« Je pro­fite de toutes les hu­ma­ni­tés »

Entre une créa­tion équestre et celle des Sol­dats de Lenz, la met­teur en scène Anne­laure Lié­geois est en train de fa­bri­quer avec Ch­ris­tiane Tau­bi­ra une « le­çon de dé­mo­cra­tie » en 14 épi­sodes pour le Fes­ti­val d’avi­gnon.

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Jean-marc Laurent jean-marc.laurent@cen­tre­france.com Fes­ti­val d’avi­gnon. « On au­ra tout », du 8 au 23 juillet à mi­di dans les jar­dins Cec­ca­no, en­trée libre (www.fes­ti­val-avi­gnon.com)

Oli­vier Py a in­vi­té une fi­gure po­li­tique, Ch­ris­tiane Tau­bi­ra, à com­po­ser « une grande le­çon de dé­mo­cra­tie » pour le 71e Fes­ti­val d’avi­gnon. Fi­gure du théâtre, An­neLaure Lie­gois est en train de mettre en oeuvre ce pro­jet in­ti­tu­lé « On au­ra tout », au­tour de grands textes fon­da­teurs, qui se­ra feuille­ton­né tous les jours au­tour de mi­di du 8 au 23 juillet dans les Jar­dins Cec­ca­no d’avi­gnon.

Après avoir di­ri­gé le Centre dra­ma­tique na­tio­nal de Montluçon de 2003 à 2012, Anne­laure Lié­geois est re­par­tie sur les routes avec sa com­pa­gnie Le Fes­tin, en pas­sant par les planches de la Co­mé­die fran­çaise qui lui a of­fert 4 mises en scène.

Pour cette nou­velle aven­ture d’écri­ture théâ­trale, elle réunit 100 au­teurs, 80 co­mé­diens dont Oli­vier Du­tilloy, com­pa­gnon com­plice qui par­tage ses en­ga­ge­ments de­puis 25 ans.

Com­ment est né ce pro­jet ? Il a été ini­tié par Oli­vier Py, dont c’est le troi­sième feuille­ton dans les jar­dins Cec­ca­no. C’est lui qui a sol­li­ci­té Ch­ris­tiane Tau­bi­ra et qui m’a pro­po­sé en­suite de nous ma­rier pour ce pro­jet.

Com­ment tra­vaillez-vous en­semble ? Avec Ch­ris­tiane Tau­bi­ra, nous avons fixé les épi­sodes en lien avec la dé­mo­cra­tie, l’hu­ma­ni­té, le rap­port au monde. J’ai cher­ché aus­si des textes liés à son champ cultu­rel, d’au­teurs ci­tés dans ses livres (Edouard Glis­sant, Frantz Fa­non, To­ni Mor­ri­son, Léon­gon­tran Da­mas…). Et au­tour d’eux j’ai re­cher­ché des textes cor­res­pon­dants à ce que j’at­tends de ces épi­sodes. Je suis beau­coup al­lée vers Vic­tor Hu­go, Ge­net, Con­dor­cet, Ca­mus, Du­ras… la lit­té­ra­ture, la phi­lo­so­phie, la poé­sie, le théâtre.

Et vous en faites une sé­rie ? En 14 épi­sodes, 14 points de dé­mo­cra­tie, 14 points de ré­flexion sur l’homme en so­cié­té ap­puyés sur plus de 300 textes et 100 au­teurs.

Qui pour les dire, pour les jouer ? Une cin­quan­taine de co­mé­diens ama­teurs d’avi­gnon et de sa ré­gion, plus 5 co­mé­diens de notre com­pa­gnie et 15 co­mé­diens qui sortent du Conservatoire na­tio­nal.

Où en est ce tra­vail ? J’ai bras­sé les 14 épi­sodes, avec 80 textes à chaque fois que je donne à lire en cas­cade aux groupes ama­teurs, conservatoire puis Fes­tin. Dans un deuxième temps je m’at­taque à la dra­ma­tur­gie des textes. J’en suis à ce

stade ac­tuel­le­ment.

