« Jouer les Cas­sandre »

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - Magdimanche - Ga­vin’s Cle­mente Ruiz

J’ai tou­jours en­ten­du ma chère ma­man me dire que je me se­rais ap­pe­lé Cas­sandre si j’avais été une fille. Ce pré­nom me trotte tou­jours dans la tête. Pour­quoi Cas­sandre ? Pour les so­no­ri­tés ? Pour le sens de l’ex­pres­sion ? Je n’es­père pas trop !

En fait, les Cas­sandre sont des per­sonnes qui voient clair dans l’ave­nir mais dont on n’écoute ja­mais l’avis, qui ne sont ja­mais prises au sé­rieux. Les Cas­sandre sont aus­si des êtres qui se plaisent à énon­cer le mal­heur, à res­ter constam­ment pes­si­mistes.

Pour­quoi ? L’ori­gine est à cher­cher du cô­té de la my­tho­lo­gie grecque. Cas­sandre est la fille du roi de Troie, Priam. Elle a re­çu du dieu Apol­lon de mul­tiples dons, comme le chant, la danse, l’art de gué­rir mais sur­tout ce­lui de la pro­phé­tie. Or, Cas­sandre re­pousse les avances d’apol­lon. Pour se ven­ger, le dieu ne lui re­tire en rien ses at­tri­buts, mais il fait en sorte que ses pro­phé­ties ne soient pas per­çues par ses sem­blables. Ain­si, lorsque Ulysse feinte avec ses amis pour construire le che­val de Troie et tente par la ruse de s’im­mis­cer dans la ville as­sié­gée, le roi Priam n’y voit que du feu, mais sa fille Cas­sandre, elle, a bien vu dans ses pro­phé­ties le pe­tit jeu d’ulysse, la chute de Troie, mais per­sonne ne la croie… hé­las !

Idem quelques an­nées plus tard en d’autres cir­cons­tances. Cas­sandre voit juste, mais plus per­sonne ne veut l’en­tendre. Ter­rible dé­con­ve­nue pour la jeune femme im­puis­sante à dé­tour­ner le des­tin ! Las­sant et ner­veu­se­ment usant. On com­prend pour­quoi Cas­sandre est pes­si­miste… et l’ori­gine de l’ex­pres­sion par la même oc­ca­sion !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.