pol­luantes liées au ga­zole, ou en­core le scan­dale des mo­teurs die­sel tru­qués chez Volks­wa­gen, les ache­teurs se sont peu à peu dé­tour­nés de leur car­bu­rant pré­fé­ré.

« Pla­fond eu­ro­péen »

Sur le pre­mier tri­mestre de cette an­née, le die­sel est en­core en tête en France, avec 47,4 % des voi­tures neuves (52,19 % au pre­mier tri­mestre 2016) alors que les mo­to­ri­sa­tions es­sence en re­pré­sentent 47,24 % (43,31 % l’an pas­sé). Sur ces trois mois, les hy­brides (es­sence­élec­tri­ci­té) et élec­triques ont re­pré­sen­té 5,3 % des voi­tures ven­dues (4,45 % au pre­mier tri­mestre 2016).

La chute du die­sel de­vrait conti­nuer, mais « il y a un pla­fond eu­ro­péen qu’on n’ar­rive pas en­core à sai­sir », a com­men­té Fran­çois Rou­dier, di­rec­teur de la com­mu­ni­ca­tion du CCFA. La part des mo­teurs die­sel dans les nou­velles im­ma­tri­cu­la­tions en 2016 a re­cu­lé de 51,6 % à 49,5 % en Eu­rope de l’ouest, se­lon les chiffres de l’as­so­cia­tion eu­ro­ péenne des construc­teurs au­to­mo­biles (ACEA).

En mars, les ventes de voi­tures neuves sur le mar­ché fran­çais ont bon­di de 7 % – après un re­pli en fé­vrier lié au nombre de jours ou­vrés – avec 226.147 voi­tures neuves im­ma­tri­cu­lées.

Le mar­ché est « as­sez dy­na­mique, on est sur ce qu’on pré­voit » pour l’an­née 2017, entre 1 et 3 % de crois­sance à jours ou­vrés com­pa­rables, a sou­li­gné Fran­çois Rou­dier.

Les construc­teurs fran­çais ont bé­né­fi­cié de la crois­sance du mar­ché en mars. Le groupe PSA (Peu­geot, Ci­troën et DS) voit ses ventes aug­men­ter de 8,5 %, grâce no­tam­ment à la marque Peu­geot (+12,4 %). Les ventes du groupe Re­nault (marque au lo­ sange et Da­cia) sont en hausse de 5,3 %. Les douze mo­dèles les plus ven­dus ven­dues le mois der­nier sont fran­çais, avec le dé­sor­mais clas­sique trio de tête : Re­nault Clio, Peu­geot 208, Peu­geot 2008.

Pour Fran­çois Rou­dier, ces bonnes per­for­mances sont liées à l’« ef­fet “nou­veaux mo­dèles” qui conti­nue », et à la forte pro­gres­sion des SUV (4x4 ur­bain), « tout ter­rain tout che­min », pas­sés « d’un quart des ventes l’an der­nier à près d’un tiers » cette an­née.

Le clas­sique trio de tête des ventes : Re­nault Clio, Peu­geot 208, et Peu­geot 2008

Par­mi les construc­teurs étran­gers, le groupe Volks­wa­gen reste lar­ge­ment en tête, avec plus d’une voi­ture ven­due sur dix. Néan­moins, le groupe en­re­gistre une baisse de 3 %, pé­na­li­sé par la chute de 8,7 % des ventes de la marque Volks­wa­gen.

Il est sui­vi par le groupe Toyo­ta (marques Toyo­ta et Lexus), qui, a contra­rio, en­re­gistre un bond de 32,9 %, ti­ré par la bonne per­for­mance de la marque Toyo­ta (+34,1 %).

PHOTO AFP

PEU­GEOT MARCHE BIEN. Sur l’en­semble des trois pre­miers mois de 2017, le mar­ché est en hausse de 4,8 %, avec 541.067 vé­hi­cules neufs im­ma­tri­cu­lés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.