Le ré­veil post-in­dus­triel de La­va­veix-les-mines (Creuse) au­tour d’un pro­jet qui mêle pa­tri­moine, high-tech, éco­lo­gie et culture

La­va veix­ les­ mines dort ? On as­siste plu­tôt au grand ré­veil post­in­dus­triel de la ci­té creu­soise au­tour d’un pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment qui mêle pa­tri­moine, high­tech, éco­lo­gie et culture…

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Ju­lien Ra­pe­gno ju­lien.ra­pe­gno@cen­tre­france.com

Quand ils cherchent l’ins­pi­ra­tion, Pierre et Ni­co­las n’ont qu’à le­ver les yeux de leur écran pour contem­pler la prai­rie, dont les hautes herbes on­dulent à perte de vue der­rière la baie de leur bu­reau. En at­ten­dant la fauche, les abords des Ate­liers de la Mine conservent un ca­rac­tère sau­vage. Ce qui colle bien somme toute avec l’image d’une friche in­dus­trielle.

Di­sons­le tout net : le der­nier­né des tiers lieux de la Creuse est le plus proche des stan­dards mé­tro­po­li­tains. On est à La­va­veix­les­mines (687 ha­bi­tants), on pour­rait être à Lille, Bor­deaux, An­vers ou Ham­bourg.

Deux de­si­gners comme dé­fri­cheurs de friche in­dus­trielle

Les bâ­ti­ments in­dus­triels du XIXE siècle, clas­sés et par­fai­te­ment éco­ré­no­vés, offrent des es­paces dé­pouillés et des gros vo­lumes. C’est éco­lo, c’est chic. Le ma­té­riel in­for­ma­tique de la grande salle com­mune est der­nier cri, y com­pris l’im­pri­mante 3D. Il manque juste le hips­ter à la barbe bien taillée pour par­faire le ta­bleau.

L’af­fable Ni­co­las Vau­ché est glabre et ne mise pas tout sur le look. Le « concierge » (ou ani­ma­teur) des Ate­liers de la mine n’en connaît pas moins son su­jet : « Nous sommes sou­te­nus par la com­mu­nau­té de com­munes, notre tiers lieu est axé sur l’éco­no­mie qui entre dans la com­pé­tence in­ter­com­mu­nale. »

Les an­ciens ate­liers de la com­pa­gnie des Houillères d’ahun af­fichent une sur­face to­tale d’en­vi­ron 1.500 mètres car­rés. Deux ailes ont dé­jà été ré­no­vées. Des lo­caux sont oc­cu­pés, d’autres sont ré­ser­vés. La qua­li­té du bâ­ti, le cadre, une connexion au top (la fibre op­tique ar­rive), des loyers at­trac­tifs…

La­va­veix­les­mines s’est don­né les moyens d’in­ver­ ser la va­peur. Ni­co­las Bo­deau et Pierre Jean­not entrent tout à fait dans le cadre de la nou­velle éco­no­mie nu­mé­rique et créa­tive. Ces as­so­ciés, gra­phistes et de­si­gners (col­lec­tif 1co­lore), sont les pre­miers à avoir éva­lué le po­ten­tiel de re­con­ver­sion de cette friche. Tout en veillant à as­su­rer une conti­nui­té avec un pre­mier pro­jet (dé­jà sou­te­nu par les col­lec­ti­vi­tés lo­cales) : le centre de for­ma­tion Han­ne­man, dé­dié à l’éco­ré­no­va­tion avait pré­vu d’in­ves­tir cette par­tie de la friche in­dus­trielle, avant de fer­mer en 2012.

« Nous avons par­ti­ci­pé à l’émer­gence du tiers lieu en tant qu’ac­teurs as­so­cia­tifs, mais nous avons pris du re­cul car nous sommes de­ve­nus pres­ta­taires en tant que de­si­gners de pro­jet », dé­fi­nit Pierre Jean­not.

Pompe amor­cée

La pompe est en tout cas amor­cée. Le bu­reau voi­sin de ce­lui de Pierre et de Ni­co­las se­ra bien­tôt « par­ta­gé par plu­sieurs au­to­en­tre­pre­neurs, dont un ar­chi­tecte pay­sa­giste, un ac­com­pa­gna­teur de pro­jets, un com­mu­ni­cant… », an­ti­cipe Ni­co­las Vau­ché.

Dans l’autre aile, des op­ tions ont été prises sur deux bu­reaux et le vaste ate­lier mis en lo­ca­tion. Un ar­ti­san d’art, un autre spé­cia­li­sé en au­to­cons­truc­tion, une so­phro­logue… pour­raient re­joindre ce pe­tit noyau d’en­tre­pre­neurs. « C’était bien pour nous de sé­pa­rer tra­vail et cadre fa­mi­lial et l’idée, c’est de ne plus être iso­lés, de pou­voir échan­ger », dé­fi­nit Ni­co­las Bo­deau.

Le tiers lieu des Ate­liers de la Mine s’ins­crit dans un pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment glo­bal de La­va­veix, es­quis­sé sous l’en­seigne d’un « vil­lage du fu­tur ». Les Houillères d’ahun ont em­ployé jus­qu’à 2.000 per­sonnes (en 1874).

Il risque de se pas­ser un peu de temps avant que les ate­liers ré­ha­bi­li­tés drainent au­tant de tra­vailleurs. Mais La­va­veix a créé des es­paces de qua­li­té pour faire son trou dans l’éco­no­mie nu­mé­rique et créa­tive. Quand les ate­liers re­de­vien­dront une ruche, les nou­veaux tra­vailleurs de la mine de­vraient dis­po­ser d’un bar associatif, d’un es­pace de res­tau­ra­tion, d’une salle de spec­tacles. Ser­vices qui ne sont pas sans rap­pe­ler les bons of­fices pa­ter­na­listes des an­ciennes so­cié­tés mi­nières.

RE­CON­VER­SION. Le tiers lieu des Ate­liers de la Mine s’ins­crit dans un pro­jet de dé­ve­lop­pe­ment glo­bal de La­va­veix, au sud d’ahun dans la Creuse, es­quis­sé sous l’en­seigne d’un « vil­lage du fu­tur ». PHO­TOS AURORE CLAVERIE

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.