Le CROS Au­vergne en voie de fu­sion

Le pro­ces­sus de ré­or­ga­ni­sa­tion ter­ri­to­riale avec Rhône­alpes bien en­ga­gé

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports olympisme - Fran­cis La­porte

Comme les ligues et co­mi­tés spor­tifs ré­gio­naux qu’il ac­com­pagne, le CROS Au­vergne va fu­sion­ner avec Rhône-alpes. Car­net de route.

Le 18 mars : de l’his­toire an­cienne dé­jà. L’am­phi­théâtre de L’UFR STAPS des Cé­zeaux ac­cueillait la der­nière as­sem­blée gé­né­rale or­di­naire du Co­mi­té ré­gio­nal olym­pique et spor­tif d’au­vergne. Pas en date, mais bien de son exis­tence. Qua­rante­quatre ans, sous la di­rec­tion de deux pré­si­dents, Lu­cien An­dré (19732001) puis Yves Leycuras (20012017), à contri­buer, entre autres, à la dé­fense et au dé­ve­lop­pe­ment du pa­tri­moine spor­tif au­ver­gnat.

Une réunion an­nuelle terre d’un brin de nos­tal­gie. Pour les re­pré­sen­tants des ligues comme les res­pon­sables du CROS, tous, en fait, tour­nés vers le su­jet ma­jeur, ce ma­riage ve­nu de la loi NOTRE avec Rhône­alpes. Sen­ti­ment gé­né­ral tra­duit par Mi­chel Vas­seur, pre­mier vice­pré­sident : « Au­cune ligue n’est ve­nue me dire : “il y a long­temps qu’on at­ten­dait ça”.»

Cha­cune, d’ailleurs, sur les 74, fait face avec ses ca­rac­té­ris­tiques propres à l’obli­ga­tion de fu­sion au 31 dé­cembre 2017. Sports de glace, lutte, ath­lé­tisme, ten­nis de table et d’autres en­core ont pas­sé, dès 2016, la bague au doigt. Foot­ball, na­ta­tion, tir à l’arc, cy­clisme... si­gné au pre­mier tri­mestre de cette an­née. Une, même, re­fuse l’in­té­gra­tion for­cée : la ligue du sport au­to Au­vergne.

La réunion gé­né­rale du CROS a pris le pouls de cette fa­mille spor­tive au­ver­gnate à la com­po­si­tion hé­té­ro­gène de par l’his­toire ou la taille de chaque membre. « Chaque ligue s’or­ga­nise de ma­nière très dif­fé­rente », ex­plique Yves Leycuras, ci­tant, pour exemple, la voile dont les li­cen­ciés sont neuf fois plus nom­breux en Rhône­alpes.

Sa­chant qu’une dif­fi­cul­té réunit tout le monde : « Le dé­pla­ce­ment et le temps des dé­place­ ments », re­dit le pré­sident. Évi­dence va­lable pour l’or­ga­ni­sa­tion quo­ti­dienne et celle des com­pé­ti­tions.

L’adap­ta­tion au pro­blème peut faire sou­rire. Ni plus ni moins que le re­tour au pré­exis­tant, en fait. Comme l’in­dique le se­cré­taire gé­né­ral, Jacques Sau­va­det : « Dans beau­coup de sports, on a éta­bli des dé­cou­pages par zone. Sou­vent la Loire est avec l’au­vergne.» Ap­pa­raissent éga­le­ment des sous­co­mi­tés ter­ri­to­riaux où les ac­ti­vi­tés sont main­te­nues « sans rien chan­ger ».

Autre règle gé­né­ra­li­sée, celle des sièges, qua­si­ment tous par­tis, eux, en Rhône­alpes. Le plus sou­vent avec une an­nexe ad­mi­nis­tra­tive en Au­vergne. Dont per­sonne ne peut pré­ju­ger de la du­rée. Quelques ex­cep­tions fleu­rissent, ain­si la lutte et le ju­do ba­sés à l’ar­té­nium de Cey­rat.

« La fu­sion n’évi­te­ra pas for­cé­ment les dou­blons », pense le pré­sident Leycuras. « Per­sonne n’a en­core gé­ré une telle po­pu­la­tion.» Il est vrai, au 1er jan­vier 2018, le mou­ve­ment spor­tif Au­vergne­rhône­alpes re­cen­se­ra plus de 2 mil­lions de li­cen­ciés !

D’ici là, le CROS Au­vergne au­ra lui aus­si dis­pa­ru. Ab­sor­bé. Comme l’es­sen­tiel des ligues. Deux réunions du co­mi­té de pi­lo­tage, mis en place en dé­cembre 2016, ont pré­pa­ré le ter­rain. Le pro­jet de fu­sion, sous l’égide du CNOSF, se­ra à va­li­der le 30 juin.

Par ce trai­té, CROS Au­vergne et CROS Rhône­alpes dé­cident de s’unir par fu­sion­ab­sorp­tion, le se­cond nom­mé étant l’ab­sor­bant, son siège so­cial à Bour­goin­jal­lieu de­ve­nant ce­lui du fu­tur CROS Au­vergne­rhône­alpes.

Le ca­len­drier fixe une as­sem­blée gé­né­rale ex­tra­or­di­naire le 17 no­vembre 2017 qui pro­non­ce­ra une dis­so­lu­tion, ef­fi­ciente au 31 dé­cembre, le co­mi­té de pi­lo­tage as­su­rant la tran­si­tion jus­qu’à la fin de l’an­née. Le nou­veau CROS vi­vra alors une se­conde phase tran­si­toire, di­ri­gé par le co­mi­té de ges­tion avant les élec­tions au mois de mars 2018 du nou­veau co­mi­té di­rec­teur, consti­tué de quelque 25 membres, et du pré­sident.

« Il n’y au­ra pas, a prio­ri, de liste au­ver­gnate, mais des Au­ver­gnats dans la ou les listes », pré­cise Jacques Sau­va­det. « Il est im­por­tant d’avoir une conti­nui­té de pré­sence », in­siste Yves Leycuras, fu­tur pré­sident dé­lé­gué dans la gou­ver­nance pro­vi­soire, au cô­té de son ho­mo­logue rhô­nal­pin Ch­ris­tian Le­var­let, fu­tur pré­sident quant à lui jus­qu’à l’élec­tion du co­mi­té di­rec­teur de la nou­velle struc­ture.

« Il est im­por­tant d’avoir une conti­nui­té de pré­sence. » YVES LEYCURAS Pré­sident du CROS Au­vergne « Per­sonne n’a en­core gé­ré une telle po­pu­la­tion »

Il y avait un brin de nos­tal­gie lors de la toute der­nière as­sem­blée gé­né­rale du CROS Au­vergne dans l’am­phi­théâtre de L’UFR STAPS, aux Cé­zeaux, en mars der­nier. Ce qui n’a pas em­pê­ché les par­ti­ci­pants de re­gar­der vers l’ave­nir, cha­cun réa­li­sant avec ses mains le geste sym­bo­lique de la Tour Eif­fel en sou­tien à la can­di­da­ture des jeux Olym­piques es­pé­rés à Pa­ris en 2024.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.