« Il fau­drait l’en­sei­gner à l’école »

Pierre Sem­pé conseille les pê­cheurs à la truite dé­bu­tants jus­qu’à de­main à Châ­teau­neuf­les­bains

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Puy-de-dôme pêche - Axel Chou­vel riom@cen­tre­france.com Pra­tique. Ré­si­dence du parc, au lieu-dit La Jette à Châ­teau­neuf-lesbains. Ini­tia­tion et per­fec­tion­ne­ment. Cannes à pêche sur place. Re­pas à mi­di avec les pê­cheurs. Ren­sei­gne­ments et ins­crip­tions au 06.27.56.55.56.

Pierre Sem­pé est un des pré­cep­teurs de la pêche à la truite aux ap­pâts vi­vants. Pour la cin­quième an­née consé­cu­tive, il est à Châ­teau­neuf-les-bains pour conseiller les dé­bu­tants.

Àla Ré­si­dence du parc de Châ­teau­neuf­lesBains au bord de la Sioule, Pierre Sem­pé dé­livre, jus­qu’à de­main, quelques conseils de pê­cheur avi­sé.

Quels se­raient vos mots pour at­ti­rer des pê­cheurs dé­bu­tants à Châ­teau­neufles-bains ? On vit dans une so­cié­té de plus en plus ti­raillée. La pêche per­met de se res­sour­cer en pre­nant en compte son en­vi­ron­ne­ment, de par­ta­ger des mo­ments de plai­sir avec ses proches. Je pense qu’il fau­drait l’en­sei­gner à l’école et lais­ser le choix aux enfants.

Dans quelle pêche êtes­vous spé­cia­li­sé ? La pêche aux ap­pâts vi­vants. Cer­tains l’ap­pellent « la pêche à la Sem­pé ». Elle peut se pra­ti­quer dans des eaux vives comme celles de la Sioule.

Quelles sortes d’ap­pâts conseillez-vous ? Il y en a plu­sieurs sortes. Le plus connu est évi­dem­ment le ver. Il y a aussi des larves qui sont dé­jà dans la ri­vière avant de se trans­for­mer à l’état d’in­secte. On peut en uti­li­ser cer­taines pour pê­cher. D’autres sont trop pe­tites. Si­non, il y a la teigne, un pa­ra­site de ruches d’abeilles.

Quel est l’in­té­rêt de ce der­nier ? Il peut s’uti­li­ser toute l’an­née. C’est une belle pré­sen­ta­tion pour les truites. Soit elles se­ront at­ti­rées par be­soin nu­tri­tion­nel, soit c’est leur ins­ tinct car­nas­sier qui se­ra tou­ché. Si l’on réus­sit ce der­nier cas de fi­gure, on est un bon pê­cheur.

Cer­tains ont de vieilles cannes à pêche au fond de leur ga­rage. Est-ce un in­con­vé­nient se­lon vous ? Il faut prendre en consi­dé­ra­tion ce­lui qui la tient. Il faut qu’il soit ca­pable de se re­ mettre en cause car la pêche évo­lue. J’ai ren­con­tré beau­coup de gens qui avaient un de­mi­siècle de re­tard dans leur ma­té­riel. Ils n’at­tra­paient pas de pois­sons puisque les truites ne vivent pas comme il y a cin­quante ans. Elles s’adaptent aux nou­veaux éléments qui ap­pa­raissent : ni­veaux des eaux, dis­pa­ri­tion de ruis­seaux, bar­rages…

Qu’est-ce qu’un pê­cheur bien équi­pé ? Tout est ques­tion de bud­get. Dans tous les cas, il faut bien se ren­sei­gner. Pour les dé­bu­tants qui veulent pê­cher dans un ruis­seau, le mieux se­rait une canne té­lé­ré­glable. Au bord des ri­vières, une canne de type an­glaise per­met une meilleure en­ver­gure. Je conseille d’avoir une canne de 3,90 m pour les ri­vières larges et 3,60 m pour les moins larges. Mais pas plus, si­non elle vous gê­ne­ra.

Quelle te­nue adop­ter ? Un pe­tit gi­let fe­ra l’affaire pour ceux qui pra­tiquent très peu. Il n’y a pas be­soin d’un vê­te­ment avec 80 poches. Si vous pê­chez plus sou­vent, un wa­der mi­cro­fibre est né­ces­saire. Il est souple, lé­ger et vous n’avez pas trop chaud l’été. Les lu­nettes po­la­ri­santes per­mettent aussi d’évi­ter les re­flets de l’eau.

Comment sa­voir où se trouvent les truites dans la ri­vière ? Au dé­but de la sai­son, les eaux sont froides. Leurs be­soins nu­tri­tion­nels vont di­mi­nuer et elles peuvent res­ter deux mois sans man­ger ca­chées dans des pe­tits coins. En­suite, quelques truites vont sor­tir quand les eaux vont se ré­chauf­fer. Mais l’été, on peut les trou­ver un peu par­tout.

En ré­su­mé, comment de­vient-on un pê­cheur pro­fes­sion­nel ? Il n’y a pas de pro­fes­sion­nel. Il faut avoir conscience de son ni­veau et être ca­pable de se re­mettre en cause pour pro­gres­ser. La pêche, c’est le pois­son mais pas seule­ment.

PAS­SION. Pour Pierre Sem­pé (75 ans) trans­mettre ses plus de trente-cinq ans de pêche est comme un « sa­cer­doce ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.