Un ra­len­tis­se­ment des com­mandes

Moindre eu­pho­rie pour le Sa­lon aé­ro­nau­tique du Bour­get qui s’ouvre de­main

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - France & Monde Actualités -

Le 52e Sa­lon aé­ro­nau­tique du Bour­get s’ouvre sous très haute sé­cu­ri­té, de­main, dans un contexte tou­jours por­teur mal­gré un ra­len­tis­se­ment des com­mandes.

For­mel­le­ment inau­gu­ré de­main par Em­ma­nuel Ma­cron, le plus grand sa­lon aé­ro­nau­tique du monde at­tend plus de 350.000 vi­si­teurs du 19 au 25 juin, dont 150.000 pro­fes­sion­nels, et 2.370 ex­po­sants. Après les jour­nées pro­fes­sion­nelles de de­main à jeu­di, le grand pu­blic pour­ra à comp­ter de ven­dre­di ad­mi­rer les dé­mons­tra­tions aé­riennes et les avions dis­po­sés sur le « sta­tic », c’est­à­dire au sol, avec comme nou­veau­tés cette an­née l’a321­neo et l’a350­1000 d’air­bus, le Boeing 787­10 « Dream­li­ner » et le 737 Max 9 ou en­core l’an­to­nov 132 D.

Co­té mi­li­taire, le clou du spec­tacle se­ra la première en France du F­35A, l’avion de com­bat de der­nière gé­né­ra­tion de L’US Air Force, dé­ve­lop­pé par Lock­heed Mar­tin, qui ef­fec­tue­ra des dé­mons­tra­tions en vol. Le Ra­fale de Das­sault Avia­tion vo­le­ra éga­le­ment. Quant aux Russes et Chi­nois, qui s’at­taquent au seg­ment moyen­cour­rier avec leurs MC­21 et Co­mac C919, il fau­dra pro­ba­ble­ment at­tendre le pro­chain Bour­get pour voir ces nou­veaux ap­pa­reils, au dé­ve­lop­pe­ment trop ré­cent.

Cô­té com­mandes d’avions, cette édi­tion ne de­vrait pas connaître le faste des pré­cé­dentes. 2017 se­ra « très, très ra­len­tie pour les com­mandes d’air­bus comme pour l’en­semble de l’in­dus­trie », a pré­ve­nu John Lea­hy, l’homme aux 15.000 Air­bus ven­dus.

Prio­ri­té aux li­vrai­sons

« Les com­pa­gnies aé­riennes doivent ra­len­tir leurs com­mandes, re­prendre leur souffle et com­men­cer à ab­sor­ber les avions com­man­dés », a ex­pli­qué le di­rec­teur com­mer­cial d’air­bus. Il y a deux ans, le Sa­lon in­ter­na­tio­nal de l’aé­ro­nau­tique et de l’es­pace (SIAE) – qui se tient en al­ter­nance avec le sa­lon de Farn­bo­rough en Grande­bre­tagne – avait en­re­gis­tré près de 130 mil­liards de dol­lars de com­mandes, prin­ci­pa­le­ment des grands avion­neurs Air­bus et Boeing.

Pour au­tant, on ne parle pas d’un re­tour­ne­ment de marché. « Le trans­port de pas­sa­gers connaît une crois­sance de l’ordre de 5,5 % par an au ni­veau mon­dial, ce qui est énorme », re­lève Sté­phane Al­bernhe, ex­pert en aé­ro­nau­tique au ca­bi­net Ar­che­ry Con­sul­ting.

« Les carnets de com­mandes sont his­to­ri­que­ment hauts », pour­suit­il, et re­pré­sentent huit à dix an­nées d’ac­ti­vi­té. Le construc­teur eu­ro­péen comp­tait à fin avril 6.715 avions en com­mande tan­dis que son ri­val Boeing en avait 5.704. Dans ce contexte, la prio­ri­té de l’in­dus­trie va aux li­vrai­sons d’avions afin de cap­ter la plus grande part pos­sible de ce marché co­los­sal. La ten­dance à long terme reste tou­jours fa­vo­rable en dé­pit du tas­se­ment des com­mandes ob­ser­vé de­puis un peu plus de douze mois.

Air­bus, qui a pu­blié ré­cem­ment ses pré­vi­sions de marché à 20 ans, pré­voit un dou­ble­ment de la flotte d’avions dans le monde d’ici 2036. Le géant eu­ro­péen, dont les pro­jec­tions s’ac­cordent gé­né­ra­le­ment avec celles de son concur­rent Boeing, es­time qu’il fau­dra pro­duire 35.000 nou­veaux ap­pa­reils d’ici 2036, pour une va­leur de 5.300 mil­liards de dol­lars.

Pour sa­tis­faire cette de­mande, plu­sieurs groupes, no­tam­ment les équi­pe­men­tiers et mo­to­ristes, ac­cé­lèrent le dé­ploie­ment de tech­no­lo­gies nu­mé­riques dans leurs usines pour amé­lio­rer leur pro­duc­ti­vi­té. Cer­tains fe­ront la dé­mons­tra­tion de leur sa­voir­faire du­rant le sa­lon.

Con­trer Air­bus

En l’ab­sence de nou­veau pro­gramme d’avion, les yeux se­ront tour­nés vers Boeing, qui de­vrait an­non­cer une nou­velle ver­sion de son moyen­cour­rier, le 737 MAX 10, afin de con­trer l’in­so­lente réus­site de l’a321­neo d’air­bus, la ver­sion al­lon­gée du best­sel­ler du groupe.

Les pas­sion­nés es­pèrent éga­le­ment en ap­prendre da­van­tage sur le Middle of Mar­ket (MOM), un tout nou­vel ap­pa­reil dé­jà évo­qué il y a un an par Boeing et qui pour­rait en­trer en ser­vice en 2025. Dé­jà bap­ti­sé 797 par les spé­cia­listes, il pour­rait ac­cé­lé­rer l’éclo­sion du nou­veau seg­ment de marché entre les moyens et les long­cour­riers.

DIGESTION. Les carnets de com­mandes de Boeing et Air­bus sont « his­to­ri­que­ment hauts ». AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.