LA SE­MAINE DE JACQUES MAILHOT

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Septième jour -

À l’heure où les sites de ren­contres foi­sonnent, 47 mil­lions de Fran­çais s’ap­prêtent à choi­sir l’élu de leur coeur.

L’offre est vaste. Les pré­ten­dants nom­breux. Beau­coup content fleu­rette et pro­mettent mer­veilles. L’un d’entre eux nous pro­met même la lune, avec Mars en op­tion, et plus si af­fi­ni­tés. Un autre est même désar­mant de naï­ve­té.

For­cé­ment ! 47 mil­lions de coeurs à prendre, c’est ten­tant. Ça peut vous tour­ner la tête. Les can­di­dats, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les re­con­naît. Mais le pas­sion­nel ne dure pas. Nous l’avons amè­re­ment consta­té avec notre der­nier Don Juan. La rup­ture a été ra­pi­de­ment consom­mée. Un an après les noces du Bour­get, l’amour avait dé­jà quit­té le pré.

C’est sou­vent ain­si. La réa­li­té est iras­cible et le rêve éphé­mère. Tous ces pré­ten­dants sont pour la paix du mé­nage, mais bien peu sont ar­més. Ain­si, la pa­lette du vivre en­semble est pour le moins dis­pa­rate.

Alors, pru­dence. Ces jo­lis coeurs nous pro­posent tous la botte… Est­elle pour au­tant chaus­sure à notre pied ?

Comme di­sait Hip­po­lyte Taine quand il par­lait ma­riage : « on s’étu­die trois se­maines, on s’aime trois mois, on se sup­porte trente ans ». Là c’est cinq, mais c’est dé­jà beau­coup.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.