Ale­jan­dro Val­verde au pied des mou­lins

Au dé­part de Maas­tricht, au­jourd’hui

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports l'actu nationale -

Le cy­clisme belge, triom­phant dans les clas­siques pa­vées, a tout à se mé­fier au­jourd’hui d’ale­jan­dro Val­verde, fa­vo­ri au pays des mou­lins de l’am­stel Gold Race qui n’a en­core ja­mais réus­si à un cou­reur es­pa­gnol.

Deuxième à deux re­prises (2013 et 2015), Val­verde a tou­jours échoué pour la vic­toire dans la clas­sique néer­lan­daise au contraire des deux autres courses (Flèche Wal­lonne mer­cre­di, Liège­bas­to­gneLiège di­manche) qui com­posent la se­maine des Ar­dennes. Un rap­pel : de­puis 1966, au­cun de ses com­pa­triotes n’a ins­crit son nom au pal­ma­rès.

Mais, cette fois, Val­verde se pré­sente au dé­part des 261 ki­lo­mètres, à Maas­tricht, en pleine confiance. Il compte dé­jà neuf vic­toires cette sai­son (dont six en Worldtour) et son ré­cent suc­cès au Tour du Pays Basque, une course par étapes qu’il n’avait ja­mais rem­por­tée, prouve un ap­pé­tit in­tact alors qu’il s’ap­proche de son 37e an­ni­ver­saire.

Dans le Lim­bourg, où la course vi­re­volte près de la fron­tière belge et mul­ti­plie les brèves as­cen­sions (pas moins de 35 !), Val­verde et les autres cou­reurs par­ti­ront sans vrais re­pères. Car le par­cours de l’unique clas­sique néer­lan­daise de ni­veau mon­dial a été mo­di­fié dans son fi­nal.

Le Cau­berg, la mon­tée­sym­bole de la course pla­cée à moins de 2 ki­lo­mètres de l’ar­ri­vée, est cette fois dis­tant de 19 ki­lo­mètres. « Nous es­pé­rons une course plus ou­verte », ex­ plique l’or­ga­ni­sa­teur Leo Van Vliet. « Ce sont les cou­reurs et les équipes qui font la course. Mais il est clair que le Cau­berg se­ra moins dé­ci­sif. »

Après la troi­sième as­cen­sion du Cau­berg, deux côtes se­ront en­core à fran­chir avant les der­niers 7 ki­lo­mètres me­nant à la ligne si­tuée sur le pla­teau au­des­sus de la ci­té tou­ris­tique de Val­ken­burg. Pour les sprin­teurs, le chan­ge­ment re­pré­sente une chance sup­plé­men­taire bien que le Fran­çais Bryan Co­quard (4e l’an pas­sé) af­firme pré­fé­rer l’an­cien par­cours.

Co­quard, qui est tom­bé amou­reux des lieux de­puis qu’il est mon­té sur le po­dium de la course es­poirs des Mon­diaux 2012, s’at­tend à re­trou­ver sur sa route l’ita­lien Son­ny Col­brel­li (3e en 2016), en grande forme au vu de sa vic­toire mer­cre­di dans la Flèche Bra­ban­çonne. Mais aus­si l’aus­tra­lien Mi­chael Mat­thews, qui s’était si­gna­lé en 2015 (3e).

Gil­bert pour fi­gure de proue

Pour se dis­pu­ter la vic­toire, les rou­tiers­sprin­teurs doivent au­pa­ra­vant neu­tra­li­ser les pun­cheurs et les at­ta­quants qui ont fait main basse sur les pre­mières clas­siques. Aus­si bien le Po­lo­nais Mi­chal Kwiat­kows­ki (vain­queur de Mi­lan­san­re­mo) que les Belges Phi­lippe Gil­bert (Tour des Flandres) et Greg Van Aver­maet (Pa­risRou­baix).

De ce trio ma­jeur, avec Gil­bert pour fi­gure de proue, seul Van Aver­maet n’a ja­mais ga­gné la « Gold Race » (6e en 2015).

VAL­VERDE. L’es­pa­gnol ici vain­queur lors du der­nier Tour de Ca­ta­logne fait fi­gure de fa­vo­ri.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.