Entre mé­de­cine et pein­ture

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy-de-dôme actualité - Pro­chaines com­mu­ni­ca­tions. Mer­cre­di 3 mai, à 16 h 30, Ma­thieu Les­cuyer pré­sen­te­ra Wes­tern en bords d’al­lier, heurs et mal­heurs de l’ab­bé Gré­goire d’is­soire (13001350). Mer­cre­di 7 juin, à 16 h 30, Jean-pierre Cour­tillé pré­sen­te­ra Les py­ro­gènes. 19 rue Bar

L’aca­dé­mie des sciences, belles lettres et arts s’est réunie der­niè­re­ment à Cler­mont-fer­rand. L’ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle d’un mé­de­cin au­ver­gnat au dé­but du XVIIIE siècle et un por­trait An­toine Ra­made étaient à son pro­gramme.

L’ Aca­dé­mie des sciences, belles­lettres et arts de Cler­montFer­rand se réunit ré­gu­liè­re­ment à la mai­rie de Cler­mont­fer­rand, salle Mi­chel­de­l’hos­pi­tal, pour évo­quer dif­fé­rents su­jets. Il y a quelques jours, deux thèmes ont fait l’ob­jet de com­mu­ni­ca­tion.

Un por­trait d’an­toine Ra­made

Le doc­teur Mi­chel Roux a pré­sen­té un ex­po­sé sur l’ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle d’un mé­de­cin au­ver­gnat au dé­but du XVIIIE siècle, en l’oc­cur­rence le doc­teur Jean Li­gier, mé­de­cin à Billom. Après avoir évo­qué les cir­cons­tances dans les­quelles il a dé­cou­vert des do­cu­ments dans une mai­son de fa­mille, le confé­ren­cier a pré­sen­té une sé­rie d’écrits dont une plainte du doc­teur da­tée de 1727, à l’en­contre du sieur Jean Brun, conseiller du Roy à la chan­cel­le­rie de la Cour des Aydes, à qui il re­proche de ne pas lui avoir ré­glé ses ho­no­raires. Le confé­ren­cier a ana­ly­sé la « sup­plique » en re­pre­nant l’ar­gu­men­ta­tion de jus­tesse des ho­no­raires tout en fai­sant ré­fé­rence à des va­leurs dé­on­to­lo­giques re­mar­quables pour l’époque : le se­cret mé­di­cal et le tact et la me­sure.

D’autres do­cu­ments écrits de la main du doc­teur Li­gier entre 1726 et 1744 ont per­mis de mieux com­prendre le quo­ti­dien d’un mé­de­cin exer­çant dans un bourg au­ver­gnat et de se faire une idée de l’ac­ti­vi­té pro­fes­sion­nelle de cer­tains de ses confrères avec les­quels il fai­sait des vi­sites conjointes.

La deuxième par­tie était as­su­rée par Phi­lippe Au­ serve. Ce der­nier pré­sen­tait une huile sur toile non si­gnée re­pré­sen­tant An­toine Ra­made, né en 1903 à Mu­rat­le­quaire et dé­cé­dé en 1883 à Saint­sauves. Peint vers 1880, l’oeuvre est concen­trée sur le vi­sage, grâce à une pa­lette res­treinte dans les ca­maïeux de verts sombres en har­mo­nie avec ses yeux, ce qui met en re­lief le vi­sage res­té frais et sur­tout son re­gard lu­mi­neux et per­çant qui ré­vèle une forte per­son­na­li­té. Ses vê­te­ments at­testent qu’il re­ven­dique son ap­par­te­nance au monde pay­san. Mais d’autres élé­ments té­moignent de ses qua­li­tés hu­maines et de sa foi. Le confé­ren­cier risque un nom de peintre : Fer­rey­rolles, sur le­quel Phi­lippe Au­serve sou­hai­te­rait da­van­tage de ren­sei­gne­ments…

SA­VOIR. La mé­de­cine au XVIIIE siècle a no­tam­ment fait par­tie des su­jets abor­dés par l’aca­dé­mie. ILLUSTRATION JEAN-LOUIS GORCE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.