Les cinq D’AC/DÇU s’offrent leur Zé­nith

Ha­bi­tués des pe­tites salles, hier soir, les cinq co­pains au­ver­gnats jouaient de­vant 2.200 per­sonnes

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy-de-dôme évènement - Si­mon An­to­ny si­mon.an­to­ny@cen­tre­france.com

Ce­la fait 13 ans que les cinq Au­ver­gnats ré­pètent que leur groupe est né d’une blague. Une blague qui jouait de­vant 2.200 per­sonnes hier soir.

Ils n’al­laient pas se prendre au sé­rieux au­jourd’hui ? Pas après 13 ans de con­certs ? Exac­te­ment, 4.922 jours de­puis leur pre­mière scène. C’était à Thiers, un mois d’oc­tobre 2003. Du rock et de l’hu­mour. Une dé­cen­nie plus tard, rien n’a chan­gé.

La porte de la loge s’ouvre : « Vingt mi­nutes », hurle le ré­gis­seur. Ju­lien est en­core en ca­le­çon. « Tu t’at­ten­dais à trou­ver de la drogue ? Nous, on a ça », lance­t­il en ex­hi­bant trois pa­quets de bon­bons. À quelques mi­nutes de mon­ter sur la plus grande scène de leur car­rière, le ton est à la plai­san­te­rie. Comme tou­jours. « Tu cherches Fred ? C’est le seul à avoir une loge juste pour lui », conti­nue la gui­ta­riste. « Tant mieux, il est in­sup­por­table quand il fait ses vo­ca­lises » re­bon­dit Ch­ris­tophe.

En ef­fet, Fred fait ses vo­ca­lises. « Vas­y, entre. Si tu veux al­ler aux toi­lettes, vas­y. John­ny a fait ca­ca ici. C’est fou. La der­nière fois que je suis ve­nu ici, c’était pour voir mon idole, Ro­bert Plant de Led Ze­pe­lin. » Oui, parce que der­rière la plai­san­te­rie, cha­cun des cinq membres sait très bien ce qui est en train de se pas­ser. « Ça fait neuf mois qu’on nous a pro­po­sé cette scène. On est en train d’ac­cou­cher. Neuf mois que j’en rêve chaque nuit et là, je suis en train de vivre ce dont je rê­vais. »

Quand on leur a pro­po­sé le Zé­nith, le groupe a hé­si­té un mo­ment. « Et si on n’était pas à la hau­teur ? Et si on vend pas de places ? Parce que les billets sont beau­coup plus chers que d’ha­bi­tude », ex­plique Ju­lien. Mais le Zé­nith s’est rem­pli. Au point que la jauge fixée à 1.600 a été fran­chie en jan­vier et la salle a dû pous­ser un peu ses murs pour les fans. Fi­dèles par­mi les fi­dèles. Et puis quelques nou­veaux. « Il y a ma femme, mes en­fants, mes cou­sins et même mon beau­père alors qu’il ne m’a ja­mais vu. Il y a même ma boss », s’étonne Fred.

« Trois mi­nutes », hurle le ré­gis­seur. Tout le monde est au pied de la scène. La salle est dans le noir. Les gens crient. Le groupe dé­barque dans un hé­li­co­ptère. En car­ton. La mu­sique part aus­si­tôt. À la fin du pre­mier titre, Fred s’ap­proche de la foule. « On est entre amis là. On va des­cendre vous ser­rer la main un par un d’ailleurs. » Et le pire, c’est qu’il y a vrai­ment pen­sé. ■

PHO­TOS THIER­RY LINDAUER

NOU­VEAU­TÉS. AC/DÇU fait tou­jours le show sur scène, entre rock et hu­mour, mais hier, ils ont « ten­té des trucs à la hau­teur de la salle ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.