Un par­ti ne meurt ja­mais ?

En­tre­tien avec Gilles Ri­chard, spé­cia­liste des droites

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - 7 Jours En Politique - Flo­rence Ché­do­tal flo­rence.che­do­tal@cen­tre­france.com (*) À lire. His­toire des droites en France de 1815 à nos jours, par Gilles Ri­chard, ed Per­rin, 27 eu­ros.

Chez Les Républicains, le pé­ché ori­gi­nel semble si­gné Ni­co­las Sar­ko­zy, se­lon l’his­to­rien Gilles Ri­chard, spé­cia­listes des droites. Les lé­gis­la­tives de­vraient faire écla­ter une contra­dic­tion, in­sur­mon­table.

Gilles Ri­chard, pro­fes­seur d’his­toire contem­po­raine à l’uni­ver­si­té Rennes II, est aus­si l’au­teur d’une His­toire des droites en France (*).

Le par­ti « Les Républicains » vit-il ses der­nières heures ? Les par­tis ne meurent pas ou très len­te­ment. Peut­être chan­ge­rat­il de nom… Ce qui est cer­tain, c’est que LR en tant que suc­ces­seur de L’UMP ne peut pas sur­vivre aux lé­gis­la­tives. Nous al­lons as­sis­ter à un écla­te­ment et à une re­con­fi­gu­ra­tion sur une base ré­duite.

On va donc se re­trou­ver avec les na­tio­na­listes d’un cô­té et les néo­li­bé­raux de l’autre ? Cette scis­sion existe de­puis long­temps. Jup­pé a vo­té Ma­cron dès le pre­mier tour, Raf­fa­rin aus­si. LR paie au­jourd’hui la stra­té­gie sar­ko­zyste mise en place en 2005 lors­qu’il re­prend les rênes du par­ti. Il a vou­lu ab­so­lu­ment ajou­ter au pro­gramme néo­li­bé­ral du par­ti un dis­cours iden­ti­taire pour cap­ter une frange du FN. Un pa­ri qui lui a per­mis d’at­ti­rer de nou­veaux adhé­rents, no­tam­ment dans le Sud. Mais de­puis, de­meurent un ma­laise, une faille dans le par­ti. On ne peut pas être un néo­li­bé­ral « mon­dia­liste » et dé­fendre une iden­ti­té na­tio­nale fer­mée.

Juste un éclair­cis­se­ment, donc ? Oui, même si ce n’est pas en­core ac­com­pli. Fillon a gar­dé la même stra­té­gie, en es­sayant de te­nir les deux bouts de la chaîne. Seule va­riante : son dis­cours iden­ti­taire s’ap­puyait sur la thé­ma­tique ca­tho­lique tra­di­tion­nelle.

Pas tout à fait ac­com­pli, vous dites, cet éclair­cis­se­ment ? Il faut at­tendre les lé­gis­la­tives. Il se­ra in­té­res­sant de voir com­bien LR ob­tien­dra de dé­pu­tés, no­tam­ment dans le Sud­est. Si le nombre est consé­quent, Wau­quiez pour­ra re­prendre un ap­pa­reil pas en­core ef­fon­dré. Et les jup­péistes et une par­tie des sar­ko­zystes par­ti­ront. Par contre, si des dé­pu­tés jup­péistes et « ma­cron­com­pa­tibles » sont élus en nombre, ce­la va com­pli­quer l’af­faire d’em­ma­nuel Ma­cron avec l’éven­tuelle ins­tau­ra­tion d’un rap­port de force entre dé­pu­tés La Ré­pu­blique en Marche ! et LR. Mais ces deux camps peuvent aus­si prendre l’op­tion d’un groupe unique. Im­pos­sible de le sa­voir à l’avance !

Un vrai lea­der­ship chez LR et c’est re­par­ti ? Cer­tains, comme chez La France in­sou­mise ou au FN, croient qu’un lea­der­ship peut ré­gler le pro­blème des par­tis. Je n’y crois pas… Ce­la ne peut mar­cher que tem­po­rai­re­ment. Mais ça ne suf­fit pas pour convaincre du­ra­ble­ment les élec­teurs dans une so­cié­té tou­jours plus ins­truite, ur­ba­ni­sée, in­for­mée.

Quelle so­lu­tion, alors ? Ah, il me fau­drait des heures pour vous par­ler de ma vi­sion d’une dé­mo­cra­tie à re­cons­truire par la base, du né­ces­saire chan­ge­ment d’ins­ti­tu­tions, de l’im­pé­ra­tif de se li­mi­ter à un man­dat… et pas trois.

Vous qui êtes spé­cia­liste des droites, vous al­lez peu­têtre pou­voir me dire si Ma­cron est de droite ? C’est un néo­li­bé­ral, comme DSK, La­my, Fa­bius, Mos­co­vi­ci… Dans l’an­cien sys­tème par­ti­san, oui, il est de droite. Ma­cron est aus­si l’abou­tis­se­ment d’un cycle de mu­ta­tion des so­cia­listes qui a dé­bu­té en 1984. Il in­carne le re­non­ce­ment aux prin­cipes jau­ré­siens, à la Ré­pu­blique so­ciale.

« LR paie au­jourd’hui la stra­té­gie sar­ko­zyste mise en place en 2005 » GILLES RI­CHARD, pro­fes­seur d’his­toire contem­po­raine à Rennes II

L’APRÈS. « Il se­ra in­té­res­sant de voir com­bien LR ob­tien­dra de dé­pu­tés, no­tam­ment dans le Sud-est. Si le nombre est consé­quent, Wau­quiez pour­ra re­prendre un ap­pa­reil pas en­core ef­fon­dré. » AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.