Dus­tin Ware a re­pris son cos­tume de lu­mière

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports basket-ball - Jean-phi­lippe Béal

La ren­contre d’hier au­ra été mar­quée par une belle ex­pres­sion col­lec­tive des deux cô­tés du par­quet mais aus­si par le re­tour au jeu de Ware.

1

Ware a-t-il pe­sé pour son re­tour ? « Il faut bien re­con­naître une chose, c’est que le re­tour de Ware a chan­gé la donne. Il rend les autres meilleurs » : dans une sé­rie d’éloges au col­lec­tif au­ver­gnat pour la qua­li­té de sa pres­ta­tion, Cé­dric Heitz a ré­ser­vé une men­tion par­ti­cu­lière à l’amé­ri­cain.

Ab­sent de­puis un mois tout juste et la dé­faite contre Rouen, ce der­nier était très at­ten­du comme arme sup­plé­men­taire.

La pre­mière in­ter­ro­ga­tion a vite été le­vée à l’ap­pel des équipes : oui, Ware était là et… di­rec­te­ment dans le 5 ma­jeur au cô­té… de Carl Ena Em­bo qui de­puis son ar­ri­vée l’avait par­fai­te­ment sup­pléé comme trac­teur du jeu mé­tro­po­li­tain. Mais là, l’op­tion de Guillaume Vi­zade était en­core plus af­ fir­mée : « La stra­té­gie de jouer avec deux me­neurs de jeu très vite dans le marc a été payante. Elle a créé un rap­port de force qui nous a été fa­vo­rable. Il fal­lait stop­per le vo­lume de jeu de Her­mann­sonn (le me­neur ad­verse pièce maî­tresse de la for­ma­tion ca­ro­lo­ma­cé­rienne), de beau­coup le faire cou­rir, d’où cette vo­lon­té de jouer avec deux me­neurs de jeu. »

Qui ne don­nèrent ja­mais l’im­pres­sion de se mar­cher sur les pieds dans la conduite du jeu où Carl Ona Em­bo, lors de ses 29 mi­nutes, a su (et a dû, en rai­son d’une adresse ex­té­rieure dé­faillante avec 1 sur 6 à trois­points) dé­lais­ser son cos­tume de lu­mière des der­niers matchs pour s’en te­nir au tra­vail de l’ombre, au pro­fit du « re­ve­nant » Ware. Ce der­nier, très vite, as­su­ma plei­ne­ment sa « pre­mière ». L’amé­ri­cain at­tei­gnit ain­si les 30 mi­nutes avec 20 points (dont 47 % à 3 sur 7 à trois­points), 5 passes, 4 in­ter­cep­tions et 3 balles per­dues pour un jo­li 23 d’éva­lua­tion de ren­trée. 2

Quel vi­sage a af­fi­ché la JAVCM ? Mal­gré sa si­tua­tion et le rang de son ad­ver­saire du soir, ce­lui d’une équipe tou­jours ani­ mée par l’en­vie et ne jouant ja­mais avec le frein à main. La for­ma­tion au­ver­gnate ne s’est aus­si que très ra­re­ment dé­par­tie de sa lu­ci­di­té. Guillaume Vi­zade a ap­pré­cié : « Je suis très sa­tis­fait de notre ges­tion du rythme. On l’a im­po­sé à Char­le­ville no­tam­ment sur la re­lance. Et j’ai ai­mé que nos ro­ta­tions nous main­tiennent dans cette dy­na­mique­là. » Autre as­pect, la réus­site du double pro­jet at­taque, avec 83 points mar­qués et dé­fense, avec 61 en­cais­sés : « Le fait qu’on ait été très ré­gu­liers sur les quatre quart­temps avec 15, 15, 16 et 15 points en­cais­sés, cette ré­gu­la­ri­té­là j’y vois un signe de bonne san­té », re­le­va en­core le coach. 3

Est-ce que 22 points consti­tuent le plus gros écart de la sai­son en fa­veur de la JAVCM ? Oui et net­te­ment, le « re­cord » du club mé­tro­po­li­tain da­tant du 21 jan­vier de­vant Evreux et n’était alors « que » de 14 points (91­77).

WARE. Tout de suite dans le bon rythme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.