Léo Cul­len : « Cler­mont gère bien la pres­sion en de­mi-fi­nale… »

Le triple cham­pion d’eu­rope aborde ce choc en France avec sé­ré­ni­té

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Coupe ds'peuorotspe - À Lyon, Va­lé­ry Le­fort

L’en­traî­neur en chef du Leins­ter, Léo Cul­len, a pré­sen­té un vi­sage apai­sé, voire to­ta­le­ment se­rein, en confé­rence de presse. Image de fa­çade ou vé­ri­table force ?

Léo Cul­len n’a pas chan­gé. Entre le prince Charles et le pré­sident de Gro­land. Trois ans après l’ar­rêt de son im­mense car­rière, ce deuxième ligne qui ne res­sem­blait pas à grand­chose, mais dont l’ap­port sur un ter­rain était pro­por­tion­nel­le­ment in­verse à son es­thé­tisme, a conser­vé son flegme.

Quand on l’a in­ter­ro­gé d’em­blée sur l’ab­sence de cinq tau­liers de sa pro­vince ­ O’brien, Heas­lip, les frères Kear­ney, Hea­ly ­ qui cu­mulent à eux tous 303 sé­lec­tions en équipe d’ir­lande (!), Cul­len a… sou­ri. « On est prêts. On a d’autres gar­çons d’ex­pé­rience. Oui, ce n’est pas évident, mais on a des ré­serves ». Fer­mez le ban.

Cul­len est un drôle qui s’ignore. En dé­cou­vrant Lyon, le ciel bleu et les oi­seaux qui chantent entre Rhône et Saône, il s’est in­ter­ro­gé à haute voix avec un sé­rieux de clerc de no­taire : « Il fait chaud ici pour nous. On n’a pas l’ha­bi­tude de ça. Chez nous, il fait mau­vais ». En écho, Azé­ma lui a ré­pon­du une heure plus tard : « 18 de­grés, faut pas exa­gé­rer. C’est pas 28 ! Là, je com­pren­drais. Mais c’est vrai que là­haut, ils ont l’ha­bi­tude de faire les bar­be­cues dans leurs ga­rages ! ». Une sau­cisse par­tout !

En at­ten­dant l’ex­pli­ca­tion (de­mi) fi­nale sur le ter­rain, Cul­len es­père avoir mi­ton­né la bonne for­mule pour fi­ler en fi­nale à Édim­bourg. « On a bien gé­ré les der­nières se­maines pour abor­der ces matchs de phase fi­nale. Tout va bien. On sait ce que nous avons à faire ». En fi­li­grane, trans­pa­raît la dif­fé­rence entre les sys­tè­ mes des pro­vinces en Ir­lande, qui pro­tègent au mieux leurs joueurs, et la France où le che­vau­che­ment entre sé­lec­tion et clubs est plus com­plexe. Plus usant aus­si.

Cul­len se dit en tout cas per­sua­dé que les deux équipes de­vraient ra­vir le pu­blic du Mat­mut Ger­land : « Il existe un vé­ri­table ins­tinct de jeu chez eux comme chez nous. Il y au­ra des bal­lons à jouer de part et d’autre, j’en suis per­sua­dé. Il se peut que Cler­mont, qui se­ra en quelque sorte à do­mi­cile, do­mine mais ce­la ne nous em­pê­che­ra pas de jouer nos coups à fond ».

Les Ir­lan­dais es­pèrent imi­ter en ce­la les An­glais des Sa­ra­cens qui ont dé­joué les pro­nos­tics en ve­nant à bout de la Red Ar­my et d’un stade tout rouge à Du­blin. « Oui, on sait que Cler­mont a des fans ex­tra­or­di­naires. C’est quelque chose d’ex­cep­tion­nel ce sou­tien po­pu­laire. Comme on a de jeunes joueurs qui n’ont pas connu ce­la, on leur a pas­sé des vi­déos des ren­contres de Cler­mont pour qu’ils se fa­mi­lia­risent avec ça ! Moi, je me sou­viens très bien du match à Bor­deaux (2012, ndlr). Mais c’est aus­si mo­ti­vant et fi­na­le­ment, je crois que mes gars ont hâte de vivre cette fer­veur. »

Cul­len a ha­bi­le­ment pas­sé son temps à dé­dra­ma­ti­ser l’ap­proche de ce choc pour son équipe alors qu’un confrère ir­lan­dais l’in­ter­ro­geait sur les dif­fi­cul­tés de L’ASM à rem­por­ter des titres. « C’est à Cler­mont de gé­rer sa pres­sion. En gé­né­ral, ils le font plu­tôt bien jus­qu’en de­mi­fi­nale… Après ? C‘est leur pro­blème ».

Le dé­cor est plan­té. Sans vé­ri­table sur­prise entre deux for­ma­tions aux as­pi­ra­tions si­mi­laires. « Non, c’est vrai concède le rou­quin aux grandes oreilles. On se connaît très bien. Cler­mont a quand même en plus un en­traî­neur (Jo­no Gibbes) qui sait beau­coup de choses sur nous. C’est un atout pour eux ». On lui ré­torque que ce­la fait quand même trois ans qu’il a quit­té Du­blin… Cul­len ri­gole, pas dupe de sa pi­rouette. « Oui, à l’échelle du rug­by, trois ans c’est beau­coup ! »

« On a pas­sé des vi­déos des sup­por­ters de Cler­mont à nos jeunes joueurs ! »

FLEGME. L’en­traî­neur du Leins­ter, Léo Cul­len, s’est mon­tré dé­ten­du et sûr de sa force. PHO­TO PQR

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.