Une ca­ma­ra­de­rie de près de 60 ans

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Agglomération -

Soixante­cinq per­sonnes se sont re­trou­vées, « entre co­pains de la première heure » à l’es­pace des Chanvres, à Saint­maurice pour par­ta­ger le pa­nier pique­nique.

Dans les an­nées 1960, des jeunes d’ori­gines di­verses, agri­cole, ou­vrière, étu­diante ar­ri­vaient de tout l’hexa­gone pour tra­vailler et s’ins­tal­ler dans la ca­pi­tale au­ver­gnate, alors ou­verte à l’in­dus­trie et au dé­ve­lop­pe­ment ; ils se trou­vaient alors sans fa­mille et sans amis.

L’équipe des « Co­pains de Cler­mont­fer­rand » s’est consti­tuée à par­tir de la fin 1961 pour re­grou­per ces jeunes so­li­taires. L’ob­jec­tif était donc de lut­ter contre l’iso­le­ment et de s’in­té­grer dans le tis­su so­cial lo­cal.

C’est ain­si que s’est af­fir­mée « la bande », au fil des an­nées. Un nom ba­nal ve­nu spon­ta­né­ment parce qu’elle n’en avait pas, pas plus qu’elle n’avait de struc­ture de type as­so­cia­tion

L’ap­pel­la­tion « Co­pains de Cler­mont­fer­rand » n’a été don­née que tar­di­ve­ment.

Au fil du temps, ce ne sont pro­ba­ble­ment pas loin de 200 per­sonnes qui ont fré­quen­té cette joyeuse équipe.

Cer­tains n’y ont fait que quelques ap­pa­ri­tions, d’autres ne l’on plus quit­tée jus­qu’à ce que le temps et les évo­lu­tions dans la vie de cha­cun amènent un ef­fi­lo­che­ment pro­gres­sif du groupe.

Mais l’ami­tié n’a pas de fin. La bande de co­pains s’était fixé un ob­jec­tif, un ren­dez­vous tous les dix ans pour ne pas rom­ pre les liens, et main­te­nant tous les cinq ans car, l’âge avan­çant, dé­jà des amis ont dis­pa­ru.

L’aven­ture les a conduits, une fois en­core, à une belle ren­contre, pleine de sou­ve­nirs.

EN­SEMBLE. Les « co­pains de Cler­mont » prennent tou­jours plai­sir à se re­trou­ver.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.