Etudes sé­rieuses dans un cadre agréable

Pe­tite et grande histoires des éta­blis­se­ments d’en­sei­gne­ments de Cler­mont­fer­rand

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Clermont vivre sa ville - Pierre Ga­briel Gon­za­lez pgg@wa­na­doo.fr Pra­tique. Vous sou­hai­tez té­moi­gner, ra­con­ter une anec­dote sur la vie sco­laire à Cler­mont, sur l’école nor­male d’ins­ti­tu­trices, mer­ci de nous contac­ter par cour­riel à pgg@orange.fr ou par cour­rier pos­tal à « Cler­mont

De 1888 à 1914, l’ecole nor­male d’ins­ti­tu­trices connaît une ère de la­beur pai­sible et fé­cond.

Le bâ­ti ent prin­ci­pal de l’ecole nor­male d’ins­ti­tu­trices se pré­sente aux vi­si­teurs dans son as­pect mo­nu­men­tal, tout en ma­té­riaux du sol au­ver­gnat : pierre de Volvic, moel­lons de Royat et pouz­zo­lane. Sa fa­çade est agré­men­tée de mo­tifs de brique et de ban­deaux de pierre blanche de Font­vieille. La grande baie cin­trée du pre­mier étage est or­née, à l’ori­gine, de vi­traux por­tant les ar­moi­ries des chefs­lieux du dé­par­te­ment.

Des tra­vaux com­plé­men­taires en­tre­pris en 1892 ferment ga­le­ries et préaux que les pre­miers mois d’uti­li­sa­tion montrent trop lar­ge­ment ou­verts aux vents d’ouest. Autre constat au terme des pre­mières an­nées d’uti­li­sa­tion, les bâ­ti­ments manquent de confort à cause du manque d’ef­fi­ca­ci­té du chauf­fage. Les ca­lo­ri­fères à air chaud pré­vus à l’ori­gine fonc­tionnent mal pen­dant les hi­vers longs et ri­gou­reux de notre ré­gion.

Il faut donc se ré­si­gner à ins­tal­ler des poêles à char­bon dans les salles de classe, le ré­fec­toire, la bi­blio­thèque, etc. D’autre part, la pose de per­siennes aux fe­nêtres s’ou­vrant au sud semble né­ces­saire, en rai­son cette fois d’un en­so­leille­ment trop fort au prin­temps et à l’au­tomne. Las, les de­mandes re­nou­ve­lées ré­gu­liè­re­ment au Conseil gé­né­ral du Puy­de­dôme sont chaque an­née igno­rées… Mal­gré l’in­sis­tance des di­rec­trices, le Dé­par­te­ment re­fuse d’en­ga­ger de nou­velles dé­penses.

En ap­pli­ca­tion de la ré­forme de 1905, de pré­cieux en­ri­chis­se­ments sont ap­por­tés à la culture des fu­tures ins­ti­tu­trices : en­sei­gne­ment de la pué­ri­cul­ture, ins­truc­tion mé­di­cale élé­men­taire, édu­ca­tion mé­na­gère éten­due et pous­sée. La troi­sième an­née de­vint une an­née d’ap­pren­tis­sage pro­fes­sion­nel, et par là, on n’en­tend pas seule­ment la pré­pa­ra­tion pé­da­go­gique, mais la pré­pa­ra­tion « à ces tâches pra­tiques di­verses né­ces­saires à l’in­fluence et à l’ac­tion de l’ins­ti­tu­trice au vil­lage ».

On connais­sait les « hus­sards noirs de la Ré­pu­blique », ces ins­ti­tu­teurs laïcs dans l’âme, au dé­voue­ment sans li­mite, tou­jours prêts à en dé­coudre avec le cu­ré de leur vil­lage, l’école nor­male d’ins­ti­tu­trices de Cler­mont forme aus­si à cette époque des « hus­sardes de la Ré­pu­blique »…

En 1904, s’ouvre une sec­tion de qua­trième an­née, pré­pa­ra­toire au concours d’ad­mis­sion à l’école nor­male su­pé­rieure de Fon­te­nay­saint­cloud en ré­gion pa­ri­sienne. Cette sec­tion élar­git le cadre des études nor­males et les élèves des autres pro­mo­tions as­sistent sou­vent aux confé­rences pré­pa­rées en vue de la qua­trième an­née par des pro­fes­seurs de la fa­cul­té de Cler­mont, pro­fi­tant ain­si de la dy­na­mi­sa­tion de vie in­tel­lec­tuelle.

Plus de 50 élèves

En même temps, l’école an­nexe, dite école d’ap­pli­ca­tion, dont les débuts ont été dif­fi­ciles en rai­son de la faible den­si­té de po­pu­la­tion alen­tour, conti­nue à pro­gres­ser… len­te­ment. De 1888 à 1900, son ef­fec­tif ne dé­passe pas 30 élèves, et en­core ses di­rec­trices suc­ces­sives son­telles dans la né­ces­si­té, pour la main­te­nir à ce ni­veau d’al­ler elles­mêmes re­cru­ter leurs élèves jus­qu’aux abords de la ca­thé­drale ! Après 1910, avec le peu­ple­ment pro­gres­sif du quar­tier Font­giève, ce chiffre s’élève ra­pi­de­ment. En 1911, il dé­passe 50 élèves dont la moi­tié en­vi­ron dans la sec­tion en­fan­tine, ce qui per­met de pré­voir la créa­tion d’une vé­ri­table École ma­ter­nelle.

À di­manche pro­chain pour la suite de l’histoire…

Une an­née pré­pa­ra­toire au concours d’ad­mis­sion à l’école nor­male su­pé­rieure de Fon­te­nay­saintC­loud

IMPOSANTE. La fa­çade prin­ci­pale de l’an­cienne École nor­male d’ins­ti­tu­trices, telle que l’on peut la voir au­jourd’hui. AR­CHIVES PGG

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.