Un grand saut dans la nou­veau­té

Plus de 47 mil­lions d’élec­teurs ap­pe­lés au­jourd’hui aux urnes pour le pre­mier tour

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & monde actualités -

An­ti­ci­pa­tions des ré­sul­tats, non­cu­mul des man­dats, fé­mi­ni­sa­tion du per­son­nel po­li­tique… Les Fran­çais votent au­jourd’hui pour le pre­mier tour des élec­tions législatives qui abou­ti­ront quoi qu’il ar­rive à une As­sem­blée na­tio­nale pro­fon­dé­ment re­nou­ve­lée.

Un mois après le se­cond tour de la pré­si­den­tielle, plus de 47 mil­lions d’élec­teurs sont ap­pe­lés à élire leurs 577 dé­pu­tés par­mi 7.877 can­di­dats, âgés en moyenne de 48 ans et de­mi, dont un peu plus de 42 % sont des femmes.

En mé­tro­pole, les bu­reaux de vote ouvrent ce ma­tin à 8 heures et ferment à 18 heures, une heure plus tôt que lors de la pré­si­den­tielle, à l’ex­cep­tion des grandes villes où l’on pour­ra vo­ter jus­qu’à 20 heures.

« Ce se­rait un ex­ploit po­li­tique to­tal »

Le grand fa­vo­ri du scru­tin est la Ré­pu­blique en Marche !, la for­ma­tion d’em­ma­nuel Ma­cron, mais ce sont là des pro­jec­tions sur les­quelles les spé­cia­listes res­tent pru­dents, en rai­son no­tam­ment du ni­veau d’abs­ten­tion qui pour­rait at­teindre un re­cord pour des législatives sous la Ve Ré­pu­blique

« D’ex­pé­rience, il faut faire cam­pagne jus­qu’au bout… Ce n’est ja­mais ac­quis », a es­ti­mé pru­dem­ment, ven­dre­di, le Pre­ mier mi­nistre Édouard Phi­lippe, en cam­pagne à Pa­ris.

Si Em­ma­nuel Ma­cron ob­tient la ma­jo­ri­té ab­so­lue, « ce se­rait un ex­ploit po­li­tique to­tal. Ce­la si­gni­fie­rait, en tout cas pour quelque temps, la des­truc­tion des par­tis tra­di­tion­nels », ana­lyse Do­mi­nique Rous­seau, profes­ seur de droit consti­tu­tion­nel. « L’ef­fet de souffle de la pré­si­den­tielle » fait que les in­ten­tions de vote en fa­veur des can­di­dats d’en Marche ! sont sou­vent très su­pé­rieures aux 24 % réa­li­sés par Em­ma­nuel Ma­cron le 23 avril, note pour sa part Fré­dé­ric Da­bi, di­rec­teur ad­joint de l’ifop.

La par­ti­ci­pa­tion, éva­luée entre 49 % et 60 % dans les der­niers son­dages, est l’une des grandes in­con­nues de ce pre­mier tour. En 2012, elle s’était éle­vée à 57,22 %.

Une cer­ti­tude : le re­nou­velle­ ment de l’as­sem­blée est as­su­ré avec près de 40 % des dé­pu­tés sor­tants qui ne se re­pré­sentent pas, l’en­trée en vi­gueur de la loi sur le non­cu­mul des man­dats et l’émer­gence d’une nou­velle gé­né­ra­tion de can­di­dats.

Sur fond de « dé­ga­gisme »

Les Fran­çais de l’étran­ger, qui ont vo­té par an­ti­ci­pa­tion le week­end der­nier, ont plé­bis­ci­té les can­di­dats d’en Marche !, en me­sure de l’em­por­ter dans dix des onze cir­cons­crip­tions en jeu. Leur vote a confir­mé la dy­na­mique en fa­veur d’em­ma­nuel Ma­cron, mais aus­si l’ef­fon­dre­ment des sor­tants, PS ou LR, qui n’ont re­cueilli pour la plu­part que de très faibles scores.

Une si­tua­tion in­quié­tante pour les quelque 350 dé­pu­tés qui se re­pré­sentent au­jourd’hui, dont de nom­breuses per­son­na­li­tés – an­ciens mi­nistres, can­di­dats à la pré­si­den­tielle… –, qui risquent à leur tour de faire les frais du « dé­ga­gisme » amor­cé avec les pri­maires de l’au­tomne.

BU­REAU DE VOTE. Par­mi des mil­lions d’élec­teurs, cet ha­bi­tant de Saint-pierre-et-mi­que­lon a dé­jà vo­té hier. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.