Fi­nale : un in­vin­cible contre un in­vain­cu

L’epa­gnol Na­dal af­fronte le Suisse Wa­wrin­ka, cet après­mi­di à par­tir de 15 heures

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Sports l'actu nationale -

Ra­fael Na­dal pa­raît in­vin­cible sur la terre bat­tue de Ro­land-gar­ros où il cher­che­ra à rem­por­ter un dixième titre au­jourd’hui, mais son ad­ver­saire Stan Wa­wrin­ka est lui in­vain­cu en trois fi­nales de Grand Che­lem.

Les face-à-face. Le bi­lan est écra­sant en fa­veur de l’es­pa­gnol : 15 vic­toires à 3 de­puis leur pre­mier duel en 2007. Mais il est à l’équi­libre (3 à 3) si l’on ne prend en compte que la der­nière pé­riode, de­puis 2014, celle du « Sta­ni­mal » vain­queur sur le tard de trois tour­nois ma­jeurs. Sur terre bat­tue, Na­dal mène 5 à 1. Leur der­nière ren­contre date de Monte­car­lo en 2016, où le Ma­jor­quin s’était net­te­ment im­po­sé. Les deux cham­pions n’ont pas dis­pu­té tant de grands matchs que ce­la l’un contre l’autre : trois fi­nales (2­1 pour Na­dal), trois matchs en Grand Che­lem (2­1 pour Na­dal). Le duel le plus mar­quant reste la fi­nale de l’open d’aus­tra­lie 2014 ga­gnée par Wa­wrin­ka. Mais le Ma­jor­quin, su­per fa­vo­ri à l’époque, s’était bles­sé au dos dès le dé­but du match et n’avait pas pu dé­fendre nor­ma­le­ment ses chances.

Le par­cours jus­qu’en fi­nale. Wa­wrin­ka a pas­sé 15 h 20 min sur le court pour at­teindre la fi­nale ; Na­dal un tiers de moins, 10 h 01 min. Une dif­fé­rence consi­dé­rable qui s’est creu­sée sur­tout en de­mi­fi­nale. L’es­pa­gnol s’est pro­me­né contre l’au­tri­chien Do­mi­nic Thiem (2 h 07 min) pen­dant que Wa­wrin­ka ba­taillait pen­dant 4 h 34 min contre An­dy Mur­ray. Con­trai­re­ment au Ma­jor­quin, qui n’a per­du que 29 jeux en six ren­contres, le Vau­dois avait dé­jà été tes­té au­pa­ra­vant, no­tam­ment en hui­tièmes de fi­nale par Gaël Mon­fils.

La sai­son 2017. Na­dal est ar­ri­vé à Pa­ris avec un ba­gage très four­ni : 42 matchs dis­pu­tés (36 vic­toires), trois titres (Monte­car­lo, Bar­ce­lone, Ma­drid) et trois fi­nales (Open d’aus­tra­lie, Aca­pul­co, Mia­mi). Du cô­té de Wa­wrin­ka, 28 matchs seule­ment (20 vic­toires) et un titre (Ge­nève). L’es­pa­gnol est une place der­rière le Suisse au clas­se­ment ATP (3e contre 4e), mais il est pre­mier à la « Race » (sur les seuls ré­sul­tats de 2017) avec 2,5 fois plus de points que le Vau­dois. Ce­la au­ra­t­il une in­fluence sur la fraî­cheur phy­sique des fi­na­listes ? Pas sûr. Le Suisse en est à sa troi­sième se­maine de com­pé­ti­tion d’af­fi­lée après avoir ga­gné « son » tour­noi, à Ge­nève, juste avant de ve­ nir en France. L’es­pa­gnol a pro­fi­té d’une di­zaine de jours de re­pos après sa dé­faite en quart de fi­nale à Rome le 19 mai.

Le men­tal. La pres­sion est sur les épaules de Na­dal, qui doit par­ache­ver à 31 ans son re­tour au pre­mier plan en rem­por­tant son quin­zième tour­noi du Grand Che­lem.

Une fi­nale comme une ce­rise sur le gâ­teau pour Wa­wrin­ka

Un échec se­rait un coup d’ar­rêt sé­vère, d’au­tant qu’avec la terre bat­tue il au­ra man­gé son pain blanc. Wa­wrin­ka prend ce match comme une nou­velle ce­rise sur un gâ­teau qu’il n’es­pé­rait pas aus­si beau il y a quelques sai­sons. Il était dé­jà l’out­si­der lors de ses trois pré­cé­dentes fi­nales de Grand Che­lem, à l’open d’aus­tra­lie 2014, Ro­land­gar­ros 2015 et L’US Open 2016, et il s’est im­po­sé à chaque fois. L’ex­pé­rience de Na­dal est co­los­sale avec ses neuf titres à Pa­ris (2005 à 2008 et 2010 à 2014) mais on ne voit pas pour­quoi Wa­wrin­ka, le plus vieux fi­na­liste de Ro­land­gar­ros de­puis le You­go­slave Ni­ki Pi­lic en 1973, se­rait cris­pé.

NA­DAL. L’es­pa­gnol va-t-il cro­quer son 10e tro­phée à Ro­land-gar­ros. Nul doute que le Suisse Wa­wrin­ka ne l’en­tend pas de cette oreille.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.