Com­ment al­lez-vous tra­vailler à Avi­gnon ? Chaque épi­sode dure une heure, com­mence au dou­zième coup de mi­di et se ter­mine à 13 heures. L’am­pleur du pro­jet nous im­pose d’être très or­ga­ni­sés mais je veille à ce que ce­la reste en même temps très souple. La veille pour le len­de­main je m’au­to­rise à chan­ger l’ordre des épi­sodes. Il n’y au­ra pas de place pour l’im­pro­vi­sa­tion mais je veux qu’il en reste pour la li­ber­té. À par­tir de dé­but juillet nous ré­pé­te­rons à Avi­gnon avec l’en­semble de l’équipe. Mais nous ré­pé­te­rons aus­si chaque jour la veille pour le len­de­main, et le ma­tin pour le ren­dez­vous de 12 heures. Donc on n’ar­rête ja­mais !

Et vous avez pas mal d’autres en­ga­ge­ments qui courent tou­jours ! Je suis as­so­ciée au Volcan au Havre jus­qu’à fin juin. Je ne sais pas où je se­rai après. J’ai la chance d’être « com­pa­gnie na­tio­nale », nous conti­nuons à créer beau­coup. Avec le Centre ly­rique de Cler­montFer­rand nous avions créé un opé­ra d’après Of­fen­bach et Do­ni­zet­ti, puis The Great di­sas­ter à Montluçon qui conti­nue de tour­ner sous une autre forme. Les époux (après ceux de Mac­beth nous nous sommes in­té­res­sés aux Ceau­ses­cu) tournent en­core la sai­son pro­chaine. J’ai créé pour la première fois un spec­tacle jeune pu­blic Don Qui­chotte, et je suis en train de ré­pé­ter avec une équipe de cir­cas­siens vol­ti­geurs équestres, les Pa­gno­zoo.

Avec eux je crée­rai un spec­tacle le 24 no­vembre à An­to­ny (92). Je crée aus­si à Amiens le 9 jan­vier Les sol­dats de Lenz sui­vi du Lenz de Büch­ner avec beau­coup de jeunes co­mé­diens. Je conti­nue à faire des ex­pé­riences et à pro­fi­ter de toutes les hu­ma­ni­tés pos­sibles. Je tra­vaille aus­si avec Evry et Cha­tel­le­rault… Je suis plu­tôt com­blé par toutes ces aven­tures !

Il y a tou­jours beau­coup de jeunes co­mé­diens au­tour de vous. J’ai beau­coup tra­vaillé avec les écoles de théâtre, l’école na­tio­nale de théâtre. La com­pa­gnie anime énor­mé­ment d’ate­liers. Je fais aus­si ré­gu­liè­re­ment des spec­tacles de fin de pro­mo.

Pas de trau­ma­tisme postcdn en quit­tant Montluçon donc ? En re­tour­nant en com­pa­gnie j’ai bien sûr per­du d’un seul coup un pla­teau et une équipe. Mais j’ai vite re­trou­vé les mou­ve­ments col­lec­tifs à tra­vers tous ces pro­jets.

Beau­coup de ces pro­jets ont tour­né au­tour du pou­voir. Du pou­voir… pas seule­ment. Sur­tout au­tour des liens pou­voir­amour­sexe­mort­couple. Au­jourd’hui j’ai plus l’im­pres­sion de tra­vailler sur l’hu­ma­ni­té que sur le pou­voir. Sur la fi­gure de l’autre, de la dif­fé­rence, de ce­lui qui ar­rive. Je tra­vaille en fait tou­jours sur les rap­ports des hommes entre eux, des rap­ports qui passent par le corps.

ANNE-LAURE LIÉ­GEOIS. Di­rec­trice du CDN Le Fes­tin, à Montluçon du­rant neuf ans, de 2003 à 2012. PHOTO CECILE CHAMPAGNAT

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.