Les cir­cuits courts du lo­ge­ment « Dans la den­telle »

À l’heure du co­voi­tu­rage et des cir­cuits courts, zap­per le pro­mo­teur pour se construire un chez­soi sur me­sure et par­ta­ger sa buan­de­rie avec ses voi­sins n’est plus une uto­pie. Exemple à Cler­mont­fer­rand.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Na­tha­lie Van Praagh na­tha­lie.van­praagh@cen­tre­france.com Plus d’in­fos. Le blog de La Sem­bla­da : la­sem­bla­da.blog­spot.com

«Les tra­vaux ont com­men­cé, on ne peut plus re­ve­nir en ar­rière. » Ch­ris­tine Bouz­nif et Anne­laure Sta­nis­las se disent « sou­la­gées » : « Jus­qu’aux pre­miers coups de pelle, on ne pou­vait être sûr à 100 %. » Dans un an, l’une et l’autre se­ront voi­sines à Tré­mon­teix, sur ces co­teaux cler­mon­tois aux al­lures de ville à la cam­pagne. Des voi­sines mais pas comme on l’en­tend d’or­di­naire. Avec cinq autres fa­milles – 13 adultes et 12 en­fants – elles par­ta­ge­ront le lo­cal à vé­los, la buan­de­rie, la chau­dière mixte à gra­nu­lés et à bois, l’ate­lier, le jar­din… et les voi­tures.

« On peut comp­ter les uns sur les autres »

De­puis des mois – le pro­jet d’ha­bi­tat grou­pé est né en 2011 – les deux femmes ont ap­pris à se connaître, à s’ap­pré­cier. Car, mis à part un frère et une soeur, les fu­turs ha­bi­tants de La Sem­bla­da, im­meuble sur me­sure, n’avaient au­cun lien entre eux. Juste une en­vie très forte de vivre au­tre­ment.

Qu’est­ce qui les a pous­sées, pré­ci­sé­ment ? « Je ve­nais de di­vor­cer et je me voyais mal vivre seule », ex­plique Ch­ris­tine, ma­man de deux grands en­fants et jeune grand­mère de 60 ans. L’en­sei­gnante en ma­ter­nelle ima­gine bien, main­te­nant, sa vie après l’école. « On peut comp­ter les uns sur les autres. Je pour­rai par exemple gar­der les en­fants à l’oc­ca­sion. Je les ai connus bé­bés, ils sont au­jour­ d’hui à la ma­ter­nelle, les voir gran­dir, de­ve­nir des ado­les­cents, voi­là ce qui m’in­té­resse. Pour nos âges, c’est bien d’être en­tou­ré de jeunes. »

Anne­laure, Mi­chel, son ma­ri, et leurs en­fants, de 2 et 4 ans, sont mon­tés dans le train en marche, en 2014. « L’idée, c’est du bon sens : un ha­bi­tat par­ta­gé, éco­lo­gi­que­ment évo­lué, peu gour­mand en éner­gie, sans trop d’em­prise fon­cière, dans un quar­tier sym­pa (*). »

Dans ce choix, la jeune femme ne voit au­cune contrainte « à part les dé­lais ». Et en­core, re­la­ti­vi­set­elle avec hu­mour : « On a bien fait d’at­tendre puis­qu’on a ga­gné des taux d’in­té­rêt plus bas. C’était un mal pour un bien ! »

Le plus dur ? « Trou­ver la banque », ré­pondent­elles en choeur. La fri­lo­si­té de­vant la nou­veau­té ? Tou­jours est­il que seul le Cré­dit Mu­tuel s’est mon­tré ca­pable de ré­pondre aux at­tentes fi­nan­cières de cha­cun.

Pour un tel pro­jet, sans pro­mo­teur, il faut pou­voir comp­ter aus­si sur un bon no­taire et un ar­chi­tecte qui ne craint pas les al­lers et re­tours. « Nous sommes des em­pê­cheurs de tour­ner en rond », plai­sante Ch­ris­tine. Avec le sens de la syn­thèse, Si­mon Teys­sou (Ate­lier du Rou­get) a su dé­ga­ger les dé­no­mi­na­teurs com­muns : sur un ter­rain à forte pente, il a conçu quatre du­plex ou­vrant sur le jar­din et trois simples ac­ces­sibles par le haut du ter­rain et do­tés d’une ga­le­rie. Un pa­tio forme un grand préau pour pla­cer des tables ou abri­ter les jeux des en­fants. La struc­ture et le bar­dage sont en dou­glas, les me­nui­se­ries ex­té­rieures en pin syl­vestre – tous deux ex­ploi­tés lo­ca­le­ment –, l’iso­la­tion en ouate de cel­lu­lose.

Sans se sub­sti­tuer à l’ar­chi­tecte, les com­pé­tences des uns et des autres – ar­chi­tecte, conduc­teur de tra­vaux, ur­ba­niste, contrô­leur de ges­tion, spé­cia­liste des ques­tions ju­ri­diques… – ont per­mis à La Sem­bla­da de se pas­ser d’as­sis­tance à maî­trise d’ou­vrage. Une éco­no­mie sub­stan­tielle.

Le 11 avril 2018, l’im­meuble se­ra li­vré à ses pro­prié­taires. Il leur res­te­ra en­core à amé­na­ger leur in­té­rieur. « Cha­cun a pu choi­sir plus ou moins de fi­ni­tions. On a vrai­ment de­man­dé à l’ar­chi­tecte et aux en­tre­prises de faire dans la den­telle ! » ■

(*) Le ter­rain se si­tue dans un éco­quar­tier avec un jar­din par­ta­gé. « On a des idées : un bar as­so­cia­tif, une bi­blio­thèque, des gardes d’en­fants par­ta­gées, un par­cours de san­té, on peut in­ven­ter », se ré­jouit Ch­ris­tine.

GROU­PÉ. La Sem­bla­da, le pro­jet en construc­tion de sept fa­milles : cinq couples, deux sexa­gé­naires, treize adultes et douze en­fants. PHO­TO LA SEM­BLA­DA

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.