Cler­mont à l’as­saut d’un mo­nu­ment

Nou­veau triple vain­queur de l’épreuve sur le che­min de L’ASM

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Coupe ds'peuorotspe - Ch­ris­tophe Bu­ron

Por­tés par tout un peuple, qui va en­va­hir et faire vi­brer le stade de Ger­land, les Cler­mon­tois vont ten­ter de se his­ser en fi­nale de la Coupe d’eu­rope pour la troi­sième fois de leur his­toire. Pour ce­la, il leur fau­dra dé­ré­gler le Leins­ter.

Les Ir­lan­dais du Leins­ter font peur. Et pour cause, ils ont dé­jà trois étoiles bro­dées sur leur maillot (2009, 2011, 2012). Ça ne vous rap­pelle pas un autre club ? Et oui, bien sûr, Tou­lon ! Triple cou­ron­né aus­si, mais tom­bé à ge­noux au stade Mi­che­lin (29­9) il y a trois se­maines. Des Tou­lon­nais em­por­tés par la foule et la fougue cler­mon­toise lors d’un quart de fi­nale plu­tôt bien maî­tri­sé par les hommes de Franck Azé­ma.

Et de la maî­trise, il en fau­dra à nou­veau un maxi­mum tout à l’heure dans un stade de Ger­land re­peint en « jaune et bleu » et dont les tra­vées sé­cu­laires risquent de trem­bler au son des « ici, ici, c’est Mont­fer­rand ! » Pour l’en­traî­neur cler­mon­tois, « on a mé­ri­té de jouer à Lyon, d’ame­ner tout un peuple der­rière nous, qui va nous por­ter vers notre am­bi­tion, notre en­vie de ra­me­ner un titre ».

Ce titre eu­ro­péen, qui s’est re­fu­sé dé­jà par deux fois à L’ASM (2013, 2015), n’est donc plus qu’à deux vic­toires. Le pre­mier obs­tacle vers le Graal est un ha­bi­tué de la com­pé­ti­tion et, donc, de la gagne. La pres­sion risque d’être grande au­jourd’hui, mais pour Azé­ma, son équipe a dé­sor­mais le vé­cu né­ces­saire pour ab­sor­ber l’évé­ne­ment. « On a suf­fi­sam­ment d’ex­pé­rience pour ne pas avoir joué trois fois le match dans la se­maine. Il va être im­por­tant de jouer comme on le fait de­puis le dé­but de sai­son, de res­ter fi­dèle à ce que l’on sait faire. De toute fa­çon, on n’al­lait pas in­ven­ter quelque chose en trois jours… »

Pour cas­ser les pattes des joueurs du Leins­ter, les broyer dans le com­bat et mettre le grain de sable qu’il faut dans leur ali­gne­ment, les Cler­mon­tois ne vont pas man­quer d’ar­gu­ments. On l’a vu contre Tou­lon, ce pack a la moelle pour do­mi­ner phy­si­que­ment et as­su­rer ses bal­lons.

Là où L’ASM de­vra aus­si être au ren­dez­vous, c’est dans la di­ men­sion men­tale de ce choc ma­jeur face à un mo­nu­ment du rug­by eu­ro­péen. Pour Ca­mille Lo­pez, la no­tion de plai­sir reste un le­vier psy­cho­lo­gique es­sen­tiel. « Comme en quart face à Tou­lon, on sait que c’est un match par­ti­cu­lier. Il ne faut pas gas­piller trop d’éner­gie avant pour ar­ri­ver tran­quille­ment au match. Pour ne pas être per­tur­bé par la pres­sion, il faut avoir à l’es­prit le plai­sir de jouer, d’être là, dans le der­nier car­ré ». Quant à Mor­gan Par­ra, son com­père de la char­nière, il a ti­ré une grande le­çon de quelques échecs pas­sés. « On a la chance de vivre un truc par­ti­cu­lier et beau­coup de joueurs ai­me­raient être à notre place. Moi, ce que je ne veux plus, c’est vivre des dé­faites sans avoir don­né le maxi­mum. Perdre, ça ar­rive et ça ar­ri­ve­ra en­core. C’est le sport. Après, il y a la fa­çon de perdre. Perdre contre Mont­pel­lier (il y a cinq se­maines) en étant ab­sent dans l’agres­si­vi­té, ce n’est pas pos­sible. Perdre en fi­nale contre Tou­lon en 2015 sans avoir été à la hau­teur dans le com­bat, ce n’est pas pos­sible. Perdre en 2013 à Du­blin sur un fait de jeu, une dé­ci­sion, un en­avant, c’est autre chose. Je veux bien perdre une de­mi­fi­nale ou une fi­nale mais uni­que­ment en me di­sant, on est tom­bé sur meilleurs que nous. »

En jouant tout à l’heure sa cin­quième de­mi­fi­nale eu­ro­péenne en six sai­sons, L’ASM confirme son sta­tut dé­sor­mais éta­bli de pré­ten­dant sé­rieux et lé­gi­time à la grande Coupe. Après ses trois titres, le Leins­ter, lui, a connu un lé­ger trou d’air mais semble avoir re­trou­vé cette sai­son des cou­leurs écla­tantes.

Alors qui se­ra le plus fort cet après­mi­di à Ger­land ? Les deux for­ma­tions connaissent les bonnes re­cettes, mais, pour L’ASM ? prendre l’as­cen­dant en conquêtes et dans le com­bat, puis exer­cer une pres­sion énorme pour faire sor­tir Sex­ton de son confort, se­ront à coup sûr les in­gré­dients es­sen­tiels pour en­vi­sa­ger vi­si­ter Édim­bourg dans trois se­maines. Et ça, les Cler­mon­tois en ont ter­ri­ble­ment en­vie.

« Je ne veux plus vivre des dé­faites sans avoir don­né le maxi­mum ». Par­ra

DEUX ANS APRÈS. En 2015, dans le chau­dron de Geof­froy-gui­chard, le Cler­mont de Mor­gan Par­ra avait pris le meilleur sur les Sa­ra­cens. PHO­TO THIER­RY LINDAUER

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.