Com­ment vote l’au­vergne de­puis 1965 ?

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Grand angle grand angle -

La ré­gion vote-t-elle comme la France ?

1965. En Au­vergne, si Charles de Gaulle ar­rive en tête, son score au­ver­gnat du se­cond tour est en de­ça de la moyenne na­tio­nale (52,54 % contre 55,20 %).

1969. Sur ses terres au­ver­gnates, Georges Pom­pi­dou réa­lise un qua­si plé­bis­cite, réunis­sant 63,49 % des voix au se­cond tour (cinq points de plus que sur le plan na­tio­nal).

1974. Là en­core, l’an­crage lo­cal paie : VGE l’em­porte avec 52,72 % (50,81 % sur le plan na­tio­nal).

1981. L’usure du pou­voir ? VGE chute, même en Au­vergne, et ne ré­colte que 49,38 % des voix. Mieux tout de même que la moyenne na­tio­nale (48,24 %).

1988. Mit­ter­rand l’em­porte lar­ge­ment, et l’au­vergne le plé­bis­cite presque au même ni­veau que le reste de la France.

1995. Chi­rac car­tonne. En Au­vergne en­core plus qu’ailleurs (53,46 % contre 52,64 %).

2002. On se sou­vient de ce coup de ton­nerre d’avril 2002 : Jean­ma­rie Le Pen se classe deuxième au pre­mier tour, der­rière Jacques Chi­rac et juste de­vant Lio­nel Jos­pin. Mais, si la France avait vo­té comme l’au­vergne, le so­cia­liste Lio­nel Jos­pin au­rait ac­cé­dé au se­cond tour.

2007. Même exer­cice de pro­jec­tion : avec un score plu­tôt ser­ré, les Au­ver­gnats au­raient élu Sé­go­lène Royal (PS) pré­si­dente de la Ré­pu­blique plu­tôt que Ni­co­las Sar­ko­zy (UMP). Au ni­veau na­tio­nal, l’écart était pour­tant lar­ge­ment en fa­veur de l’an­cien pré­sident, avec 53,06 % des voix contre 45,94 % au se­cond tour.

2012. L’au­vergne vote Hol­lande plus mas­si­ve­ment qu’ailleurs (56,91 % contre 51,64 %).

SE­CRET. Dans l’iso­loir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.