Une nou­velle sai­son en pente raide pour les sta­tions

En­core un hi­ver avec une fré­quen­ta­tion en baisse (pas par­tout), pour cause de manque de neige

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde -

La plu­part des sta­tions de ski fran­çaises ont en­re­gis­tré une nou­velle baisse de leur fré­quen­ta­tion cette sai­son en rai­son du dé­fi­cit de neige, constatent les pro­fes­sion­nels de la mon­tagne, qui dressent un bi­lan « contras­té », va­riant se­lon la taille des do­maines.

Les plus grands do­maines skiables fran­çais, qui sont aus­si les mieux équi­pés, soit une pe­tite quin­zaine ré­par­tie sur les mas­sifs les mieux en­nei­gés et mi­sant sur une clien­tèle plus for­tu­née, ont ti­ré leur épingle du jeu. Ils re­pré­sentent « plus de la moi­tié de la fré­quen­ta­tion » de la pé­riode hi­ver­nale et per­mettent de com­pen­ser en par­tie le re­cul consta­té par­tout ailleurs.

- 3 % en­vi­ron

S’ils ne sont pas en­core fi­gés, les der­niers in­di­ca­teurs, da­tés d’avril, per­mettent de dé­ga­ger une ten­dance : la sai­son de ski 2016­2017 de­vrait se clô­tu­rer, comme en 2015­2016, avec une baisse de la fré­quen­ta­tion avoi­si­nant les 3%.

« Le chiffre se­ra pro­ba­ble­ment plus faible que la moyenne des cinq der­niè­ res an­nées. De Cour­che­vel à Val Tho­rens, ce sont les sta­tions haut de gamme qui s’en sortent le mieux », confirme Di­dier Ari­no, le di­rec­teur du ca­bi­net d’études Pro­tou­risme, en dé­cri­vant une an­née « moyenne » pour une « grosse moi­tié de sta­tions » et « plu­tôt mau­vaise » pour un tiers d’entre elles.

L’amé­na­ge­ment du ca­len­drier des va­cances sco­laires a per­mis d’évi­ter « une baisse de deux points sup­plé­men­taires », es­timent les pro­fes­sion­nels de la mon­tagne.

Pic en fé­vrier

Se­lon eux, l’ar­ri­vée tar­dive des pre­mières grosses chutes de neige, consta­ tées au dé­but de l’an­née 2017, a per­tur­bé le dé­but de la sai­son et no­tam­ment l’im­por­tante pé­riode des fêtes de fin d’an­née.

« À l’is­sue des va­cances de Noël, la fré­quen­ta­tion était en re­cul de 20 % par rap­port à 2015­2016. Fin jan­vier, ce chiffre est pas­sé à ­7 %, puis à ­1 % après les va­cances de fé­vrier, où un pic de fré­quen­ta­tion a été at­teint sur deux des quatre se­maines », dé­taille Laurent Rey­naud, dé­lé­gué gé­né­ral de Do­maines skiables de France. « Ce qui marque la sai­son, c’est un grand en­so­leille­ment et, cor­ré­la­ti­ve­ment, peu de pré­ci­pi­ta­tions, comme en dé­cembre ou en mars. Ain­si, la der­nière quin­zaine de mars a été par­ti­cu­liè­re­ment creuse », ajou­tet­il.

Autre par­ti­cu­la­ri­té : sur un même mas­sif, l’en­nei­ge­ment est ap­pa­ru très contras­té d’une sta­tion à une autre. Dans les Py­ré­nées, la sai­son a été « cor­recte sur les par­ties Est et ex­trême­ouest du mas­sif », tan­dis que les grandes sta­tions des Py­ré­nées cen­trales ont connu une di­mi­nu­tion de l’af­flux de skieurs.

Hausse des prix

La Sa­voie et la face Est des Alpes du Sud, et en par­ti­cu­lier les sta­tions de ski si­tuées le long de la fron­tière ita­lienne (Ri­soul, Mont­ge­nèvre, le Quey­ras, Vars), ont bé­né­fi­cié d’un manteau nei­geux consé­quent. L’ac­ti­vi­té a en re­vanche été plus com­pli­ quée dans les Vosges, le Mas­sif cen­tral, le Ju­ra, en Isère et en Haute­sa­voie.

Après le ra­té du dé­but de sai­son, les va­cances d’hi­ver ont en­re­gis­tré un suc­cès in­édit, avec une « hy­per­fré­quen­ta­tion tou­ris­tique » consé­cu­tive aux chutes de neige qui ont blan­chi les mas­sifs en jan­vier. Les pre­miers in­di­ca­teurs laissent pen­ser qu’elle re­pré­sen­te­ra « plus de 40 % de la fré­quen­ta­tion de l’an­née ».

Quant aux va­cances de prin­temps, elles pour­raient s’avé­rer « meilleures que l’an der­nier » en terme de fré­quen­ta­tion, même si cer­taines sta­tions de ski ont été contraintes d’an­ti­ci­per leur fer­me­ture en rai­son du dé­fi­cit d’en­nei­ge­ment.

Le chiffre d’af­faires de la pé­riode hi­ver­nale de­vrait au mieux res­ter stable, en par­tie grâce à la hausse des prix pra­ti­quée par les hé­ber­geurs et les ges­tion­naires des re­mon­tées mé­ca­niques. Mais « la clien­tèle des classes moyennes, qui ne part au ski que si toutes les condi­tions de neige et de mé­téo sont réunies, a man­qué », conclut Di­dier Ari­no.

MANTEAU BLANC. A Su­per-besse (Puy-de-dôme), à la mi-fé­vrier. PHO­TO RI­CHARD BRUNEL

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.