Peine sus­pen­due pour l’etar­ra en fin de vie

Condam­né après une course­pour­suite en Cor­rèze et Creuse

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Auvergne actualité -

Le tri­bu­nal de l’ap­pli­ca­tion des peines de Pa­ris a ac­cor­dé une sus­pen­sion de peine à un sé­pa­ra­tiste basque ar­rê­té en 2011 en Li­mou­sin.

Condam­né en 2016 à quinze ans de ré­clu­sion cri­mi­nelle pour avoir bles­sé par balle un gen­darme, lors d’une course­pour­suite en 2011 en Creuse et Cor­rèze, Oier Go­mez s’est vu ac­cor­der une sus­pen­sion de peine. L’homme, âgé de 33 ans, souffre d’un can­cer os­seux, avec une es­pé­rance de vie de six mois.

C’est le tri­bu­nal de l’ap­pli­ca­tion des peines de Pa­ris qui lui a ac­cor­dé cette sus­pen­sion. Oier Go­mez, ac­tuel­le­ment dé­te­nu dans une uni­té spé­cia­li­sée d’un hô­pi­tal pa­ri­sien, reste tou­te­fois écroué jus­qu’à nou­vel ordre. Il est sous le coup de trois man­dats eu­ro­péens. Deux émanent de l’es­pagne et le der­nier du Por­tu­gal. La chambre de l’ins­truc­tion de la Cour d’ap­pel de Pa­ris doit les exa­mi­ner.

Ori­gi­naire de Vi­to­ria, au Pays basque es­pa­gnol, Oier Go­mez avait été re­con­nu cou­pable de ten­ta­tive de meurtre sur des gen­darmes et com­pli­ci­té, à la suite d’une cour­se­pour­suite en 2011 au cours de la­quelle un gen­darme avait été bles­sé par balle. Le tri­bu­nal de l’ap­pli­ca­tion des peines a consi­dé­ré que le dé­te­nu rem­plis­sait les deux condi­tions non cu­mu­la­tives po­sées par la loi pour l’ob­ten­tion d’une sus­pen­sion de peine : le pro­nos­tic vi­tal est en­ga­gé et l’état de santé d’oier Go­mez est in­com­pa­tible avec la dé­ten­tion.

Il a aussi consi­dé­ré que L’ETA avait ces­sé son ac­tion ar­mée de­puis 2011. L’or­ga­ni­sa­tion sé­pa­ra­tiste a pro­cé­dé à son désar­me­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.