Les aides au logement bais­se­ront de 5 € par mois dès oc­tobre

Cinq eu­ros de moins par mois… Les or­ga­ni­sa­tions étu­diantes ont été les pre­mières à ré­agir hier

La Montagne (Clermont-Ferrand) - - La une -

Cette me­sure, des­ti­née à ren­flouer les caisses de l’état, sus­cite une le­vée de bouclier de la part des as­so­cia­tions étu­diantes.

Cinq eu­ros de moins chaque mois : les aides per­son­nelles au logement vont bais­ser uni­for­mé­ment dès oc­tobre afin de ren­flouer les fi­nances de l’état, une dé­ci­sion ren­due pu­blique hier qui a sus­ci­té la co­lère im­mé­diate des étu­diants, par­mi les prin­ci­paux bé­né­fi­ciaires de ces aides.

Les aides per­son­nelles au logement, dont les APL, su­bi­ront « une baisse de 5 eu­ros par mois et par mé­nage à par­tir d’oc­tobre suite à l’ap­pli­ca­tion d’une ré­forme d’éco­no­mie bud­gé­taire dé­ci­dée sous le quin­quen­nat pré­cé­dent et pas en­core ap­pli­quée », a in­di­qué une res­pon­sable du mi­nis­tère de la Co­hé­sion des ter­ri­toires, char­gé entre autres du logement. En re­vanche, se­lon cette res­pon­sable, une sup­pres­sion pure et simple des APL, qui pro­fitent no­tam­ment aux étu­diants, évo­quée par cer­tains mé­dias, « n’a ja­mais été en­vi­sa­gée » et n’au­rait « au­cun sens ».

Les aides per­son­nelles au logement bé­né­fi­cient au to­tal à 6,5 mil­lions de mé­nages fran­çais et coûtent 18 mil­liards d’eu­ros par an au bud­get de l’état, a pré­ci­sé la res­pon­sable.

Ver­sées par la Caisse d’al­lo­ca­tion fa­mi­liale (CAF), elles se dé­com­posent en trois ca­té­go­ries : l’aide per­son­na­li­sée au logement (APL), qui pro­fite no­tam­ment à en­vi­ron 800.000 étu­ diants, l’al­lo­ca­tion de logement fa­mi­lial (ALF) et l’al­lo­ca­tion de logement social (ALS).

Une baisse de ces aides de 5 eu­ros par mois et par mé­nage re­pré­sen­te­rait une éco­no­mie men­suelle de 32,5 mil­lions d’eu­ros, soit 97,5 mil­lions sur les trois der­niers mois de l’an­née en cours.

Les or­ga­ni­sa­tions étu­diantes ont été les pre­mières à ré­agir hier. Le pre­mier syn­di­cat, la Fage, s’est im­mé­dia­te­ment in­sur­gé contre cette ré­duc­tion de 60 eu­ros par an des APL. « Alors que plus de 60.000 ba­che­liers sont en dé­tresse, faute d’af­fec­ta­tion (dans l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur, ndlr), la pour­suite d’étu­ des se voit au­jourd’hui dou­ble­ment re­mise en cause », a dé­non­cé ce syn­di­cat. La Fage a de­man­dé au gou­ver­ne­ment d’édouard Phi­lippe et au pré­sident Em­ma­nuel Ma­cron « de ne pas ma­tra­quer le por­te­feuille des étu­diants en re­ve­nant sur cette me­sure in­juste, d’ou­vrir une vraie ré­forme des aides so­ ciales étu­diantes et de lan­cer sans dé­lais le plan de 80.000 lo­ge­ments an­non­cé dans le pro­gramme du pré­sident de la Ré­pu­blique. »

Pour Li­lâ Le Bas, pré­si­dente de l’unef, « en­core une fois on fait des éco­no­mies sur le dos des étu­diants », qui re­pré­sentent 40 % des al­lo­ca­taires des APL. « Cette aide est vi­tale pour avoir un logement au­to­nome, pour avoir sim­ple­ment les moyens de pour­suivre ses études car on le sait bien, la pré­ca­ri­té est im­por­tante, les bourses in­suf­fi­santes […] Pour nous, c’est évi­dem­ment in­ac­cep­table », a­t­elle ajou­té.

« On fait des éco­no­mies sur le dos des étu­diants »

Autre syn­di­cat étu­diant, le mou­ve­ment PDE (Pro­mo­tion et dé­fense des étu­diants) a éga­le­ment exi­gé « le re­trait d’(une) pro­po­si­tion dan­ge­reuse pour la jeu­nesse » et condam­né un « double dis­cours » du gou­ver­ne­ment, qui a pro­mis un gel des frais d’ins­crip­tion uni­ver­si­taires tout en pre­nant des me­sures d’éco­no­mies « à contre­sens » en termes de logement.

LOGEMENT. Se­lon la Fage, un étu­diant sur quatre vit sous le seuil de pau­vre­té et le logement re­pré­sente plus de la moi­tié du bud­get men­suel d’un étu­diant. PHO­TO AFP

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.