Les ra­re­tés de la ré­serve des sagnes

La ré­serve na­tu­relle des sagnes, à La Go­di­velle, aux confins du Puy­de­dôme et du Cantal doit pas­ser de 24 à 125 hec­tares. Ici, on trouve des es­pèces ani­males et vé­gé­tales uniques, à pro­té­ger.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Vé­ro­nique La­coste-met­tey ve­ro­nique.met­tey@cen­tre­france.com

En ma­tière de sexua­li­té, l’azu­ré des mouillères a ses exi­gences. Pour se re­pro­duire, il lui faut une plante et pas n’im­porte la­quelle : la gen­tiane des ma­rais. Et une four­mi rouge. Au prin­temps, la fe­melle de ce pa­pillon pond sur le vé­gé­tal. La che­nille tombe en­suite au sol et se fait en­tre­te­nir par la four­mi­lière. Quand l’été fut ve­nu, la chry­sa­lide en voie de de­ve­nir pa­pillon se sauve vite, car de­ve­nue in­truse des tra­vailleuses.

L’agrion à lu­nules une li­bel­lule rare en Eu­rope

Cette es­pèce fait par­tie des ra­re­tés que l’on trouve dans la ré­serve na­tu­relle na­tio­nale des sagnes de La Go­di­velle, dans le Puy­deDôme. Vingt­quatre hec­tares de cette zone de moyenne mon­tagne sont pro­té­gés de­puis le 27 juin 1975. Au­jourd’hui, il est ques­tion d’agran­dir la ré­serve à 125 hec­tares et d’en faire un es­pace plus co­hé­rent. « Les ré­serves na­tu­relles sont les Rolls Royce des ou­tils de pro­tec­tion de la bio­di­ver­si­té », di­sait ré­cem­ment un re­pré­sen­tant de l’état lors d’une réunion dans ce vil­lage si­tué à 1.200 mètres (le plus en al­ti­tude du Puy­de­dôme).

« Il y a ici un pa­tri­moine na­tu­rel d’im­por­tance na­tio­nale », ajoute Lio­nel Pont, conser­va­teur des ré­serves na­tu­relles na­tio­nales des Sagnes de La Go­di­velle & Ro­cher de la Ja­quette. C’est ici que l’on

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.